Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 08 mars 2020, 21:46

Bonjour à tous,

Tout est dans le titre. Je souffre d’anorexie depuis 4 ans. Ça va désormais beaucoup mieux qu’au début, je suis sur la voie de la guérison mais je ne parviens pas à quitter cette ambivalence entre guérir et rester malade. Ça fait des mois que c’est comme ça et je ne sais pas quoi faire pour abandonner le « oui, mais » qui fait que je stagne.

Est ce que certaines personnes ont déjà été dans la même situation ? Et si oui, êtes vous parvenus un jour à décider de guérir complètement, à passer ce cap ?

Merci beaucoup

Peuimporte
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 08 mai 2017, 17:31

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Peuimporte » 23 mars 2020, 01:21

Salut Carla,

J'espère que tu te portes bien.
Je n'ai pas de conseil spécifique mais plutôt une question : es-tu suivie pour ta maladie? Fais-tu partie d'un groupe de paroles ou qqch?
Je vais te citer un médecin nutritionniste franchement très mauvais que j'ai vu par le passé mais qui m'avait dit une chose importante quand je lui avais dit que je voulais maigrir (hyperphagique j'étais) mais que je faisais trop de crises (une ambivalence, donc): "ça n'est peut-être pas le moment pour ça".

Je trouve que le temps se déforme avec nos maladies. On devient vite impatient d'en finir, comme si les années de souffrance pouvaient se détricoter comme ça, vite, parce que ça commence à aller mieux. Peut-être que cette ambivalence doit être là et peut-être que ton dernier combat sera de la combattre, effectivement, de passer ce cap. Tout ce que je peux te conseiller c'est d'être patiente, et peut-être, quand tu es prête, quand c'est le moment, de passer à la "vitesse supérieure" de la meilleure des façons que tu pourras (rejoindre un groupe de paroles, aider d'autres malades et par là même trouver l'envie de te débarrasser de la maladie définitivement, reprendre un suivi psy si c'est pas déjà fait ou entamer une nouvelle forme de thérapie, etc.)
Tu perdras pas de temps en découvrant de nouvelles choses et en investissant dans ta santé, je pense.
En tout cas tu gères :)

Bien à toi,
Tatjana

Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 23 mars 2020, 17:07

Salut Tatjana,

Un énorme merci pour ta réponse, je commençais à désespérer!

En effet, ce n'est peut-être pas le moment pour ça. Peut-être ai-je besoin de plus de temps. J'aimerais avoir du temps mais je vois que mes médecins arrivent au bout de leur patience et je me pose donc la question de la nécessité de voir des spécialistes si en fin de compte on ne veut pas vraiment guérir. Je crois que je ne mérite pas de guérir.
Je suis suivie mais je ne fais pas partie d'un groupe de parole. Peut-être que je devrais mais je culpabiliserais de voir des personnes qui se battent alors que moi je n'évolue plus. J'aimerais aider les autres malades et peut-être que ça m'aiderais moi mais encore une fois, je ne voudrais pas être hypocrite et donner des conseils alors que moi-même je ne les applique pas toujours.

Comme beaucoup d'entre nous je pense, je vis très mal ce confinement. Je suis très très angoissée par ce changement soudain. J'ai repris le sport chez-moi mais j'évite de trop en faire pour ne pas retrouver mes mauvais réflexes. Vivement le retour à la normale je n'en peux plus.

Bon courage à toi pour le confinement aussi. Et si ce n'est pas indiscret, où en es tu ? Es tu guérie ?

Bonne journée

Peuimporte
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 08 mai 2017, 17:31

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Peuimporte » 23 mars 2020, 21:40

Salut Carla,

Pas de souci pour la réponse - on peut continuer à échanger si tu le souhaites, au moins pendant cette période difficile (où il faut faire d'indulgence supplémentaire...c'est pas facile et tout le monde va avoir plus ou moins des comportements compensatoires).
Mon intuition est que tu arrives à bien gérer ton comportement - tu as l'attitude et la discipline qu'il faut, et pour ça, franchement, un grand bravo.
Avec tes médecins, as-tu pu à un moment donné aborder des questions liées à ton bien-être plus général? Ou encore chercher les causes de ces comportements (dans tes rapports familiaux, sociaux, etc.)?
De ma propre expérience, ça m'a grandement aidée de me voir comme un être humain non défini par ses seuls TCA, mais avec des problématiques plus larges, plus complexes, liées à ma façon de m'attacher aux gens, de voir le monde. Peu à peu ça m'a permis de mieux me comprendre et ça a été essentiel pour me voir moi-même sous un oeil plus indulgent, plus tolérant. Ensuite, à force de cultiver ce regard là, plus doux envers moi-même ET les autres, j'ai pu construire doucement (et je continue à construire) un système qui vient contrer plus facilement mes idées noires, mes pensées négatives. Ma psy me dit tout le temps, "le progrès est dans la répétition". Chaque fois que tu répètes un comportement destructeur mais que tu reviens dessus, peu à peu, tu trouves les clés pour en sortir.

