Hyperphagie après 40 ans

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Membres actifs, Modérateurs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Nathlib
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 2
Enregistré le : 04 sept. 2021, 14:50

Hyperphagie après 40 ans

Message par Nathlib »

Bonjour à toutes et tous,
Je viens juste de découvrir ce forum. Je m'aperçois qu'il y a énormément de jeunes filles. Cela m'attriste tout d'abord, et je vous souhaite à toutes de prendre conscience de votre valeur et de l'importance de prendre soin de vous.
De mon côté j'ai mis beaucoup plus de temps que vous à faire ce parcours et je me retrouve à plus de 40 ans à enfin comprendre que je suis hyperphagique.
Est-ce que d'autres personnes de ma tranche d'âge se trouvent sur ce forum ? J'ai besoin de partager car la solitude sur ce sujet est une réalité pesante.
Au plaisir de vous lire !
nath53
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 7
Enregistré le : 23 avr. 2021, 09:47

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par nath53 »

Bonjour,

C'est mon cas depuis plusieurs années. Je "navigue" entre périodes de crises hyperphagiques, période de restrictions sévères…
J'ai beau en parler à des amis proches, rien n'y fait.
Une médecin nutritionniste que j'ai consulté me dit que c'est lié à un état dépressif et qu'il faut que je consulte un psychiatre. Je vais tenter l'hypnothérapie et voir si ca atténue ce comportement.

A dispo pour discuter.

Bonne journée :)
Magui69
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 1
Enregistré le : 02 août 2021, 14:24

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par Magui69 »

Bonjour Nathlib et Nath53
Je suis comme vous, hyperphique depuis des années avec l’impression d’être seule dans mon cas.
Depuis quelques mois je ne connais quasiment plus de répit entre les crises et je me sens au fond du trou, complètement désespérée.
Je vous souhaite bon courage et espère partager avec vous des moments plus joyeux.
Erzsie
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 4
Enregistré le : 25 sept. 2021, 11:48

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par Erzsie »

Bonjour,

Pour ma part, j'ai guéri (et je précise totalement guéri) au bout de décennies de boulimie. Voilà plusieurs années maintenant que la nourriture a cessé d'être un problème (elle l'était depuis le tout début de mon adolescence), elle est même devenue un plaisir.

Si je peux être d'une quelconque utilité...
Bon courage à toutes.
nath53
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 7
Enregistré le : 23 avr. 2021, 09:47

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par nath53 »

Bonjour Erzsie,

En te lisant, la première question qui me vient à l'esprit est quelle a été la (les) démarches/évènements/facteurs déclenchants aboutissant à la guérison ?

Merci.
Bonne journée.
Erzsie
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 4
Enregistré le : 25 sept. 2021, 11:48

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par Erzsie »

Bonjour Nath,

Je vais essayer de te répondre de la manière la plus précise possible.

J'ai guéri en très peu de temps (disons deux ou trois semaines) à l'occasion d'une maladie très grave de mon mari (trois mois d'hôpital, on ne savait pas s'il s'en sortirait + multiples problèmes à côté, je passe).

Évidemment, l'explication simple serait de dire que j'avais autre chose de plus grave à penser que mon poids, le regard des autres, mes compulsions, mes phases anorexiques, ma dépression...
Mais ce serait une réponse simpliste car j'avais vécu d'autres épreuves (des deuils douloureux par exemple) sans guérir pour autant. Par ailleurs, s'il ne s'était agi "que" de la maladie de mon mari, quand il a été guéri, que notre vie a repris, ma boulimie très ancienne aurait dû redémarrer, or ce n'est pas arrivé. Pourtant, je me doutais que tout s'était joué à cette période.

Donc mon explication, c'est que ces circonstances m'ont obligée à "sacrifier" ma boulimie. Si je restais boulimique, avec tout ce que ça implique (dont l'hôpital pour moi), je ne pouvais envisager de tirer mon mari de là, d'autant que c'est moi qui avais demandé son hospitalisation. Je me devais de le soutenir.
En n'étant plus boulimique, c'est-à-dire en conservant toutes mes forces, en cessant de me faire du mal par tous les moyens, je pouvais au moins essayer.

Le problème, c'est que sacrifier ma boulimie, ça voulait dire bien sûr sacrifier tout ce qu'elle avait de négatif (tous les boulimiques sauront de quoi je parle, pas la peine de m'étendre là-dessus), mais aussi tous les bénéfices que j'en tirais depuis très longtemps. Et il a fallu que je sois guérie pour comprendre que des bénéfices, il y en avait. À commencer par le plaisir intense des débuts de compulsions, au moment où on cède (ou le plaisir de la faim quand on se prive), mais aussi le fait que comme tout le monde savait que j'étais très fragile, physiquement et moralement, tout le monde avait pris l'habitude de me ménager, et ça m'arrangeait bien finalement, ça me permettait d'esquiver pas mal de difficultés de la vie.

Mais je l'ai fait, je ne sais pas trop pourquoi : le sens du devoir ? Sans doute.


Et j'ai eu une seconde "chance", si j'ose dire, qui m'a certainement permis de ne pas replonger à la guérison de mon mari. Un énorme hasard a fait que j'ai découvert le plaisir de manger, que je n'avais jamais connu. Donc il a pu prendre la place du plaisir perdu des compulsions. Je pense en effet que la boulimie tourne autour de cette notion de plaisir dénaturé, on s'interdit un plaisir normal (celui de manger de bonnes choses) et on opte pour un plaisir anormal puisque les compulsions provoquent une souffrance.

Je précise que tout ça s'est fait inconsciemment, naturellement. C'est aujourd'hui que je comprends ce qui s'est passé, que j'arrive à décoder. Sur le moment, j'ai vu que j'étais guérie sans comprendre pourquoi.

