Je veux OSER m'en sortir

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour,

Alors voilà. Je viens vers vous car j'ai décidé de guérir de cette maladie qui me pourrie la vie et qui m'empêche de vivre. Je ne sais pas si vous pourrez m'aider mais je vous expose un peu mon cas.
Il y a un peu plus d'un mois, j'ai pris rendez-vous avec un médecin spécialisé dans l'anorexie avec lequel j'ai établi des menus types - avec en plus l'aide d'une diététicienne. J'ai tenté - avec plus ou moins de succès - de le respecter jusqu'au deuxième rendez-vous mais, comme je n'ai pas toujours respecté "au gramme près" ce qui était prescrit, il n'a pas voulu changer mon menu.
Pour lui, tant que je ne suis pas capable de respecter celui-ci, je ne peux pas en avoir un nouveau. J'ai beau vociférer et m'énerver parce que ça ne va pas assez vite à mon goût, il faut bien reconnaître que si ça ne va pas vite, ce n'est pas de sa faute à lui mais bien de la mienne. Si je voulais vraiment que les choses avancent, je n'avais qu'à le respecter scrupuleusement et à la lettre son programme au lieu de m'amuser à retirer 20g de féculents ou 4g de flocons d'avoines ( il chipote pour pas grand chose quand même) ! Bref ...

Après mettre bien lamentée, avoir traité le médecin de tous les noms d'oiseaux comme si c'était de sa faute, je me suis dit "En même temps, si tu voulais qu'il te rajoute un morceau de pain dans ton menu pourquoi attendre qu'il te le rajoute" ! En effet, là est toute la question ... Je vocifère parce qu'à cause de lui (de moi en fait) je ne peux pas prendre mon morceau de pain parce qu'en refusant de me changer le menu, il m'oblige à me conforter à un menu qui ne comporte pas de pain ... Ok, mais au fond. Si j'en ai envie de ce bout de pain, qu'est-ce qui m'empêche réellement de le rajouter moi-même sur la liste?

Il ne m'en voudra surement pas et au contraire, il y verra sans doute une preuve de bonne volonté, non? Oui oui ... Certainement. Ah! Mais là du coup arrive toutes mes peurs : oui mais un morceau à chaque repas et je vais grossir. Oui mais combien de gramme de pain dois-je prendre? Est-ce que je vais avoir pris 2kg et devenir obèse si je rajoute ce pain? Et pire ... Si je le fais de moi-même, ça veut dire que JE veux grossir, ce que la maladie essaye par tous les moyens de m'empêcher de faire ... Bref ! Gros dilemme et gros merdier dans mon esprit.

C'est là que j'en appelle à vous. Ou plutôt, j'en appelle à d'autres filles, d'anciennes anorexiques ou des anorexiques sur le chemin de la guérison. Mesdemoiselles, comment avez-vous réussi à OSER prendre ce bout de pain? (Carotte, biscuit, compote, navet, peu m'importe, mais cette chose en plus, cette chose que vous aviez envie de prendre). Comment céder à la tentation sans culpabilisé? Comment faire le premier pas? Comment attraper ce morceau de pain, le manger et refaire cette acte à chaque repas ensuite ?

J'aimerais vraiment le savoir.
Alors, merci d'avance et j'espère que certaines d'entres vous pourront me répondre.
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonsoir,

ton sujet m'a touchée car j'en suis au même stade que toi en ce moment.
Une phase difficile à négocier ou tout se mélange dans la tête , l'envie de s'en sortir et l'envie de rester en sécurité dans la maladie!!
Grossir , c'est repartir dans la vie et de nouveau prendre des risques, et vivre ses émotions positives ou négatives!!
Parfois , je fais des micros rechutes sur quelques jours mais je me reprends et je me remets à manger avec une certaine normalité, à table et dans la convivialité
Il n'y a pas de recettes magiques , pour moi il faut y aller doucement, faire malgré tout des repas équilibrés au début avec une certaine discipline et se rendre compte que finalement
la prise de poids ne va pas si vite que ça et stagne même parfois
et surtout avoir un accompagnement

mais cela n'empêche pas parfois d'avoir des moments difficiles
bon courage
SabrinaTCA92
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 15 janv. 2014, 00:00

