La peur de Guérir

Cette tribune permet à l'association Partage et Ecoute, partenaire d'Enfine, de donner des informations sur ses activités et ses thèmes de réflexion.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Antoine
Administrateur
Administrateur
Messages : 359
Inscription : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Compiègne
Contact :

La peur de Guérir

Message par Antoine » 14 juin 2004, 20:15

Libre à vous de vous exprimer.

Avatar de l’utilisateur
Lilou
Liloursonne
Liloursonne
Messages : 1764
Inscription : 12 mars 2003, 01:00
Localisation : seine saint denis

Message par Lilou » 14 juin 2004, 21:41

Ca engendre bcp de points ça :-?
A méditer.

Merci Toinou
:sabbyzou:
:ourson:

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 14 juin 2004, 21:49

Lilou a écrit :Ca engendre bcp de points ça :-?
A méditer.

Merci Toinou
:sabbyzou:
:ourson:
je médite aussi et je répondrais

merci antoine

bizz
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

Avatar de l’utilisateur
sabine
Modératrice intermittente...
Modératrice intermittente...
Messages : 2422
Inscription : 10 mars 2003, 01:00
Localisation : PARIS 11è
Contact :

Message par sabine » 14 juin 2004, 22:03

peur de guérir...
certes je vais donner ma vision des choses...
peur pourquoi ?
de la perte d'une certaine identité ?
(et je me permettrai même de dire un certain "statut")
peur de la "transformation" du corps ?? de ne plus savoir qui on est vraiment ?
peur du regard des autres ?
voilà mes pensées en vrac...

Sabine

Avatar de l’utilisateur
Audrey
La p'tite Choupette
La p'tite Choupette
Messages : 1376
Inscription : 08 mai 2003, 00:00

Message par Audrey » 14 juin 2004, 22:22

sabine a écrit :peur de guérir...
certes je vais donner ma vision des choses...
peur pourquoi ?
de la perte d'une certaine identité ?
(et je me permettrai même de dire un certain "statut")
peur de la "transformation" du corps ?? de ne plus savoir qui on est vraiment ?
peur du regard des autres ?
Merci :SAB: ...
Alors, je tente de répondre :

- peur de se retrouver face à soi même, face ses vrais problèmes, car, en quelques sortes, la nourriture ne sert qu'à les masquer, ne pas avoir à les affronter, une sorte de fuite...

-Oui, la "transformation" du corps ... Avoir un corps "normal" à assumer, c'est dur, retrouver des rondeurs ect. Pour ma part, c'est le mot "femme" qui me pose problème, ça me fait peur en fait, parce qu'il y a plein de choses derrière : indépendance, force, responsabilités ... et je ne m'en sens pas capable.

-Peur du regard des autres, pour moi c'est peur d'avoir l'air d'une femme, lol, même si ça s'est un peu arrangé.

Voila, j'espère que j'suis pas trop Hors Sujet :lol:


:minou:
"Sometimes I climb high above the city
To see all the lights shining there so pretty
And think of the millions of lives going on
At this present moment and those come and gone."
[u][i]Small[/u][/i], Lamb

Avatar de l’utilisateur
sabine
Modératrice intermittente...
Modératrice intermittente...
Messages : 2422
Inscription : 10 mars 2003, 01:00
Localisation : PARIS 11è
Contact :

Message par sabine » 14 juin 2004, 22:29

je ne pense pas que tu soies hors sujet.. (HS !!;-) car pour ma part j'ai donné un avis sans être "dans les tca"..
Lorsque je dis "statut" je pensais aussi (et bizarrement) au terme "avantages". Qu'en pensez vous ?
Peur de devenir femme, ça, je pense que c'est aussi tt à fait normal pour une ado de ton âge ;-), Audrey
voili...

SAB

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 14 juin 2004, 22:40

je pense exactement comme sab !!

car selon moi, on a ceaucoups d'avantage a être anorexiks...
Malgrés je le sais la soufrance ke l'on endure...

- peur de ne plsun être le centre du monde, oui kan on est aussi fragils les gens font toujours attention " tu as mangé " sa va ??..

- peur d'être quité par un proche, on parle souvent de la relation fusionelle mére et fille, qui sacroi souvent lors de la maladie...

- peur de l'inconnu car la maladie bien souvent j'entend sur le forum depuis 7ans blablabla je la connais par coeur...

-peur d'afronter ula réalité et les souci que cela engendre... les responsabilité car devenir ano cela nous coupe totalement avec cela

- peur daffronter nos réel probléme il ne faut pas se luré ! c'est pas les 200gr ki nous font allé mal... c'est de quité ce statut de malade et dafronter les réels problémes

je sais que on va encor m'engueuler mdr et kon va dire que c'est pas vrai, j'ai pas dit que les ano été méchnate et tout ! bien au contraire ! mais arétons de nous mentir...
Ces réponse je pense sont variable pour chacune même pour moi lol !



bizz bizz
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

Avatar de l’utilisateur
WingedKefka
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 44
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00

Message par WingedKefka » 14 juin 2004, 23:00

Bon j'vais aussi tenter, y'a pas de raison :)

Dans mon cas çà a plutot été la peur du changement, j'etais dans une sorte de carapace. Qui m'affaiblissait, me faisait me renfermer sur moi, mais qui en contrepartie me donnait une impression de protection totale contre l'exterieur. Et pour cause, elle repoussais tout, le bon comme le mauvais, dans le doute qu'un piege puisse se dissimuler.
Et pour moi guerir, etait synonyme de lacher prise. On réussit atrouver un confort dans un systeme, mais on nous dit que dehors, il y'a le vrai bonheur, pas le monde illusoire que l'on s'est crée. Et il faut alors oser aller à la rencontre de la vérité, en sachant qu'on abandonne tout ce que l'on a et que le risque de tout perdre est possible.
(j'ai volontairement fait un rapprochement avec "l'allégorie de la caverne" qui pour moi représente très bien la situation.

S'ajoute à çà le fait qu'on n'aura plus le statut de "malade" ou "victime" mais qu'on sera mis dans le même panier que mr ou mme toutlemonde, tomber donc dans une certaine "banalité", perdre ce qui faisait qu'on était différent (quitte à se résumer à une étiquette, comme je l'ai fait), et surtout ne pas avoir de justification si l'on a echoue (du genre savoir que si on a raté c'est parce qu'on a des problemes, et que ca nous rachete un peu).

En tout cas mon experience m'a appris que remanger c'est pas guerir. Certes ca aide a se sentir mieux, plus en forme. Mais j'ai toujours un mal-être, la recherche d'une perfection, la peur panique du mal qui vient des autres (car cette douleur-là j'ai vraiment du mal à la gérer et elle me touche trop profondement), et c'est donc pour cela que j'ai toujours un comportement qui me fait souffrir de facon reguliere, mais qui provoque une douleur beaucoup plus supportable car elle vient de moi-même, et qu'en quelque sorte elle m'anesthesie de la douleur qui vient des autres.