ça a l'air d'être du charabia dit comme ça, mais ce que je veux dire c'est qu'un vrai, long travail avec un psychologue qui me convient m'a permis de définitivement entériner certains apprentissages et de me libérer.
Aujourd'hui je peux te dire: je suis "guérie", j'ai assez peu de comportements destructeurs (pour ma part, j'ai eu de la chance, c'était une anorexie suivie d'une boulimie et d'hyperphagie pendant presque 3 ans, assez "peu" au final), j'aime encore pas mon corps des fois, mais souvent je finis par me dire, après quelques heures agonisantes, "ben en fait j'en ai rien à foutre parce que c'est moi et il faut que je vive". Et ne pas vivre a fini par avoir plus de conséquences négatives que de vivre.
Je te conseillerais donc de peut-être envisager de voir un professionnel qui va te permettre de mieux te connaître et te comprendre, puis t'acocmpagner dans les prochaines étapes de ta vie. Sans indiscrétion, tu as quel âge?

Bon courage en tout cas et n'hésite pas!

Tatjana

Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 24 mars 2020, 17:56

Salut Tatjana,

Avec plaisir, on peut parler ici. J'ai 25 ans, et toi ?

C'est gentil, j'arrive à plutôt bien gérer en effet, mais plus au niveau mental que physique. Je m'explique, je parviens à ne pas avoir d'idées obsessionnelles sur la nourriture ou sur mon poids, même en ce moment j'arrive à être tolérante avec moi-même un peu comme toi où je me dis tant pis il faut vivre ça sert à rien de se prendre la tête, mais chaque repas est très difficile car en ce moment physiquement j'ai envie de vomir à chaque fois, c'est pas dans ma tête c'est vraiment physique et je ne sais pas quoi faire pour que ça parte. Hormis vomir pour de vrai mais c'est hors de question. Tous les jours je me lève en me disant ça y est ça va revenir.

Avec mes médecins j'ai pu leur parler d'autres choses que de la nourriture mais ils restent quand même très focalisés là-dessus et moins sur le reste. Je pense que, comme toi, je devrais aller voir un psy dont la spécialité n'est pas les TCA pour pouvoir progresser sur le reste. Mais c'est pas facile en ce moment avec le confinement, j'aurais du mal à me livrer en visio conférence en plus...

Ce qu'a dit ta psy me parle pas mal, et aussi le fait que l'ambivalence est peut-être mon dernier combat. Je crois que c'est vrai.
Est-ce que c'est une psychologue ou une psychiatre que tu as vu ?

En tous cas c'est génial que tu sois sortie de tout ça, je n'ai jamais connue ni la boulimie ni l'hyperphagie mais ces combats ont l'air tout aussi durs à mener donc bravo à toi!

Bonne journée!

Carla

Peuimporte
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 08 mai 2017, 17:31

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Peuimporte » 24 mars 2020, 23:40

Coucou à toi,

Merci pour ta réponse! J'ai 27 ans :)

ça doit être très dur de sentir que tu ne maitrises pas vraiment ton corps, tes signaux de faim ou tes réflexes.
Dis, une chose que j'ai oublié de te demander, tu disais que tu sentais que tes médecins arrivaient à bout de leur patience. Qu'est-ce qui te fait dire ça? Tu les vois, en ce moment, ou tu ne peux pas avec ce confinement? Est-ce que tu sens qu'ils t'aident encore, que cette prise en charge te convient.

Je vois une psychologue, pour ma part. Demain j'ai une visio avec elle, pour la première fois. Je te dirais si c'est vraiment bizarre. Après pour une première approche c'est vrai que c'est pas l'idéal, mais je reste convaincue que c'est un bon truc pour tout le monde et peut-être une stratégie que tu pourras utiliser pour compléter ou prendre le relai de ta prise en charge actuelle quand tu seras prête.