Voilà à peu près ce qui est arrivé. Je pourrais en écrire des pages, mais on va dire que c'est le schéma. :D

Je ne sais pas si mon expérience te "parle" ? Ce que je peux dire pour finir après ce long discours, c'est que je n'ai jamais replongé, je ne me suis jamais plus sentie en danger, aujourd'hui la nourriture est une amie fidèle après avoir été ma pire ennemie pendant des décennies. Et je précise, parce que ça a aussi son importance pour les boulimiques, que je suis très mince.

Très bonne journée, et bon courage.

Erzsie.
Nathlib
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 2
Enregistré le : 04 sept. 2021, 14:50

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par Nathlib »

Bonjour à toutes,
Merci d'avoir répondu à ma question. Merci Erzsie pour ton échange sur ton expérience. De mon côté, c'est totalement l'inverse : c'est à la faveur d'un gros traumatisme que j'ai pris mes 10 premiers kg de trop en quelques semaines. Et je passe un pallier de poids à chaque traumatisme émotionnel.
Pourtant, en même temps j'achète bio, j'ai fait tellement de régimes que je connais les aliments, leurs qualités nutritionnelles et l'équilibre alimentaire par cœur. Je fais très attention aux origines, je lis les étiquettes, je traque le sucre, j'évite d'acheter certains aliments... oui mais quand je fais une crise tout cela vole en éclats. Et puis j'ai des ados et dans mes placards il y a tout de même des produits pour eux.
J'ai passé des années à faire du yoyo en perdant du poids et en reprenant toujours plus. Aujourd'hui je ne parviens même plus à perdre. J'alterne entre des périodes de stagnation et des périodes de prise de poids. C'est dramatique. Je ne sais plus quoi faire : Dukan, dissocié, chrono, nutritionniste, wwatchers, cetogene, jeune, hypnose... j'ai vu une psychologue plusieurs fois mais pas spécifiquement pour mon poids.

J'ai voulu venir récemment à l'association pour faire du yoga et reprendre une activité physique, mais apparemment l'activité ne continue pas... je ne sais plus du tout quoi faire !
Où en êtes vous ? Quelles sont vos idées pour sortir de ce cercle viscieux ?
Erzsie
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 4
Enregistré le : 25 sept. 2021, 11:48

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par Erzsie »

Bonjour Nathlib,

En fait, je pense que prendre du poids lors d'un traumatisme (donc avoir des compulsions) est malheureusement quelque chose de courant. Quand on se remplit de nourriture, on compense toujours, me semble-t-il, quelque chose : un manque, un vide, une difficulté.

Ton problème, j'ai l'impression, c'est que tu n'as pas de plaisir avec la nourriture. Tu énumères tous les régimes que tu as faits, or je ne vois pas comment on peut avoir du plaisir en faisant un régime, tout simplement parce qu'on ne suit pas ses envies, on suit ce que dit le régime (il faut manger tel aliment et pas tel autre, à telle heure, etc.).
Tu n'as pas de plaisir non plus parce que la nourriture t'inquiète, elle peut te faire grossir, tu peux perdre le contrôle quand tu commences à manger. J'espère que je ne te parais pas trop présomptueuse en parlant ainsi.

Pour moi, ce qui a été décisif, c'est d'arrêter toute idée même de régime, afin de retrouver un vrai plaisir alimentaire. Et je précise que moi aussi je regarde les étiquettes, l'origine, c'est important à mes yeux, mais je ne le fais pas par angoisse, je le fais encore une fois par plaisir, avec l'impression de me faire du bien en mangeant de bons aliments, qui répondent à certains de mes principes : bio, local par exemple.
Je mange ce qui est bon au goût, mais aussi ce qui est bon pour mon corps (le bio), ce qui est bon pour ma tête (les produits locaux, je suis très branchée "préservation de la planète").
Et vu que je contente mon corps et mon esprit, je n'ai pas besoin de manger trop. Si je mange trop, je me sentirai lourde, j'aurai le ventre gonflé, voire qui me fera mal, donc je n'aurai plus de plaisir. J'ai remis le plaisir au cœur de mon alimentation, c'est ça la clé.

Je sais que ça peut paraître compliqué à faire, mais le jour où je n'ai plus mangé en fonction de règles extérieures, de régimes, mais seulement en fonction de ce qui me satisfaisait à tout point de vue, mon rapport à la nourriture s'est apaisé.

Il y a aussi autre chose qui a été décisif pour moi : apprendre à manger très lentement. C'est là que tu as tout le goût des aliments que tu aimes. Pour moi, la bonne méthode, ça a été de compter le nombre de mes mastications avant d'avaler, j'avais décidé que le nombre, c'était 20. :D Je sais, ça ne paraît pas très glamour, mais ça a très bien fonctionné dans mon cas. Manger très lentement, ça permet, obligatoirement de manger moins.

J'ai encore fait un commentaire très long, désolée...
Bonne journée.
Carminho
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 1
Enregistré le : 14 oct. 2021, 07:01

Re: Hyperphagie après 40 ans

Message par Carminho »

Bonjour a vous tous moi je viens juste de découvrir ce forum j'ai 54 ans je suis hyperphagique et boulimique je sais plus depuis mon enfance c'est la bataille de ma vie mon enfer ma destruction je passe de la boulimie a l anorexie depuis des années mais depuis la mort de ma mère depuis un ans c'est impossible de m arrêter de manger j'ai pris depuis un ans... kg je ne supporte plus mon corps je me dégoûte je suis écoeurée de mon manque de contrôle je ne vis plus je survis c'est invivable je suis fatiguée
Répondre