Je me retrouve donc dans une situation semblable a celle d'avant, mon obsession pour la nourriture (pour masquer mes reels problemes et m'empecher d'y penser) s'est portee sur d'autres sujets. et c'est un peu comme si j'etais revenu en arriere, deprimer avec une obsession en tete. Sauf que maintenant je peux deprimer la bouche pleine :p.

Enfin voila, j'espere pas avoir ete trop confus, car avec les exams j'ai un peu de mal a rester lucide une fois chez moi :)

Avatar de l’utilisateur
adeline
Vénérable enfinien
Vénérable enfinien
Messages : 2937
Inscription : 11 mars 2003, 01:00
Localisation : Les pieds dans mon appart de Paris, la tête au théâtre

Message par adeline » 14 juin 2004, 23:01

Pour les boulimiques il peut se poser une autre question : qu est ce que je vais faire du temps libre que vont me laisser les crises ?


bizz


nanou :jongler:
:jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler:

"Je ne me souviens que d'un mur immense mais nous étions ensemble, ensemble nous l'avons franchi" J. J. Goldman

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 14 juin 2004, 23:03

:cool: jai tout compri wing ! je pense comme toi ! tu t'es trééés bien expimer !:pouceup:
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 14 juin 2004, 23:05

nanou a écrit :Pour les boulimiques il peut se poser une autre question : qu est ce que je vais faire du temps libre que vont me laisser les crises ?


bizz


nanou :jongler:

en effet combien de fois je me la suis posée cella ! grrrr !

sa passe le temps...
sa fait oublier nos angoisse le strésse ou autre...
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

Avatar de l’utilisateur
adeline
Vénérable enfinien
Vénérable enfinien
Messages : 2937
Inscription : 11 mars 2003, 01:00
Localisation : Les pieds dans mon appart de Paris, la tête au théâtre

Message par adeline » 14 juin 2004, 23:13

Pour moi personnele;ent la question exacte serai " qu est ce que je fais qd je ne tiens pas en place ? qd je suis incapable de fixer mon attention sur quoi que se soit ?"
:jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler: :jongler:

"Je ne me souviens que d'un mur immense mais nous étions ensemble, ensemble nous l'avons franchi" J. J. Goldman

Avatar de l’utilisateur
Lilou
Liloursonne
Liloursonne
Messages : 1764
Inscription : 12 mars 2003, 01:00
Localisation : seine saint denis

Message par Lilou » 15 juin 2004, 06:31

Je vais sûrement rejoindre bcp de déjà dit mais voilà.

La peur de guérir c'est d'abord la peur d'aller mieux, pour moi aller mieux

- c'est aimer la vie : se lever sans prise de tête, l'esprit léger, ne pas se dire qu'on ne rentre dans aucune fringue, avoir l'embarrat du choix, ne pas avoir envie d'exploser le miroir dès que je passe devant, avoir envie de sortir et de m'éclater tous les week end.

- c'est ne pas avoir peur de la vie : avoir confiance en soi, se sentir à la même hauteur que les autres adultes professionnellement "placés" , oublier que les responsalités sont une torture et qu'il y a du bon à en avoir. Etre fière de moi.

Toutes ces petites choses qui n'existent plus depuis la maladie j'ai fini par les oublier, je ne sais plus à quoi elle ressemblent, je ne sais plus ce qu'on éprouve lorsqu'on vit tout ça, alors c'est devenu étranger, étranger donc source d'inconnu donc de peur.
Peur parce que je ne les connais plus et peur ne pas parvenir à les accomplir...

La peur de guérir c'est aussi la peur de l'abandon.
Redevenir madame tout le monde avec son train train habituel (mais pas forcément ennuyeux), perdre les amis que j'ai parce que je suis en bonne santé et que je n'ai plus besoin de soutien et d'amour.
A ce stade là il est nécessaire de faire sortir sa vraie personnalité et de montrer aux gens nos vraies valeurs afin que l'on soit aimé et apprécié sans les TCA ou l'auto mutil. Mais c'est dur de montrer aux autres qqch qu'on ne croit pas soi même.

La peur de guérir c'est la peur de devenir autre.
Peur qu'on me croit forte, avec de quoi tenir le choc en cas de baisse de forme, qu'on me croit capable de surmonter toutes les difficultés de la vie. Mais surtout peur que les autres n'acceptent plus qu'une fois débarrassée des TCA, de la depresion et de l'automutilation, je puisse être à nouveau mal. C'est gros mais c'est comme si être guérie ce devait être être dans l'exploit toute sa vie.

La peur de guérir c'est la peur de me laisser
Car finalement j'abandonne la maladie, je m'abandonne. J'ababonne ma souffrance extérieure, par l'aspect physique par les cicatrices, il ne restera plus que la souffrance intérieure et celle là ne sort pas...Je serai alors invisible.

Lilou

:ourson:

Avatar de l’utilisateur
Sab
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Messages : 4646
Inscription : 14 mars 2003, 01:00
Localisation : planète lol

Message par Sab » 15 juin 2004, 09:21

la guérison est une incertitude
peur de ne pas y arriver
peur car on ne parvient pas à mettre du concret,à anticiper
on ne parvient pas à savoir ce que l'on sera
sab
[img]http://www.thunderegg.co.uk/images/pucca_7.jpg[/img]

Avatar de l’utilisateur
elween
L'amie des fufus
L'amie des fufus
Messages : 1221
Inscription : 08 mai 2003, 00:00
Localisation : Nancy

Message par elween » 15 juin 2004, 10:31

peur de tout...

Avatar de l’utilisateur
elween
L'amie des fufus
L'amie des fufus
Messages : 1221
Inscription : 08 mai 2003, 00:00
Localisation : Nancy

Message par elween » 15 juin 2004, 10:37

peur de grossir...de redevenir comme avant...

peur de ne plus exister...même si l'ano me fait énormement souffrir elle m'a donné cette impression un beau jour d'exister en tant qu'individu.[/b
]

Avatar de l’utilisateur
so
Modératrice Ensoleillée
Modératrice Ensoleillée
Messages : 383
Inscription : 11 mars 2003, 01:00

Message par so » 15 juin 2004, 13:24

Peur de grandir !! :-(

Avatar de l’utilisateur
gwendolune
Enfinien aguerri
Enfinien aguerri
Messages : 537
Inscription : 07 mai 2003, 00:00
Localisation : A Paris

Message par gwendolune » 15 juin 2004, 13:53

Selon moi, il y a aussi dans tout cela la peur de redevenir "normal". La maladie permet souvent de dire à son entourage "eh oh! Je suis là, j'existe, et je ne me sens pas bien!". Quand on est une personne habituellement "sans problèmes", on ne prete pas forcément attention à vous....... D'où la sensation de ne pas exister. En devenant anorexique, j'ai attiré sur moi l'attention de personnes qui ne pensaient pas jusqu'ici que je pouvais avoir des problèmes. Alors en guérissant, on peut craindre de perdre cette attention (bien sur, tout cela est moins conscient que ce que je dis. C'est après beaucoup de réflexion que je suis arrivée à cette conclusion). Il y a aussi la peur de perdre sa seule "armure" contre le monde extérieure. Arrivée à un certain point, on est vraiment effrayant pour ce qui ne nous connaissent pas, qui n'osent donc pas nous aborder la plupart du temps. C'est une façon de se protéger de ce que l'on peut considérer comme des agressions de l'extérieur. Bien sur, je ne parle ici qu'en mon nom, mais je pense tout de meme que je ne suis pas la seule dans ce cas.........
gwendolune