Mais parlons gestion de crise, là dans l'immédiat, est-ce que tu sens que tu as besoin de parler? Que c'est qqch qui pourrait te soulager et t'aider à réduire un peu l'angoisse qui doit nouer ton estomac encore plus que d'habitude?
Cette période est extrêmement anxiogène, je contrôle moi-même très peu mes symptômes physiques d'angoisse mais j'ai la chance d'être un minimum entourée. Tu es seule chez toi ou t'as ton entourage?

En tout cas j'ai l'impression que pour l'instant il faut travailler à relâcher un peu l'angoisse et après des stratégies de plus long terme seront pertinentes (et possibles...vu que là tout est à l'arrêt :( ), parce que là ton corps est en état d'alerte, comme la France d'ailleurs, et c'est difficile de même penser à sortir de l'ambivalence dans cet état. Mais franchement peut-être que toute cette période apportera son lot de bonnes choses aussi pour toi et ta guérison :)

Désolée c'est un peu fouillis je suis fatiguée!

Prends soin de toi,
Tatjana

Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 25 mars 2020, 01:27

Salut!

Parfait on a presque le même âge :)

Je ne peux plus les voir jusqu’à la fin du confinement mais j’ai techniquement le droit de les appeler en cas de difficultés. Sauf que je n’ose pas le faire parce que je ne peux pas m’empêcher de penser que je ne suis pas la priorité en ce moment et parce que je déteste le téléphone....
Et mon impression qu’ils perdent patience ça vient du fait qu’ils m’ont dit que ça ne servait à rien de continuer à les voir si au fond je n’étais pas prête à changer. Aussi parce que j’ai émis des doutes sur la possibilité d’une guerison totale. Tout ça n’a pas du leur plaire. Mais je les aime bien à part ça, je veux dire je pense que je n’ai pas fait le tour de ce qu’ils ont à m’apporter.

Je suis en famille donc pas toute seule heureusement mais mes proches sont un peu hors de tout ça, ils font pas mal l’autruche.
J’ai essayé de faire un peu de méditation et j’ai continué le sport. Le sport marche mieux pour évacuer le stress que la méditation j’ai remarqué mais je retenterai ça ne fait pas de mal. Je dois beaucoup bosser et j’ai souvent du mal à arrêter je suis une hyperactive du taff donc déjà je dois travailler là-dessus. Est-ce que tu as justement trouvé des techniques pour diminuer l’anxiété ?

Super pour ton rdv de demain, tu me diras en effet si c’est bien la visioconférence :)

En tous cas c’est vraiment adorable de ta part de prendre autant le temps de me répondre, c’est une aide précieuse.

Vu l’heure, bonne nuit!

Peuimporte
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 08 mai 2017, 17:31

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Peuimporte » 25 mars 2020, 14:57

Coucou à toi,

Arf, les gens, mêmes médecins, ne gèrent pas toujours bien leurs frustrations et les projettent sur toi. Tu prendras le temps qu'il te faudra pour guérir, l'essentiel est que tu continues à être honnête avec eux et toi-même comme tu le fais déjà si bien.
Je comprends que même sans la situation actuelle, il est difficile de faire le premier pas et de les contacter si tu n'as pas l'impression qu'il y a "du nouveau". Peut-être peux-tu leur suggérer, à la lumière du prolongement quasi certain du confinement, de ritualiser des points avec eux, je sais pas, toutes les 2, 3 semaines pour un check-up? Je suis assez surprise qu'il ne l'ait pas proposé/imposé. C'est quand même plus simple d'avoir un rythme obligatoire plutôt que d'attendre qu'une "difficulté" survienne sachant que c'est de base une maladie du secret et de l'exigence.

Mes techniques pour diminuer l'anxiété sont les mêmes que les tiennes: garder un semblant de normalité en travaillant, ayant ma balade/jogging quotidienne, un peu d'exercices de respiration et d'étirements et puis parfois lire des trucs un peu sur la spiritualité, qui me font prendre de la hauteur. Aussi, se dire immanquablement "ça va passer", mais pour cela encore faut-il avoir hâte de retrouver sa vie "normale". Je sais que certaines personnes dans mon entourage redoutent même la fin du confinement. Aussi, parler à mes proches! ça aide toujours. Une conversation où tu te mets vraiment "à nue" en vaut plus que 25 un peu superficielles. Y'a des gens de ta famille à qui tu peux parler plus que d'autres, peut-être? Ou un/une ami.e?