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par SabrinaTCA92 »

C'est un beau post.
La peur que tu as...Ne crois tu pas que c'est plus la peur "d'abandonner la maladie" plutôt que la peur de prendre ce bout de pain / de culpabiliser / de grossir...?
Si oui...
QU'as tu as à perdre à passer à autre chose, à laisser la maladie ? Que t'apporte-t-elle ? Pourquoi t'empêche t-elle de prendre ce pain sans y penser, parce que tu en as envie, que ton corps en à besoin et que c'est naturel ?
En tout cas bravo, tu te poses des questions légitimes et tu sembles sur la bonne voie :)
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bravo, tout est dit dans cette réponse et je crois qu'elle est valable pour chacune d'entre nous!!!

La question qui est soulevée ici est centrale je pense, pour toutes celles qui veulent essayer de s'en sortir

Bon courage à toutes

merci à Kirothius d'avoir soulevée ce sujet important

il résonne en chacun de nous et nous oblige à nous poser des questions
SabrinaTCA92
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 15 janv. 2014, 00:00

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par SabrinaTCA92 »

Merci Bibo pour cet échange, je trouve ces commentaires constructifs et certainement que commencer par se poser ce type de questions est une étape importante pour qui décide et souhaite sortir de la maladie \:D/
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Bonjour

Pas sûr que mon message te soit d'une grande aide, car j'en suis à peu près au même stade que toi... A savoir que j'en ai ras-le-bol de me gâcher à la vie à me torturer l'esprit pour des questions de bouffe, à mettre des heures à concevoir des menus qui répondent à des règles totalement irrationnelles, à ne plus savoir ce que signifie "avoir envie de" car ma seule priorité est de respecter un "menu type" que je m'impose chaque jour, et qui ne laisse plus aucune place ni à l'imprévu ni à l'envie, au désir de manger quelque chose... Je crois même que je ne sais plus ce que signifie "avoir envie de... " une mousse au chocolat, un morceau de fromage, ou autre...
J'ai 2 enfants en bas âge et je ne veux plus, je ne peux plus continuer ainsi... Pour eux, j'essaye de changer, d'être plus souple... Mais c'est très dur! Parfois j'y arrive, sans culpabiliser, mais le plus souvent non... Les fois où j'y arrive, où "j'ose" comme tu le dis si bien, il faut vraiment que je me fasse violence, que je lutte contre ma petite voix intérieure. Et aussi que je me prépare psychologiquement bien avant. Spontanément, je n'y arrive pas, ou très très rarement.
Je pense qu'au moment de franchir le pas, la question essentielle à se poser est : "en ai-je envie?", et si oui, "pour quelle raisons valables me l'interdirerais-je?"...
Quand je parviens à manger cette chose en plus (un morceau de pain, une cuillère à soupe de crème, une part de glace ou de gâteau...), et que j'en tire réellement du plaisir, j'essaye alors de ne pas culpabiliser,de savourer cet instant. Après, ça passe ou ça casse. Soit j'en suis fière, soit je m'en veux à mort... Mais avec un peu d'entraînement (c'est comme le jogging finalement!), on finit par prendre plus souvent plaisir à se laisser aller.

Voilà pour mon expérience... Je sais que le combat sera difficile, mais le fait de vouloir avancer est déjà une bonne chose je pense... Je te souhaite bon courage face à ce combat, mais je ne perds pas espoir qu'on parvienne à surmonter nos peurs, à OSER, un jour! Comme l'a dit quelqu'un plus haut, on ne perd pas grand chose à essayer...
Une petite vidéo pour finir : http://www.youtube.com/watch?v=j0cOKYXNuj8
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Merci pour toutes vos réponses...