Avatar de l’utilisateur
Anianka
Vénérable enfinien
Vénérable enfinien
Messages : 2718
Inscription : 20 mai 2004, 00:00
Localisation : Liege

Message par Anianka » 15 juin 2004, 19:59

C'est une façon de se protéger de ce que l'on peut considérer comme des agressions de l'extérieur
Pour ma part, il y a deux choses:
D'une part, les agressions de l'exterieur en effet, tout ces hommes qui nous salissent en nous regardant de cette maniere malsaine et vicieuse. Il y a toujours moyen de poser un regard seducteur qui n'est pas vulgaire. Ce n'est pas le cas de ces hommes qui nous sifflent, nous crient apres et nous klaxonnent.
D'autre part, et c'est lié, la peur de ressembler a une femme. Je suis terrorrisee a cette idee et je pleure quand je regarde mes hanches. On se sentait tellement mieux dans ce petit corps androgyne...
[img]http://pagesperso.aol.fr/doubbleje/images/768.gif[/img]

Avatar de l’utilisateur
mely
Modératrice de Week-End Snoopyesque
Messages : 488
Inscription : 10 mai 2003, 00:00
Localisation : New York

Message par mely » 15 juin 2004, 21:38

personnellement...

guérir c ne plus me faire souffrir c me donner une existence c être heureuse... et çà je ne m'en donne pas le droit...
"The Body never lies" Martha Graham

Avatar de l’utilisateur
mononoke
Enfinien aguerri
Enfinien aguerri
Messages : 537
Inscription : 24 mars 2004, 01:00
Localisation : si je le savais

Message par mononoke » 15 juin 2004, 22:02

peur de disparaitre avec la maladie, de ne plus exister sans elle;peur que l'on ne me demande plus si ça va, si je je tiens debout....peur de perdre cette armure qui me protege de tout mes peurs!
et pourtant peur de n'exister qu' a travers la maladie, que l'on me regarde et que l'on ne me voit pas, mais que finalement je ne soit plus qu'une vulgaire illustration de l'ano!
mononoké

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 15 juin 2004, 22:13

Franchement je voulais féliciter toute celle qui on répondu ici, j'ai trouver leurs discour trés sincére, réaliste, on voit qu'elles ne se mentent pas a elles même, je n'ai pas vu des réponses styles " je serai grosses donc moche..." bref que du vrai dans ce que je viens de lire, cela prouve, qu'elles ont fait un trééés grand travail sur ellles même... Meme si elles ne sont pas toutes forcément guérit...


BRAVO !


ps : jai mi elles lol pour changé mdr mais je pense trééé fort aux garcon comme wing toinou, greg... Bref je vous oublie pas !! no soucie
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

Avatar de l’utilisateur
milly
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 436
Inscription : 29 août 2003, 00:00
Localisation : au fond de mes pensées

Message par milly » 15 juin 2004, 22:13

aller, je me lances

la peur de guérir c'est :

* la peur de grossir
* la peur d'un jour retomber dedans mais en pire


** la peur de ne plus avoir rien à contrôler
** la peur de ne plus me reconnaître
** la peur de culpabiliser d'être tombé ds l'ano


*** la peur de redevenir heureuse
*** la peur d'être en vie
*** la peur de devenir bien dans ma peau
*** la peur de ne plus avoir d'excuses pour aller mal

En gros, la peur de vivre!!!
Milly

la seule chose qui prouve encore que je suis en vie, c'est de pouvoir encore penser ...même si toutes mes pensées visent la fin ...

Avatar de l’utilisateur
crosmarion
Enfinien confirmé
Enfinien confirmé
Messages : 85
Inscription : 27 févr. 2004, 01:00
Localisation : HERAULT (34)

peur de guerrir

Message par crosmarion » 20 juin 2004, 05:07

pour ma part je suis en plein dedans ....

malade = benefices secondaires :si guerrison = perte de ces benefices
ca rejoint ce que disent les filles ...
malade ,tu as un statut a part ,, tu es protegee , tu as des excuses pour ne pas faire ,ou ne pas aller ( facile a dire : je suis malade ,je peux pas venir) donc peur de dire reellement les choses donc de s affirmer

peur de devenir "normale" etre comme tout le monde avec des defauts, ne pas etre "parfaite " mais se rendre a la realite ...

peur en tant que boulimique , vomitive : si j ai plus les crises ,je vais faire quoi ? ca parait absurde mais c est vrai ,j ai peur de m ennuyer , elles font parties de ma vie
Deuil de qqun car les crises ont une identite maintenant ...
Faire ma vie sans ,peur de l inconnue
Ne plus etre aimee car plus malade

etc .... je crois que nous avons toutes les mm peurs et craintes mm si nous savons qu il s agit de delires purs ,les gens nous aimerons plus car nous ne serrons plus des malades ,ils n aurons plus peur de nous ,et nous recommencerons une vie sociale et affective : voir des amies et du monde , sortir , travailler ,faire des connaissances etc ......

voila en gros " la peur de guerir "mais c est un vaste sujet

marion

Ellaile
la 'tite Toulousaine Matinette
la 'tite Toulousaine Matinette
Messages : 6313
Inscription : 31 mars 2004, 00:00
Localisation : la ville, rose ?