Pour le boulot, tu sens que ça t'est néfaste de beaucoup travailler? Est-ce que c'est un vecteur d'anxiété aussi? Car si ça te soulage et que tu te sens utile, même si c'est pas l'idéal, ça peut aussi être une bonne chose. ça dépend de comment tu le vois et quel effet ça a sur toi.

Bon courage pour ta journée :) ça me fait plaisir de parler aussi!

Tatjana

Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 25 mars 2020, 19:58

Hey!

Comment vas-tu ? Est-ce que la visioconférence a été bizarre ou bénéfique ?

Pour ma part, mon état est toujours le même que les autres jours, ni pire ni mieux, je me force à manger pour avoir des forces mais dur dur. J'angoisse à l'avance de manger et que ça me donne la nausée.

Pour les médecins, j'ai surtout peur de les contacter aussi parce qu'il y a du pire par rapport à la dernière fois que je les ai vu. Mais c'est justement parce que ça va moins bien que j'éprouve le besoin de les contacter donc c'est une raison valable de le faire... Ils vont voir que j'ai besoin d'aide et ils ne devraient pas me rembarrer. Enfin j'espère !
Je suis d'accord avec toi sur le fait que ça aurait été mieux que ce soit eux qui fassent un "calendrier" plus rapproché mais j'imagine qu'ils ont été réquisitionnés pour traiter les patients qui ont le coronavirus et ils ont donc moins de temps pour leurs "patients habituels". Je leur en parlerai quand je les aurais au téléphone vendredi.

Je suis contente de voir que je suis sur la même piste que toi niveau techniques anti stress, peut-être que je devrais aussi sortir un peu de la maison pour courir mais comme j'ai un jardin j'évite de sortir dehors. Moi j'ai hâte de retrouver une vie normale même si le retour à la normale va être un peu déstabilisant pour tout le monde au début, ce sera que du positif. J'ai déjà beaucoup de chance de ne pas passer ce confinement seule dans mon minuscule appartement, je ne sais pas comment j'aurais géré niveau alimentation et surtout de devoir faire les courses!
Je parle pas mal à ma mère quand même, et même si elle ne sait pas trop quoi me répondre en général, c'est déjà ça. Par contre je ne parle pas trop de tout ça à mes amis, je ne voudrais pas les embêter :/

Disons que si je ne bosse pas assez je culpabilise énormément, j'ai l'impression de gâcher mes journées. Donc je m'oblige à faire beaucoup pour au moins avoir cette satisfaction. Me sentir libre mentalement. Mais je sais qu'il ne vaut mieux pas que je compte là-dessus pour être bien ou pas.

Bonne soirée à toi :)

Peuimporte
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 08 mai 2017, 17:31

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Peuimporte » 26 mars 2020, 15:00

Coucou Carla,

ça va?

Moi je comprends ton besoin de discipline, peut-être à doser un peu car d'expérience quand on se met trop de pression au travail c'est précisément quand on commence à procrastiner et après on culpabilise. Je trouve que chez beaucoup de personnes souffrant de tca, il faut réapprendre ce que ça signifie la discipline, avec toute l'indulgence que ça devrait comprendre mais aussi la fermeté. De se fixer des objectifs tangibles, d'être indulgent les jours où il est difficile d'honorer tous ces engagements (il y en a beaucoup en période de confinement et je peux le dire, ça concerne beaucoup de monde), et puis penser à s'aménager des temps de repos pour sa santé mentale et pour sa créativité.

Pour ce qui est de sortir, je trouve ça très utile personnellement. Je ne sais pas où tu te trouves, personnellement je fais tous les soirs le même chemin, rien de ouf, mais c'est apaisant de voir le Monde :). La raison principale pour laquelle jsuis rentrée chez mes parents (et ça a pas été facile, comme décision haha), c'était précisément pour garder une forme de rythme alimentaire, de pas tomber dans mes spirales de déprime et d'indiscipline. Je commence à accepter que c'est comme ça quand je suis longtemps toute seule.
Tu arrives quand même à parler de choses et d'autres avec tes amis? Te changer les idées? Est-ce que ces relations amicales te font du bien et tout?
ça aide je trouve.