Je crois que c'est la réponse de SabrinaTCA92 qui fait le plus échos à mes réflexions. Je passe mes journées à rédiger mon journal dans lequel j'explore toutes les pistes possible et inimaginable dans le but de trouver cette fameuse cause, cette fameuse raison qui m'empêche de pleinement guérir. Quand tu écris "Qu'as-tu à perdre à passer à autre chose et à laisser la maladie?", tu ne peux pas savoir à quel point cette question me triture l'esprit. Je la repasse en boucle dans ma tête chaque nuit et chaque heures qui passent ... J'ai commencé à aller voir un psychiatre avec lequel je vais essayé de réponse à cette question ... Je suis persuadée, depuis que je l'ai vu lui et en vous lisant, que lorsque j'y aurai répondu, alors cette peur, cette impossibilité à Oser, cette peur même quand je meurs de faim, j'arriverais enfin à passer outre ?

Je ne sais pas où vous en êtes sur le chemin de la guérison mais j'y aspire tellement à pouvoir l'emprunter... Pour l'instant, j'ai l'impression d'être dans une barque et de ramer à contre courant ! Je ne perds plus de poids mais je ne grossis pas encore. Je respecte un "menu type", je ne m'écarte jamais, je suis toujours prisonnière mais dans une autre prison. Je continue à mourir de faim malgré mon envie de m'en sortir ... Croyez-vous que lorsque je serai enfin libérer, que je saurai enfin ce qui m'empêche de me détacher de cette maladie, j'arriverais alors à réapprendre à vivre? Que la rivière se calmera ou que j'aurai alors plus de force pour remonter le courant, plus de volonté, plus de conviction? La peur de grossir et la culpabilité, je sais qu'elles me suivront, longtemps, que ce sera long et dur, et que ça fera mal ... Mais pour l'instant je suis encore trop dans la reflexion, trop souvent en train de me demander "Est-ce que ça vaut le coup de manger?" ... Je veux trouver les réponses à mes questions parce que je veux que cela cesse ... Je veux arrêter de me prendre la tête, je veux vivre, je veux pouvoir dire oui pour aller danser le soir sans me dire "Ah mais je suis trop fatiguée, Ah mais je ne peux pas boire parce que dans l'alcool il y a du sucre, Ah mais de toute façon j'ai tellement faim que je ne suis absolument pas concentrée et ... Ah! Flûte, en fait je n'ai même pas à me poser toutes ces questions parce que, vu que je n'ai plus d'amis, personne ne m'a invité à danser" ...

En tout cas, ça fait du bien de recevoir des messages.
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonjour,

je ne sais pas si cela peut t'aider mais sache que tu n'es pas seule dans cette galère, je vis la même chose que toi, la même torture entre vivre ou se laisser enfermer dans la maladie
La peur de manger, la peur de souffrir, la peur de me perdre aussi ...
La route qui mène à la guérison (certaines sur ce forum nous montrent qu'elle existe et c'est encourageant) est une route difficile, douloureuse à parcourir, il faudra la traverser avec ton psy et les personnes qui t'aiment
J'espère qu'on sortira renforcer de cette épreuve, la vie nous attend au bout du tunnel; j'espère retrouver l'envie de faire des projets pour moi, l'envie de profiter de chaque jour...
Pour l'instant, je me bats pour garder mon travail, je me remets au sport pour voir du monde et me sentir moins seule , j'essaie d'apprivoiser ma souffrance avec l'aide de mon psy et de préserver mes proches de tous mes doutes car je ne veux par les perdre ni les faire souffrir et tout ceci est très dur
je me sens parfois écraser au milieu de tout ça , à faire face chaque jour au plus urgent et remettre le reste à plus tard, sans vivre vraiment

je te souhaite beaucoup de courage sur le chemin de la guérison (tu es déjà dessus , ne t'inquiètes pas)
et j'espère que toutes celles qui se sont sorties de tout ça vont continuer à nous soutenir comme elles le font car cela fait vraiment du bien
irma
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 23 janv. 2014, 16:19