Un semblant de réponse

Message par Ellaile » 20 juin 2004, 10:07

Peur-de-guérir. Pourquoi? C'est vrai, la guérison, c'est la vie, c'est le meilleur après le pire, c'est le soulagement après la souffrance, c'est la sérénité après l'angoisse...ben c'est peut-être ça que l'on craind... C'est juste, pourquoi aurait-on droit au bonheur ou, même sans demander à être comblé, sans espérer l'épanouissement absolu, dans quelle mesure méritons-nous qqs petits moments de plaisir?
Dans notre cas, guérir ne se résume pas à prendre un médicament pdt trois semaines et voilà, finie la maladie! C'est retrouver, si ce n'est la "normalité", au moins l'adéquation du corps et de l'esprit, le "Mens sana in corpore sano", ou seulement une "carapace" compatible avec un fonctionnement naturel du corps... mais c'est pas si évident car pour une efficace guérison de l'extèrieur, il faut évoluer à l'intèrieur et c'est ça le plus difficile!
"Où est le problème? Tu dis vouloir t'en sortir, ben mange! La volonté, tu l'as eue pour maigrir, ça doit donc pas être bien difficile de faire le chemin inverse!" Mais si c'est dur! "Quelle maladie de petites occidentales!" C'est vrai, j'ai honte de savoir que la famine persiste aujourd'hui dans le monde et que je me suis tant privée, volontairement, de manger. Pourtant...
Retrouver un corps de femme et renoncer à cet état de petit être limite asexué peut être véritablement angoissant. Retrouver une silhouette féminine, notre corps d'avant. Mais c'était comment déjà avant! Au moins y'a trois ans ça avait de tps en tps des fous rires, l'entourage dirait que ce n'était pas si méchante, oh non pas méchante juste ce sentiment d'incompréhension et de solitude. D'un autre côté même si on veux s'en sortir, il y a la difficulté à réapprivoiser un nouveau corps, la peur de devenir grosse même si on sait l'on ne le sera jamais, la peur de remanger mais de s'y réhabituer à tel point qu'on ne puisse plus s'arrêter. Et puis peut-être que l'on s'y complait dans cette enveloppe maigre à laquelle on s'est habituée. Ce corps qui nous rassure et nous fait peur à la fois, que l'on a eu tant de mal à resculpter mais au final, où est l'oeuvre d'art? Ben non elles avaient pas assez de matière première et y sont allées au burin! Bien sû qu'il faut changer, relisser les contours en ajoutant de l'argile, oh non, pas des tonnes juste ce qu'il faut.
Y a pas de secret guérir passe par manger, qu'on l'accepte ou non. Et là apparaît la peur de l'acte en lui-même, la peur des calories, la peur de la balance, la peur du regard des autres... On a transformé le fait de se nourrir, acte à la base totalement naturel, anodin et vital, en un véritable casse-tête, source de tant d'angoisses, de culpabilité puis de frustrations.
Faut pas se voiler la face, au départ on est tous des animaux, on mange pour vivre, parce qu'on a faim et on s'arrête quand notre organisme nous le signale; et à cela s'ajoute la notion de plaisir.
Bon allez, je vais m'arrêter là. Je voulais juste dire que, ano restrictive, j'ai fait d'énorme progrès. J'ai tjrs un poids très bas mais remonte la pente, doucement. C'est peut-être pas la meilleure solution ms ça marche:je remange normallement en ayant quotidiennement un même total de kcals à atteindre, je le respecte assez sèrieusement ms ne cache pas que la culpabilité est tjrs là même si je prends plaisir à manger. J'ai tendance à faire qqs crises de boulimie alors j'ai honte, je saute un ou deux repas puis reprends comme il faut. J'ai un gros travail à faire par rapport à l'image que j'ai de moi même. Je voudrais tant de reconnaissance car maintenant je "refait bien" ms ils considèrent ça comme normal ...
Voilà, peur de guérir c'est peut-être la crainte d'avoir à assumer un vrai corps de femme, de se sortir de cet état limite-dépressif pour retourner à la vie, la vraie!
Gros bisous à tous! Courage et persévérance, d'autres y sont arrivées, oublions nos vieux démons, allez on va y arriver! Le meilleur est à suivre.

Avatar de l’utilisateur
perseverance
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 349
Inscription : 14 mai 2004, 00:00
Contact :

Message par perseverance » 20 juin 2004, 23:33

Marion, ta peur de l'ennui, c'est assez révélateur.

Ce n'est pas l'ennui qui te fait peur car il y a plein de choses à faire dans la vie. C'est l'inertie qui t'empêche de "faire des choses". L'impression que tout est une montagne.

C'est un des symptômes principaux de la dépression.

Ex : tu dois aller faire des courses. Rien qu'à l'idée d'y aller, tu angoisses, tu t'allonges sur le canapé pour faire passer l'angoisse... et tu restes coincée sur le canapé toute la journée.

Même chose pour la vaisselle, le repassage, l'aspirateur, nettoyer la voiture (quelle horreur !).
Le sport, les loisirs, je n'en parle même pas...

Bon ben contre ça, y'a pas 36 remèdes : anti-dépresseur, fruits et cocooning.

Tu prends des neuroleptiques (a******** ?). Ca crève, ces trucs là. Forcément, tu as du mal à envisager une randonée de 15 bornes... parles en au psy : comment sortir de l'ennui si ton traitement te maintiens dans cet état léthargique.

Tu sais, la rando de 15 bornes, c'est vachement sympa et facile à faire (sur du plat)

Bisous, ne t'inquiètes pas, il y a plein de petites choses à remettre d'aplomb, mais ça se fera étape par étape. Tu es bien partie.

Pers.

Avatar de l’utilisateur
perseverance
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 349
Inscription : 14 mai 2004, 00:00
Contact :

Message par perseverance » 20 juin 2004, 23:36

les gens nous aimerons plus car nous ne serrons plus des malades ,
Les gens n'aiment pas les malades, ils en ont pitié.

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 21 juin 2004, 00:12

perseverance a écrit :
les gens nous aimerons plus car nous ne serrons plus des malades ,
Les gens n'aiment pas les malades, ils en ont pitié.

chu carrément dacord moi je pensais kon maimait kan j'étais malade tu parles ! je le vois car je fais pareil queux avant kan je vois une ano jai bien souvent limite pitié pour elle
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

aguanis
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 17
Inscription : 15 janv. 2004, 01:00

Message par aguanis » 21 juin 2004, 01:29

carolange a écrit :
perseverance a écrit :
les gens nous aimerons plus car nous ne serrons plus des malades ,
Les gens n'aiment pas les malades, ils en ont pitié.

chu carrément dacord moi je pensais kon maimait kan j'étais malade tu parles ! je le vois car je fais pareil queux avant kan je vois une ano jai bien souvent limite pitié pour elle

Qu'entends-je ? Oh scandale !
Une personne malade ne pourrait pas être aimée ? Faux !

Bien sûr, la maladie change l'être, lui prend de son énergie, investit ses pensées, devient omniprésente, mais on continue à exister malgré tout...
Si on regarde bien, on peut distinguer (plus ou moins, selon les moments) la vraie personnalité derrière la barrière créée par la maladie.
Et si on apprecie cette personnalité, rien n'empêche d'aider à lutter, d'essayer de comprendre, sans avoir forcément de la pitié pour la personne elle-même...

Au contraire, c'est dans ce genre de situation que peuvent se réveler des forces morales, des ressources cachées... Quand on sort de cet enfer, on est bien plus fort, assez pour oser relever la tête et se faire plaisir, sans craindre d'exister.

Voilà, juste une opinion en passant. :bye:

Avatar de l’utilisateur
perseverance
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 349
Inscription : 14 mai 2004, 00:00
Contact :

Message par perseverance » 21 juin 2004, 02:00

Tu es libre de le croire.

Avatar de l’utilisateur
perseverance
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 349
Inscription : 14 mai 2004, 00:00
Contact :

Message par perseverance » 21 juin 2004, 02:56

Je m'explique :
Qu'entends-je ? Oh scandale !
Une personne malade ne pourrait pas être aimée ? Faux !
J'ai dit ça moi ? Que diantre.

c'est dans ce genre de situation que peuvent se réveler des forces morales, des ressources cachées...
Certes. Mais ça ne sert qu'à toi : pour guérir.
Ca n'apporte rien aux autres.

