Agir vis-à-vis du malade

Pourquoi donner des conseils à l'entourage ?

Les personnes atteintes de TCA sont généralement dans le déni ou ambivalents par rapport à leur condition et à l'acceptation d'un traitement. Elles cherchent à rationaliser ou à dissimuler leur comportement alimentaire et leurs symptômes. C'est pourquoi, quelque soit leur âge, le soutien et l'assistance de leurs proches dans les prises de décision médicales sont nécessaires.

Surveiller la santé physique du malade :

Il est nécessaire d'être vigilent et de surveiller les signes vitaux et biologiques de votre enfant/proche, puisque ce dernier ne se rend pas compte de la gravité de son état. Pour cela, il est recommandé de le faire suivre par un médecin, ou de l'y encourager, afin de procéder, entre autres, à des examens cardiaques et sanguins. Retenez-vous toutefois de réprimander votre enfant/proche après ces examens, cela pourrait le disuader d'en refaire ou l'encourager à mentir davantage au sujet de ses résultats.

Souvenez-vous : Personne n'est coupable !

Il est important de rappeler que les familles ne provoquent pas la maladie, et que leur enfant/proche n'a pas choisi d'être atteint d'un TCA, même si cela peut parfois apparaître comme un mode de vie "choisi". 

 

Quelques conseils :  
  • Parlez ouvertement avec votre proche sans tabou et sans l'infantiliser. Parlez-lui franchement de votre inquiétude à son sujet, des risques encourus. Faites-lui part des informations que vous avez pu recueillir sur sa maladie.
  • Dites à votre proche que vous êtes là pour l'aider et qu'il peut et pourra toujours compter sur vous.
  • Dites à votre proche que vous ne le jugez pas, que vous comprenez qu'il souffre et que vous prenez son problème très au sérieux.
  • Incitez votre proche à s'exprimer, à extérioriser ce qu'il ressent mais sans le harceler.
  • Encouragez votre proche à se faire soigner.
  • Soutenez votre proche dans sa thérapie pour qu'il n'abandonne pas.
  • Ne laissez pas votre proche imposer sa tyrannie à l'ensemble de la famille.
  • Encouragez votre proche à avoir des projets d'avenir.
  • Évitez les remarques qui seraient logiques vis-à-vis d'une personne qui ne souffrirait pas de troubles du comportement alimentaire du type "Tu ne devrais pas te resservir", "Tu dois manger", "Tu es mieux car tu as pris quelques kilos"...
  • Ne vous servez pas de la nourriture comme moyen de pression.
Pour en savoir plus : Entretien avec un parent 

Nos groupes de parole parents/proches : ICI



 

Mise à jour le 22 Septembre 2014

Définitions

Voir tout le glossaire