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par irma »

Bonjour,

En effet, sortir de la maladie, c'est apprendre à découvrir la raison qui nous a conduites à entrer dans cette spirale infernale. Le seul fait d'accepter de consommer un aliment "interdit", la liste est longue, hélas, nous semble être un exploit. J'entends votre souffrance, j'ai vécu la même chose.
Aujourd'hui, j'arrive à me faire plaisir en mangeant sans culpabiliser, c'est un grand pas. Mais, je n'y suis pas arrivée seule, le psy a joué un rôle fondamental. Il m'a permis de m'accepter, d'accepter que je souffrais d'anorexie-boulimie et que je ne devais plus me cacher. Les échanges étaient des plus constructifs. Aujourd'hui, je pense que les échanges via le forum sont des plus bénéfiques. Oui, on peut s'en sortir. Le plus dur c'est d'accepter la maladie pour mieux la comprendre et voir, à terme, le bout du chemin.
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Coucou

Ce que tu viens d'écrire, j'aurais pu l'écrire moi-même! Moi aussi je me sens prisonnière de mes "menus types", moi aussi je stagne niveau poids, moi aussi j'ai une folle envie de m'en sortir et paradoxalement, j'ai énormément de mal à faire des écarts par rapport à ce que je mange d'habitude... Je suis tout le temps fatiguée, je sors peu, j'ai une vie sociale très limitée... Bref, je comprends totalement ce que tu vis et ce que tu éprouves actuellement... Heureusement que j'ai des gens autour de moi qui m'aiment et me soutiennent, même si ce n'est pas toujours évident pour eux de comprendre ce qui se passe dans ma tête.

J'espère que le fait de voir un psy pourra t'aider sur le chemin de la guérison, pour moi malheureusement ce ne fut pas le cas... Je ne compte désormais que sur ma propre volonté pour m'en sortir. Les progrès sont lents, parfois je régresse, mais je sens que je parviens tout doucement à bouleverser mes habitudes malgré tout... mettre un peu plus d'huile par ci, manger un petit gâteau par là... Je le fais au prix de grande souffrance parfois, mais quand j'y arrive, c'est chaque fois une petite victoire quand même!

Il ne faut pas perdre courage, certains témoignages sont là pour nous dire qu'ont peut s'en sortir!

Je te souhaite beaucoup de courage dans ce combat, et sache que tu n'es pas seule à le vivre! Pour ma part ça me fait beaucoup de bien de lire tous ces messages et de voir que je ne suis pas un cas isolé, car c'est une telle culpabilité de faire vivre ça à son entourage, et aussi à soi-même! Mais tes messages et tes démarches prouvent que tu prends le bon chemin... Tiens nous au courant :)
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour à toute,

Tout d'abord, merci encore une fois pour toutes ces réponses. Cela fait vraiment du bien de pouvoir parler avec des gens qui nous comprennent, des personnes qui se posent les mêmes questions que nous ou qui sont passé(e)s par là et qui veulent s'en sortir.

Aujourd'hui, je n'ai vraiment pas trop le morale. Je suis retournée voir mon médecin ce matin et il m'a annoncé que j'avais encore perdu 1kg. Ce n'est pas une bonne nouvelle ! Autant, je le reconnais, cela me fait peur de prendre du poids, mais ce n'est pas parce que cela me terrifie que je n'en ai pas envie. Au contraire, j'en meurs d'envie tout autant que je meurs de faim... Je veux revivre. Je veux tellement pouvoir retourner manger au restaurant, faire la cuisine, faire des gâteaux, manger des crêpes à la chandeleur au lieu d'être seulement là à dire "Oui, c'est bon les crêpes je me souviens de leur odeur et de leur goût et bon sang, que j'aimerai en manger!" J'aimerai tellement que tout cela soit terminer ... J'en meurs d'envie ...