Il ne faut pas attendre d'être aimé ou apprécié pour ça, parce que les gens ne sont absolument pas sensibles à ces ressources cachées. Elles n'ont aucune utilité dans les relations sociales.

Le mythe de la maladie qui rend plus fort, je n'y crois plus.
Les anciens malades sont des gens fragilisés, vulnérables. Après leur guérison ils évitent le plus possible les contacts avec la maladie et les malades.

Croire que notre grande expérience va servir à d'autres, c'est beaucoup d'orgueil et d'ignorance.

Mais c'est une étape normale. On croit tous, un jour ou l'autre, que la maladie nous enrichit. Puis on déchante, on dit merde à la maladie et on veut vraiment guérir.

Par contre, quelqu'un qui aime vraiment, il aime avec ou sans la maladie. Mais avec la maladie c'est plus triste.

aguanis
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 17
Inscription : 15 janv. 2004, 01:00

Message par aguanis » 21 juin 2004, 05:38

perseverance a écrit :Je m'explique :
aguanis a écrit :Qu'entends-je ? Oh scandale !
Une personne malade ne pourrait pas être aimée ? Faux !
J'ai dit ça moi ? Que diantre.
Relis-toi bien : Les gens n'aiment pas les malades, ils en ont pitié

Tu suggères que, dans ces situations, l'amour ne serait qu'une forme de pitié... Ce n'est peut-être pas ce que tu as voulu dire...? Mais pour moi, ce sont deux choses bien différentes.

perseverance a écrit :
aguanis a écrit :c'est dans ce genre de situation que peuvent se réveler des forces morales, des ressources cachées...
Certes. Mais ça ne sert qu'à toi : pour guérir.
Ca n'apporte rien aux autres.
Alors là, petite précision : je ne suis pas malade, mais je connais très bien des personnes qui sont passées par cette épreuve.

perseverance a écrit : Il ne faut pas attendre d'être aimé ou apprécié pour ça, parce que les gens ne sont absolument pas sensibles à ces ressources cachées. Elles n'ont aucune utilité dans les relations sociales.
La force morale fait partie du caractère de la personne, elle participe à ce qui fait l'individu, donc à la nature même de l'être. On parle, on s'amuse, on s'engueule, on rit, on vit avec quelqu'un, pas avec une maladie.
N'as-tu jamais ressenti de l'admiration pour quelqu'un qui venait d'accomplir quelque chose qui, hier encore, semblait impossible ?

Je n'ai pas dit que la maladie faisait qu'on aime plus la personne, bien sûr que non ! Mais c'est la volonté déployée, les forces mises en oeuvre pour s'en sortir qui comptent, un combat auquel on peut participer à notre façon, avec un regard extérieur. Je ne m'étendrais pas là-dessus, c'est un sujet vaste et complexe...

perseverance a écrit : Le mythe de la maladie qui rend plus fort, je n'y crois plus.
Les anciens malades sont des gens fragilisés, vulnérables. Après leur guérison ils évitent le plus possible les contacts avec la maladie et les malades.
Ce n'est pas un mythe. Mais ce n'est pas dans ce sens qu'il faut le prendre.

Quand on trouve la force de se sortir des TCA, on garde cette force, car elle est en nous. La rage de vivre, l'envie d'avancer toujours plus en avant. Envie de croquer la vie à pleines dents, tout simplement, de profiter de ce qui nous a été interdit si longtemps...

Et je ne vois pas le mal qu'il y a à éviter des personnes ou certains environnements rappelant trop de mauvais souvenirs, ou déclenchant des vieux réflexes qu'on essaye justement d'oublier... C'est un principe de prudence, un peu comme un ex-alcoolique qui éviterait de traîner dans les bars (comparaison très caricaturale, je sais, mais moi et l'alcool... :oops: ).

Je ne dis pas que la vie est rose tous les jours, mais la "vraie" guérison ne conduit pas à s'enfermer dans une grotte pour se protéger du monde extérieur... Ou alors c'est un faux espoir.
Bien sûr, physiquement, le corps qui a souffert en garde des marques, parfois définitives.

perseverance a écrit : Croire que notre grande expérience va servir à d'autres, c'est beaucoup d'orgueil et d'ignorance.
Je ne parlais pas en tant que malade essayant d'aider les autres, mais en tant que personne exterieure aidant une personne malade...Comme je l'ai dit plus haut, c'est un sujet très vaste, qui mériterait d'être exploré... Mais l'essentiel c'est la motivation, la volonté d'aider quelqu'un, de tout faire pour comprendre, de l'aider à creuser quand le psy ne peut rien... Et essayer petit à petit de lui faire voir un autre angle de la réalité, le nôtre. De lui faire voir qu'il y a des gens qui l'aiment, l'aider à retrouver un peu de confiance, lui changer les idées quand ça ne va pas, faire des recherches, réfléchir à tous ce qui entre en jeu, l'aider à parler de choses difficiles, être là tout simplement, etc... Y a qu'à lire ce forum pour le voir !

C'est un peu comme prêter ses lunettes à quelqu'un pour l'aider à mieux voir... On change sa vision des choses. Ou on essaie, en tout cas. Et rien que d'essayer, ça montre bien qu'elle en vaut la peine. Donc un petit peu de confiance retrouvée. Et c'est déjà ça...

perseverance a écrit : Mais c'est une étape normale. On croit tous, un jour ou l'autre, que la maladie nous enrichit. Puis on déchante, on dit merde à la maladie et on veut vraiment guérir.
Si la maladie ne présentait que des points négatifs, la guérison serait beaucoup plus facile, et ce sujet n'aurait eut aucune réponse :???:
Voir mon autre blabla plus haut, sur "c'est pas la maladie qui nous rend plus fort, c'est de lutter pour s'en sortir"

perseverance a écrit : Par contre, quelqu'un qui aime vraiment, il aime avec ou sans la maladie.

Mais avec la maladie c'est plus triste.
Oui, et c'était bien le sujet initial de ma réponse : apprécier quelqu'un qui est malade, c'est possible. C'est la personne qu'on apprécie, pas la maladie. Les TCA sont très envahissantes, mais si on sait voir à travers, on ne voit plus la maladie, juste le malade, la personne qui souffre. Et ça peut donner envie de l'aider.

Avec la maladie, c'est plus triste... Plutôt gentil comme euphémisme...
Non seulement ça rend les relations difficiles (tensions casi-permanentes, crises, colères, déprimes soudaines...), mais c'est aussi usant moralement.

D'où la nécessité de respirer de temps en temps, de prendre un peu de temps pour soi et de recharger ses batteries pour ne pas craquer, et pouvoir aider efficacement l'autre... C'est important de pouvoir prendre du recul pour aider quelqu'un, sinon on est aveuglé par nos sentiments... Et le jugement est faussé.


Voilà, une réponse longue, pas claire, et chiante à lire comme j'aime les faire... Mais il est tard, dodo....