Quant à tes médecins, ta réponse est donc toute tracée :) tu peux les appeler. Un ptit coup d'essai. Si tu sens qu'ils sont trop occupés (ou pose leur la question ! ), tu pourras leur demander des alternatives, ou y réfléchir toi-même. Là aussi c'est une question de discipline, que de chasser les pensées où tu te sens de trop, et demander l'aide qu'on te propose et dont tu as besoin!!

Je fatigue du confinement, ces jours-ci. J'espère que ça va repartir, que le moral sera au rendez-vous, en tout cas je vais me battre pour pas me laisser abattre. En ce sens la séance de psy était très bien, pas pareil qu'en présentiel car au fond, et avec le temps, je sens que la présence de ma psy m'est vraiment très agréable et apaisante, mais c'était "déjà ça". C'est tout. Pareil que d'hab' en un point moins bien :).

Très belle journée à toi :)
Tatjana

Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 27 mars 2020, 00:08

Salut Tatjana,

Depuis ce soir j’ai mal au ventre et je ne sais pas pourquoi donc ça m'inquiète un peu. J’ai pris un spasfon j’espère que ça va faire effet 😞 J'ai pas mal avancé sur mon boulot à faire aujourd'hui donc je suis contente ! Je vais essayer de me reposer un peu ce week-end. C'est vrai que l'exigence fait partie des points communs des personnes qui ont des TCA, j'ai fait quelques progrès par rapport à ça d'ailleurs heureusement, avant j'étais bien pire...

C'est sûr qu'à notre âge c'est pas toujours facile de revenir vivre chez les parents pendant un certain temps mais il faut qu'on se dise qu'on l'a fait pour la bonne cause, pour notre santé. Je trouve ça déjà bien qu'on arrive à s'auto discipliner par rapport à la nourriture quand on est chez nos proches car je sais que moi avant, qu'ils soient là ou pas, ça ne changeait pas grand chose, je faisais n'importe quoi. Enfin je veux dire que peu importe le lieu chez eux ou chez moi comme j'avais une peur bleue de grossir je ne mangeais ce que je considérais comme interdit sous aucun prétexte.

Oui avec mes amis je parle de tout le reste sauf de ça. Mais la vérité c'est que je flippe pas mal de donner des mauvaises idées aux copines en fait, comme si le fait d'en parler (même en disant tous les désagréments) allait inévitablement les influencer à tomber dans cette maladie. Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs, c'est assez étrange comme pensée. Et puis quand je mange avec elles je ne veux pas qu'elles se sentent mal par rapport à moi, je ne veux pas qu'elles s'imaginent que je les juge de manière négative parce qu'elles mangent des choses plus caloriques que moi etc. Ah c'est compliqué !

Oui j'appelle demain et je leur dis tout, ça va me soulager, j'en peux plus d'attendre.

J'espère que tu iras mieux :) Bravo pour ta combativité en tous cas, il y a forcément des hauts et des bas mais il faut se souvenir qu'on a connu pire que ça et que si aujourd'hui ça ne va pas, demain est un autre jour.
Tant mieux si la séance avec ta psy t'a fait du bien, je comprends que tu te sentes rassurée de savoir qu'elle est là. Quand est-ce que tu la revois ?

Bonne soirée à toi !

Carla

Car.la
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 08 mars 2020, 21:32

Re: Comment venir à bout de l’ambivalence ?

Message par Car.la » 27 mars 2020, 17:11

Coucou Tatjana,

Bon... j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai appelé ce matin, je suis tombée sur l'une des infirmières qui m'a écouté parler puis elle m'a demandé si je voulais que mon médecin me rappelle pour lui parler. J'ai accepté, sauf que c'est un interne que je ne connais pas qui m'a rappelé car comme je le craignais ils sont actuellement en effectif réduit. Je n'ai donc pas pu parler à ma psy :( Au moins il m'a prescrit un anxiolytique donc j'espère que ça va marcher mais il m'a posé des questions comme un médecin, pas comme un psy. Je me sens vraiment merdique de ne pas avoir eu ma psy au téléphone. Je m'en veux énormément de me sentir comme ça alors que c'est pas de sa faute et qu'il y a tellement de gens qui souffrent bien plus que moi mais j'ai l'impression d'être lâchée dans la nature, que tout le monde s'en fiche si je vais mal. J'ai tellement eu un faux espoir quand on m'a dit qu'elle me rappellerait... mais bon il ne faut pas que je me laisse abattre.

J'espère que toi ça va et que tu passes une bonne journée !

Bon courage à toi

Répondre