Et puis, cet été, j'ai envie de pouvoir retourner à la plage avec un joli maillot de bain. Ne pas ressembler à un squelette qui avance les pieds dans le sable et que tous les vacanciers regardent avec horreur ou au contraire rester enfermé chez moi par honte de ne ressembler à rien du tout ...

Tout cela pour revenir à ce rendez-vous chez le médecin et à ce kilos perdu. Le pire, c'est de l'entendre me dire "Ce n'est pas bien Mademoiselle" ! Puis "Le menu que vous avez n'est pas suffisant, vous continuez à maigrir" !!! Mais alors dans ce cas, au lieu de me faire des reproches, pourquoi ne m'a-t-il pas donné d'entrée de jeu un menu avec un apport calorique suffisant pour que je prenne du poids? Je ne demande que ça, reprendre du poids et retrouver ma vie ... Je suis juste complètement paniquée et j'ai besoin que ce soit écrit sur un papier, j'ai besoin de sentir que j'ai "l'autorisation" de manger. Mais s'il ne me donne pas ce qu'il faut, comment pourrais-je retrouver du poids alors?

Je reviens vers vous, parce que j'ai parfois l'impression que vous êtes les seules à véritablement pouvoir comprendre cela. Dites moi, est-ce qu'il vous ait arrivé la même chose? Est-ce que certaines d'entre vous, en remangeant, on est aussi continué à perdre du poids? Parce que, je ne comprends pas, vraiment ... Je vous assure, je mange plus que ma mère et que ma sœur, j'ai arrêté toutes activités sportives, je ne fais rien d'extraordinaire dans mes journées et pourtant, je continue à maigrir ... Je ne comprends pas, je suis déboussolée, je suis perdue et en plus, je m'heurte à la déception des autres membres de ma famille qui pensent du coup que je leur mens, que je cache ou jette de la nourriture, sans même s’apercevoir que je suis aussi déçue, voir beaucoup plus qu'eux ...

S'il vous plait, j'ai besoin d'être rassurée. Qu'en vais-je enfin arrêté de maigrir et pouvoir reprendre le contrôle de ma vie? Est-ce qu'il est arrivé la même chose à quelqu'un? Et surtout, pourquoi je continue à perdre du poids alors que je mange ??? Je suis perdue ...
canicio15
Enfinien confirmé
Enfinien confirmé
Messages : 87
Inscription : 19 déc. 2013, 11:25

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par canicio15 »

Coucou Kirothius,

j'ai été anorexique deux ans et puis j'ai basculé dans la boulimie donc je ne connais pas ce cheminement vers une alimentation normale, par contre je comprends ton dualisme, prendre du poids et en même temps avoir peur. Déjà à côté de ton médecin nutri etc tu devrais faire suivi psy tu ne penses pas? Car à priori avec ton médecin c'est une super relation que tu entretiens.. c'est important d'avoir confiance aux pros qui nous entourent! As tu déjà vu un psy sinon? Ensuite j'ai une amie anorexique à la fac, elle n'arrive pas à reprendre du poids non plus car direct elle mange elle file faire 1h de natation éliminer son "écart" pour se rassurer mais elle essaye tout de même, alors ce qu'elle fait c'est qu'elle mange pleins de petits repas dans la journée, comme ça au lieu de manger par bloc avec tout le dégoût qui va avec, cette sorte de grignotage entre trompe un peu le corps et le cerveau..

Je sais ce que c'est le "ohh j'aime ça c'est bon qu'est ce que j'aimerais en manger", quand j'étais maigre je mangeais par procuration genre "ça c'est pas pour toi mais ça fait du bien que lui en prenne"; et maintenant en dehors de mes crises boulimiques je mange aussi par procuration (reste d 'anorexie je pense).