:sleep2:

Avatar de l’utilisateur
Lilou
Liloursonne
Liloursonne
Messages : 1764
Inscription : 12 mars 2003, 01:00
Localisation : seine saint denis

Message par Lilou » 21 juin 2004, 10:10

:sabbyzou: mimi ;)

:ourson:

Avatar de l’utilisateur
carolange
Miss Benny
Miss Benny
Messages : 1746
Inscription : 12 déc. 2003, 01:00
Localisation : vaucluse
Contact :

Message par carolange » 21 juin 2004, 13:27

:cry: :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: Image mimi je viens de lire ton post honte a moi je suis a ailleur :cry: serieu j'ai pleuré oooh grooos calin :cry: Image
«Le plaisir est une merveille qui m'apprend que je suis moi»

Avatar de l’utilisateur
Antoine
Administrateur
Administrateur
Messages : 359
Inscription : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Compiègne
Contact :

Les peurs de guérir

Message par Antoine » 22 juin 2004, 21:36

Je vais à mon tour essayer de mettre à plats mes idées. Et ceci, sans trop laisser vos dires influencer mes pensées et tout en essayant d'apporter quelques éléments nouveaux. Je parlerai ici de mon passé d'anorexique restrictif, avec la vision que j'en ai aujourd'hui; à savoir, un jeune homme qui est presque sorti d'affaire.


De nombreuses peurs font que la guérison n'est pas si aisée qu'elle pourrait en avoir l'air de prime abord. Lorsque j'entends le mot guérison, la première idée qui me vient à l'esprit serait de réapprendre à manger comme tout un chacun; c'est à dire dénoué de toute culpabilité, de tout calcul et tout en appréciant la convivialité que peut offrir un repas. La seconde idée serait de me réaccaparer définitivement une physiologie respectant les normes médicales. Celle dont On me dit qu'elle m'irait bien et dans laquelle je serais censé me sentir bien.

Par delà ces aspects extérieurs, se cachent d'autres craintes moins apparentes et plus personnelles.
Ce qui m'effraye peut-être le plus, c'est de me dire que si je guéris, j'aurais sans doute fait tous ces sacrifices pour rien. Renoncer à ce à quoi j'ai tant donné, ce qui m'a fait souiller mon âme tant de fois : je dis non ! Avoir vécu cet enfer pour revenir au même point ? çà jamais !! Plutôt continuer de vivre ce calvaire et prouver ainsi que j'avais raison; ou du moins, que je n'avais pas tord. Car guérir serait surtout avouer que me suis engagé dans une impasse dans laquelle je serais contraint de faire demi-tour. Ce serait avouer que je me sois trompé après avoir s'être en douce moqué de ceux qui m'avez mis en garde. Lorsque l'on s'est embarqué dans une telle vérité, dans notre vérité, il est difficile de faire marche arrière et de reconnaître son erreur. Cette fierté, et quelque part cette vanité, furent sans doute ce dont j'eu le plus de mal à m'affranchir. C'est un regard sévère que je porte là sur moi même. Mais pour moi, cette obstination fait partie intégrante de la maladie.

L'anorexie primait sur tous les aléas de la vie; c'était elle la plus prioritaire. Et bien que cette maladie était on ne peu plus contraignante, je m'y étais habitué. Je savais à quoi elle ressemblait, je la connaissais parfaitement et, paradoxalement, elle ne me faisait pas peur. Ce qui était loin d'être le cas du monde réel dont la maladie me mettait à l'abris. Sortir de l'anorexie, c'est bien entendu Vivre de nouveau. Mais c'est surtout affronter tous les problèmes qu'au départ, j'avais cherché à fuir, inconsciemment ou pas. Lorsque j'étais au plus mal, je ne voyais pas la vie très positivement. C'est plus facile de se cacher en terrain bien connu que de marcher vers de nouveaux horizons en vivant dans la crainte de faire un faux pas. Ce manque de confiance en soi et cette trouille de l'inconnu faisaient parties de moi, avant même de tomber malade, mais cette dernière les a grandement accentué.

Enfin, avant que j'essaye de m'en sortir, émotions, envies et pulsions sont quelques unes des sensations qui ne s'exprimaient plus depuis bien longtemps et qui ne pouvaient donc plus me faire souffrir. Sentir son corps revivre n'est pas non plus chose facile et il m'a fallu un certains temps pour me réhabituer à ces changements d'ordre physiologique. Lorsque faim, désir, digestion et forces renaissent en nous, on se sent un peu perdu. Désorienté, il est alors plus facile de faire marche arrière et de rester dans sa maladie.


Couplées à de nombreuses peurs qui ont été évoquées et développées au travers des précédents posts, voici donc certaines peurs que j'ai du traversées. Une par une, çà peut encore aller. Mais cumulées les unes aux autres, elles ont encore de quoi me faire grand peur aujourd'hui.


Antoine

Avatar de l’utilisateur
elween
L'amie des fufus
L'amie des fufus
Messages : 1221
Inscription : 08 mai 2003, 00:00
Localisation : Nancy

Message par elween » 22 juin 2004, 22:31

:sabbyzou: :coeurkibat2: :coeurkibat2: :coeuranime: :coeuranime: :angel:

Avatar de l’utilisateur
petipiou
La petite oiselle
La petite oiselle
Messages : 2254
Inscription : 07 mai 2003, 00:00
Localisation : Paris

Message par petipiou » 23 juin 2004, 00:54

Je ne devrais plus avoir peur, je ne devrais plus me poser la question...
Après tout, quelles différences entre avant et maintenant ? A priori, c'est surtout extérieur, j'ai des joues pleines, un corps qui s'est rempli, mes cheveux poussent, mes ongles ne se cassent plus, ils ne sont plus bleus non plus, je peux marcher longtemps sans être fatiguée, je ne risque plus de tomber à chaque coin de rue, plus de fractures aux moindres efforts et j'en passe... ça fait quand même pas mal de changement, et c'est positif. Alors pourquoi avoir encore peur ? Peut-être parce qu'à l'intérieur le changement ne s'opère pas de la même façon, il est tantôt trop lent, puis tout d'un coup trop brusque...j'ai du mal à le suivre, à me suivre.
A l'intérieur, c'est pas encore vraiment ordonné, je me sens très vite submergée, dépassée par mes émotions, je ne sais toujours pas bien les qualifiées. ça me faire peur d'être bien un instant, puis mal l'instant suuivant, juste parce qu'une pensée malvenue m'est passée par la tête !
J'arrive pas à contrôler ça, pas à comprendre le mécanisme...

...Pensées du soir...
:petipiou:
"Attendre d'en avoir assez pour agir en toute lumière c'est se condamner à l'inaction."
Jean Rostand.

L'amour, c'est la plus belle invention pour tenir les gens debout.
Cali.

Avatar de l’utilisateur
Sab
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Messages : 4646
Inscription : 14 mars 2003, 01:00
Localisation : planète lol

Message par Sab » 03 août 2004, 13:41

ey Antoine, c'est quand qu'on aura un nouveau sujet de réflexion? :?: j'aimais bien les lire !!!!!!! :read:

en plus on peut même pas poster un nouveau sujet là dedans :bad-words: obligée d'écrire à la suite dun vieux truc !!!!!!!

bises

:sab:
sab
[img]http://www.thunderegg.co.uk/images/pucca_7.jpg[/img]

Avatar de l’utilisateur
Antoine
Administrateur
Administrateur
Messages : 359
Inscription : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Compiègne
Contact :

Message par Antoine » 03 août 2004, 23:58

Coucou 'tite Sab :sab:
Le prochain groupe de parole de Partage et Ecoute ayant lieu le 8 septembre prochain, le post concernant le sujet de réflexion qui y sera abordé devrait être mis en ligne au début du mois de Septembre (voir à la fin du mois d'août si tu es sage ;) )
Bises
:lapin:

Avatar de l’utilisateur
Sab
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Messages : 4646
Inscription : 14 mars 2003, 01:00
Localisation : planète lol

Message par Sab » 04 août 2004, 09:25

merci Antoine.
alors moi je voudrais bien un sujet sur la notion de plaisir dans les tca. On pourrait avoir ça un jour? Tu leur demanderas? (c'est pas pour être chiante hein,chuis sérieuse!)
biz

:sab:
sab
[img]http://www.thunderegg.co.uk/images/pucca_7.jpg[/img]

prudence
Respectable Enfinien
Respectable Enfinien
Messages : 1293
Inscription : 25 juin 2003, 00:00

Message par prudence » 09 août 2004, 23:13

C'est la 1ère fois que je passe sur ce forum là ... j'ai pas tout lu, mais j'ai quand m^me 2-3 trucs à dire (si on peut encore répondre...)
En fait, je ne sais pas trop si c'est "guérir"..c'est bizarre, "guérir" ça me fait bizarre ce terme..; Alors je vais dire autrement..
Et bien pour moi, changer mon rapport à la nourriture, ça me parait un peu impossible.. C'est une habitude, un ensemble de rituels, un mode de vie.. Ca fait tellement longtemps que c'est comme ça que je ne sais même pas comment ça pourrait être autrement et ma vie d'avant me paraît vraiment une autre vie.
Changer tout ça et aller vers l'inconnu?? Ben c'est inquiétant et d'ailleurs ds les posts que j'ai survolé avant, un seul mot m'est resté : peur.
Tous peur de changer...

Prudence.
Ecoutons Notre Force Intérieure et Notre Espoir (ENFINE quoi!)

Avatar de l’utilisateur
Sab
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Messages : 4646
Inscription : 14 mars 2003, 01:00
Localisation : planète lol

Message par Sab » 10 août 2004, 12:24

prudence a écrit : Ca fait tellement longtemps que c'est comme ça que je ne sais même pas comment ça pourrait être autrement et ma vie d'avant me paraît vraiment une autre vie.
oui,mais tu as su passer d'une vie à une autre ;ce qui prouve que c'est faisable,même si ça fait peur,oui.
Le mot guérir est effrayant,moi je pense de ttes façons qu'il faut attendre longtemps avant de l'utiliser,il est trop ... "péremptoire" et implique qu'on ne peut pas revenir en arrière,alors que souvent la plupart de nous sont encore dans le doute :la preuve,on est sur le site. Je préfere le terme "aller mieux",ça fait moins peur. Parce que si on dit "guéri" ça implique une validation,et il faut réellement être sur.
bises
sab
[img]http://www.thunderegg.co.uk/images/pucca_7.jpg[/img]

Avatar de l’utilisateur
Sab
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Messages : 4646
Inscription : 14 mars 2003, 01:00
Localisation : planète lol

Message par Sab » 10 août 2004, 12:27

si ça se trouve,ce que je viens d'écrire là est une peur:c'est pas tant "guérir" qui fait peur,c'est la rechute qui se trouve derrière:auquel cas si je me dit "guérie",je ne me pardonnerai pas la rechute,si elle vient.
sab
[img]http://www.thunderegg.co.uk/images/pucca_7.jpg[/img]

Avatar de l’utilisateur
Angee
l'Ange gardien d'Enfine
l'Ange gardien d'Enfine
Messages : 5261
Inscription : 07 mai 2004, 00:00
Localisation : Maisons Alfort(94 700)
Contact :

Message par Angee » 10 août 2004, 14:34

C la 1ère fois que je viens ici et g lu la 3ème page.

Antoie:
c'est de me dire que si je guéris, j'aurais sans doute fait tous ces sacrifices pour rien
Quelle vérité...
Je suis ds ce cas là auj, parce que le choix est à faire; continuer ou arrêter, càd renoncer. RENONCER.

Sab
Parce que si on dit "guéri" ça implique une validation,et il faut réellement être sur.
Je sais que je reviendrai ici, sur ce forum.

Merci.
Angee Déchue

prudence
Respectable Enfinien
Respectable Enfinien
Messages : 1293
Inscription : 25 juin 2003, 00:00

Message par prudence » 12 août 2004, 19:01

Sab a écrit : Le mot guérir est effrayant,moi je pense de ttes façons qu'il faut attendre longtemps avant de l'utiliser,il est trop ... "péremptoire" et implique qu'on ne peut pas revenir en arrière,alors que souvent la plupart de nous sont encore dans le doute :la preuve,on est sur le site. Je préfere le terme "aller mieux",ça fait moins peur. Parce que si on dit "guéri" ça implique une validation,et il faut réellement être sur.
En fait pour moi, ça fait bizarre de dire guérir parce que pour guérir faut être sûre d'être malade.. OK, ça fait déjà longtemps que le diagnosti a été fait, confirmé, reconfirmé.. Je suis allée à l'hôpital et quand on va à l'hôpital c'est qu'on est malade, non? Mais je ne sais pas ...malade..malade.. Je sais pas.. En plus maintenant, je ne sais même pas comment me situer par rapport à la maladie (Prudence aurait écrit maladie???) je sais que je n'ai pas un rapport normal à la nourriture, ça je le remarque.. Mais je ne sais pas.
En fait, je veux m'en sortir sans m'en sortir.. Je veux arrêter les crises de boulimie mais j'y arrive pas parce que j'essaie de me priver (puisque j'ai envie de maigrir)..

Vous devez vous dire que je ne sais pas ce que je raconte...que je m'embrouille.. Mais c'est comme ça que je ressens les chose alors je vous laisse le cheminent de pensées (j'suis perfectionnisme, j'aime faire des posts parfaits..mais tant pis pour une fois!)

Je sais même plus où j'en était ..ah si.
Donc moi, ce qui me gêne, c'ets de dire guérir car faut être sûre d'être malade pour guérir.. J'ai quand même l'impression d'avoir choisi l'essentiel de ce que je fais ( sauf les crises, sauf ce que je m'impose de faire tous les jours et que je ne peux pas éviter sauf cas de force ultramajeur...) Finalement j'ai choisi quoi? j'ai choisi queje voulais maigrir et là, j'ai choisi que je ne veux pas grossir et maigrir si possible et donc ce choix là m'oblige à vivre ce que je vis..
Voilà, je ne suis pas plus heureuse pour autant..


Bon je vais m'arrêter là, car j'ai déjà trop écrit..