Peut être as tu perdu aussi car c'est dans la tête, un stress par rapport à cela ou autres tu vois...
Autre idée, tu dis que tu attends peut être une autorisation, tu crois que si un professionnel de la santé t'écrivait une ordonnance avec tes repas ça pourrait t'aider? Parfois il suffit d'un truc pour tout déclencher...

On a chacun nos combats mais à priori tu es sur le chemin de la sortie, avec du temps tu vas voir tu vas y arriver et à toi le super maillot cet été en toute sérénité!
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour canicio,

Je te remercie pour ta réponse à mon message. Je pense que je vais essayé d'appliquer ce que tu écris, soit, prendre plusieurs petits repas dans la journée. Ma diététicienne m'a fournie un nouveau menu et a augmenté les doses, donc, j'espère que ça portera ses fruits ... Toutefois, c'est encore trop important pour mon petit estomac qui n'est pas habitué à recevoir une telle quantité de nourriture d'un seul coup, alors je pense que prendre ce repas de manière espacé sera plus facile a avalé et a assimilé dans ma tête ...

Ton amie mange puis va directement faire une heure de natation? Je faisais la même chose avant. Je mangeais trois fèves et un yaourt puis je courrais nager à la nage avec Palmes pour réussir l'objectif de ma vie : ne plus avoir de cuisse - il y a des moments où je suis lucide et parvient à me dire que ne plus avoir de cuisse, c'est impossible et grotesque mais ... On y travaille ! Toujours étant que je faisais de la gym, de la natation, du basket ... Or, depuis un mois - après mettre faite enguirlandé par mon nutritionniste - j'ai complètement coupé court à tout pour lui prouver que j'étais capable de me reposer et de prendre du poids ... Pourtant, j'ai réussi à perdre 1 kilos, alors que je peux t'assurer n'avoir jamais été aussi calme de toute ma vie. Mes activités se résument aux activités de la vie du quotidien, je ne peux pas faire moins mais je reconnais que je ne peux pas non plus m'empêcher de faire le ménage si la maison est sale - et c'est souvent le cas!

J'ai commencé des séances avec un psychiatre - très beau psychiatre d'ailleurs! - qui, malheureusement après deux séances, c'est cassé le talon d’Achille, ce qui rapporte mon prochain rendez-vous au mois prochain ! Ça m'embête un peu, d'autant que j'étais hyper motivée ...

J'ai conscience que le chemin est encore long et semé de plein de petites épines. Mais je me plais parfois à croire que tout est fini et que je peux avoir une alimentation normale ... Or, j'ai compris seulement hier que le mot "normal" n'existait plus dans ma vie ... Parce que, ma normalité a moi, c'est trois petits poids et un yaourt, la normalité du commun des mortels, c'est un repas complet, mais la normalité pour sortir de l'anorexie, c'est de manger plus que les gens normaux ...

Mais bon, ne perdons pas espoir comme tu le dis si bien, il arrivera bien ce maillot de bain !
Des bisous
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Coucou, c'est encore moi (cf mes messages précédents!)

Je réponds à ton avant dernier message, celui où tu dis que tu aurais envie de manger des crêpes, où tu expliques que tu as besoin qu'on te donne l'autorisation de manger, où tu expliques que tu ne comprends pas pourquoi tu perds du poids malgré tes efforts... Et une fois de plus, je me retrouve totalement dans ce que tu as écris!