Merci d'avoir répondu,

Prudence.
Ecoutons Notre Force Intérieure et Notre Espoir (ENFINE quoi!)

prudence
Respectable Enfinien
Respectable Enfinien
Messages : 1293
Inscription : 25 juin 2003, 00:00

Message par prudence » 12 août 2004, 19:03

Au fait, merci Antoine d'avoir proposé ce sujet..Ca m'a permis de réfléchir un peu... De me poser certaines questions..

MERCI !
Ecoutons Notre Force Intérieure et Notre Espoir (ENFINE quoi!)

Avatar de l’utilisateur
kilou
Douce brebis têtue de 1ère classe
Douce brebis têtue de 1ère classe
Messages : 2079
Inscription : 08 mai 2003, 00:00
Localisation : Près du Mont Blanc et si loin...
Contact :

peur, panique!

Message par kilou » 24 août 2004, 11:36

peur de la vie,

peur de rire,

peur de sourire,

peur de pleurer,

peur d'être en colère,

peur de moi,

peur de m'attacher (euh...trop tard),

peur de blesser,

peur de vexer,


bref...peur des émotions et des sentiments......peur de la vie!!!
[img]http://www.retrouversonnord.be/fichiers_retrouversonnord/moutonvoyageur.gif[/img]
@*Si vous voulez vraiment rêver, réveillez-vous!*@

Avatar de l’utilisateur
MarySâme
Gren'ouille modératrice
Gren'ouille modératrice
Messages : 1184
Inscription : 11 mars 2003, 01:00
Localisation : Sur une lune d'eau...

Message par MarySâme » 26 août 2004, 20:31

Depuis la prise de conscience d'avoir la possibilité de me délivrer, je crois que j'en suis là...tétanisée de sortir au fur et à mesure de mes carapaces gigognes, pour entrer dans un cycle nouveau. Parce-que "pas bien", on se dit, ça ira mieux "bien"...mais si cet état agréable, soi-disant, de vivre bien ne venait jamais ? Malgré un sacré optimisme ? Je pense que pour arriver jusque là j'ai usé d'une certaine imagination pour me dire "ça passera" et au-delà de la douleur, je connaitrai mieux. Cependant, où se place la frontière entre l'illusion et la vérité ? Et si je parvenais à "entrer" pourrais-je supporter le désenchantement ? Si non, faudra t-il ressortir pour résister à la réalité...? Pour l'instant, je me sens sourde, aveugle et muette...mais qu'aurai-je à dire, à voir et à entendre ? C'est une toute autre dimension, et je redoute de ne pas savoir assumer. Je me retrouve tout à fait dans les paroles de Wing, enfin, chacun des témoignages résonne en nous plus ou moins profondément. J'ai peur de moi. De mes émotions aussi. J'ai peur de ne jamais saisir qui je suis...ou "devrais" être. J'ai peur de l'attachement, du sentiment d'abandon, de ces choses non fongibles...Décrire toutes les peurs serait si long... Et puis j'ai peur, tout simplement de ne pas arriver à vivre. Je veux dire au delà de respirer..., mais au moins trouver le bon air...la juste mélodie, harmonieuse, et ne pas s'étourdir et s'étouffer dans les doutes, les peurs encore, les désillusions. Je place la vie à un cran supérieur, comme si la survie est sous-vie, et j'ai donc peur de ne jamais être à la hauteur et rester dans la pauvre débine, ne jamais acquérir la confiance que j'imagine posséder quand je me projette, mal, plus tard, dans "l'incertain". Peur de rester dans l'indigence avec des comportements hors-normes, et être stupide, toujours ces complexes...intellectuels, physiques, sociaux... Vulgairement, j'ai peur d'être à côté de moi, et de n'avoir pas le potentiel pour être celle désirée, donc aimée. Peur d'être trop peu, trop, ou pas assez...Finalement, mon raisonnement est assez égoîste.
Schématiquement, ça donne (.) et j'ai peur de ().
Les parenthèses sont si protectrices, et l'abstraction apaisante..j'en deviens confuse.

Avatar de l’utilisateur
petipiou
La petite oiselle
La petite oiselle
Messages : 2254
Inscription : 07 mai 2003, 00:00
Localisation : Paris

Message par petipiou » 27 août 2004, 13:56

Marie, tu as mis des mots sur ceux que je ne trouve plus...
"Attendre d'en avoir assez pour agir en toute lumière c'est se condamner à l'inaction."
Jean Rostand.

L'amour, c'est la plus belle invention pour tenir les gens debout.
Cali.

Avatar de l’utilisateur
Sab
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Sab'liées et Tite Grande Sab... ;-)
Messages : 4646
Inscription : 14 mars 2003, 01:00
Localisation : planète lol

Message par Sab » 29 août 2004, 11:42

:cry:
sab
[img]http://www.thunderegg.co.uk/images/pucca_7.jpg[/img]

Mimolette
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 281
Inscription : 10 mai 2017, 21:11

Re: La peur de Guérir

Message par Mimolette » 10 nov. 2017, 17:44

Je reprends des mots de "persévérance" Aller faire les courses,
je devrai, mais, je remets, cela s'appelle la procrastination. Je n'y arrive pas, j'ai peur de ce que je pourrai acheter, de ce que les autres pourraient dire. A trop vouloir manger sainement, j'en reviens à ne plus savoir, si, cette chose est +++ ou -. Et qu'est-ce qu'elle apporte
Alors mon frigo tout nettoyé, et rempli de bouteilles d'eau, aucun yaourt, aucune matière grasse. J'ai de l'huile, mais je ne m'en sers pratiquement jamais pour cuisiner, je n'aime pas son goût, j'ai une grande bouteille en plus..


le jour ou j'arriverai à acheter sans scrupule, à inviter des gens, à manger sans penser à rien, à lâcher ce contrôle

rafaelot036
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 1
Inscription : 09 mai 2019, 22:06

Re:

Message par rafaelot036 » 09 mai 2019, 22:14

WingedKefka a écrit :
14 juin 2004, 23:00
Bon j'vais aussi tenter, y'a pas de raison :)

Dans mon cas çà a plutot été la peur du changement, j'etais dans une sorte de carapace. Qui m'affaiblissait, me faisait me renfermer sur moi, mais qui en contrepartie me donnait une impression de protection totale contre l'exterieur. Et pour cause, elle repoussais tout, le bon comme le mauvais, dans le doute qu'un piege puisse se dissimuler.
Et pour moi guerir, etait synonyme de lacher prise. On réussit atrouver un confort dans un systeme, mais on nous dit que dehors, il y'a le vrai bonheur, pas le monde illusoire que l'on s'est crée. Et il faut alors oser aller à la rencontre de la vérité, en sachant qu'on abandonne tout ce que l'on a et que le risque de tout perdre est possible.
(j'ai volontairement fait un rapprochement avec "l'allégorie de la caverne" qui pour moi représente très bien la situation.
C'est vraiment intéressant de naviguer dans ce forum car on y trouve beaucoup de conseils!
Merci!

Répondre