Je t'explique mon cas :
- j'ai longtemps perdu du poids, or là ça fait plusieurs années que je stagne... Bien sûr, mon but serait aujourd'hui d'en prendre (dans l'idéal 5 ou 6 kgs...Juste assez pour me sentir bien dans on corps et face au regard des autres), mais malgré tous mes efforts, je ne parviens pas à en prendre... Tout comme toi, je ne suis pas sportive, j'ai l'impression de bien manger (en qualité et en quantité), mais je ne fais aucun excès, et je contrôle tout ce que je mange. Par ailleurs je suis une grande stressée, et je pense que c'est aussi ça qui explique que je n'arrive pas à prendre du poids...
- pour l'envie de manger, c'est pareil que toi... J'ai longtemps eu envie de...(crêpes, pizzas, gâteaux, glace...) sans jamais parvenir à passer à l'acte, en satisfaisant mon plaisir simplement par le biais de la vue et de l'odorat... Mais depuis que j'ai mes enfants (que ne ferait-on pas pour eux?), je me suis efforcée de goûter à des choses que je n'avais plus manger depuis des années! L'exemple le plus récent, ce sont justement des crêpes!!! Cela faisait au moins 15 ans que je n'en avais pas mangées, et ce we, pour mes enfants, je me suis lancée! Je les ai faites moi-même bien sûr (toujours ce besoin de contrôler et de savoir exactement ce que je mange), et j'en ai mangées! C'était dur de se lancer, mais je te jure qu'une fois dans l'action (faire les crêpes), et surtout au moment de la dégustation, tu ressens ça comme une vraie victoire!!! Idem pour les pizzas et le reste...
- pour l'autorisation de manger, c'est aussi pareil que toi... J'ai besoin de sentir que j'ai le droit... Perso je ne vois plus de médecin ni de psy (trop de déception, pas assez de résultat...), donc je ne compte plus que sur moi-même... Je me suis donc fait mon propre "menu type" (à partir d'une trame que m'avait donnée le nutritionniste qui me suivait à l'époque), que je réadapte parfois quand j'en ressens le besoin. C'est quelque chose qui est écrit et sur lequel je me base depuis des années, et tout mes repas sont construits à partir de ça. Si ça t'intéresse je pourrai te l'écrire en détail pour que tu compares avec le tien...

Enfin voilà... Tu vois, on n'est ni seule dans notre cas, ni condamnée à vivre ça toute notre vie, même si je sais qu'on n'aura jamais un rapport totalement normal face à la nourriture... Mais le petit maillot qui nous fait de l'oeil dans la vitrine sera peut-être un jour pour nous aussi ;) Il ne faut pas perdre espoir!!!
Pleins de bisous :D
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour encore brindille67 (c'est mignon comme pseudonyme!)

Ecoute, ça m’intéresserait beaucoup de pouvoir comparer ton menu avec le mien ! J'aimerai bien que tu me l'écrives, si cela ne te gêne pas bien sur ...

Tu as mangé des crêpes avec tes enfants! Quelle chance. Tu as su trouver le plaisir de manger des crêpes dans le plaisir de faire plaisir aux tiens, quelque part ! Je pense que c'est encore tôt pour moi mais j'espère trouver cette motivation bientôt ... Je me suis aperçue que ce que je mangeais - non seulement ne me fait pas prendre un gramme et au contraire m'en fait perdre - mais en plus est totalement privé de plaisir... J'ai totalement perdue cette notion de mon alimentation !
Je mange comme un robot, comme si j'effectuais une corvée qui n'avait rien de naturel ! Le mot "plaisir" a été banni de ma vie et comme toi, je mange ce que j'aime avec l'odorat et avec la vue ! Je me nourris du plaisir des autres, si l'on peut dire les choses ainsi. La dernière fois que j'ai été chercher mon petit frère à l'école, j'ai vu une tarte au citron dans une boulangerie dont j'avais envie. Je l'ai acheté, je les sentis, regardé et détaillé sous toutes les coutures, puis je la lui ais offerte... Je me nourris de son plaisir, du plaisir des autres ...
Avant, je me souviens - il y a longtemps - j'attendais avec joie l'heure du repas, j'aimais manger et cuisiner ... Aujourd'hui, j'ai un mouvement de recul, je panique, j'ai perdu l'étincelle de plaisir ...

Je crois, du moins je l’espère, qu'elle finira par revenir. Non? Après tout, tu en es la preuve vivante, si tu as réussi à manger des crêpes, à trouver le plaisir d'en manger et de le partager, je trouve déjà ça merveilleux !

Je me reconnais bien dans ce que tu écris. Pour le moment, c'est manger pour manger, mais la notion de plaisir de manger et totalement exclu ! Le plus embêtant, c'est que je ne comprends pas pourquoi ce sont les produits qui me font le plus envie qui finalement sont ceux qui me font le plus peur? Quand vient l'heure de manger et que je mange, parfois je me dis que c'est bon ce que je suis en train d'avaler mais mon cerveau ne parvient pas à éprouver autre chose que de la honte à l'idée de ressentir du plaisir ... Ce n'est pas de la culpabilité, je ne me sens plus coupable désormais d'avoir mangé, mais je me sens honteuse dès que j'ose me dire "Tiens, ça m'a plu", comme si je faisais quelque chose de mal ...

Je ne sais pas vraiment si je suis la seule à ressentir ça !
Je trouve ce forum vraiment bien et vous toutes aussi. Parce que, dans la vraie vie (si je peux nommer les choses ainsi), on est quand même très seule face à la maladie. Quand on rencontre quelqu'un comme nous, on ose pas aller lui parler, parce qu'on nie être malade, ou qu'on se dit, "je ne suis pas comme elle moi" ! Du coup, ça parait abstrait! Quand je vais à l’hôpital et que je croise une autre fille comme moi je me dis "Tiens, elle est anorexique" et non pas "Tiens, elle aussi est anorexique", je n'arrive pas à m'inclure dedans ... Du coup, je trouve cela plus simple de parler sur ce forum, je trouve que sans la barrière du physique, on parvient beaucoup mieux à s'exprimer ...

Des bisous
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonsoir,

je vous rejoins totalement toutes les deux sur la notion de plaisir à manger, pour ma part l'heure des repas est un moment que je vis pour l'instant assez froidement, parfois il m'arrive encore de paniquer à l'idée de tout ce que j'ai pu avaler et moi aussi j'ai honte , je me dis " qui es tu, pour manger tout ça et encore plus pour y ressentir du plaisir" toutes ces idées je les vis de façon très désagréable , elles me torturent, je voudrais m'en débarrasser et vivre simplement sans y penser mais je crois que finalement elles font totalement parties de moi maintenant et les repousser est un combat de tous les instants. Peut être qu'avec le temps elles disparaitront???
Parfois je me sens comme une extraterrestre avec tous mes problèmes , je me sens seule, je voudrais assister à des groupes de parole mais je manque de courage pour aller affronter les autres en face à face , j'espère un jour y arriver , car briser la solitude je pense que c'est important pour se rétablir
je n'ai pas fait tout ça pour me sentir plus belle , dès le début je savais que plus je maigrirais et plus je serais moche, mais j'avais à l'intérieur de moi de la souffrance , beaucoup de souffrances et j'avais besoin qu'elle s'imprime sur mon corps , je me sentais mieux vivre comme cela , c'est idiot mais c'est comme ça, maintenant je me sens indigne de m'être enfermée dans ce système si difficile à quitter ,
bon courage à toutes
vous lire est toujours un réconfort
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour Bibo,

Je te comprends tout à fait dans ce que tu écris. Moi aussi j'aimerais assister à des groupes de paroles ou parler avec d'autres filles qui rencontrent les mêmes problèmes, parce qu'on est bien seule dans notre maladie. C'est une maladie que les gens ne comprennent pas, car ils ne voient que l'extérieur des choses. Pour eux, nous sommes simplement des filles qui "veulent maigrir" et se font vomir pour cela ... Ils confondent d'ailleurs souvent à tord l'anorexie restrictive de l'anorexie boulimie. Tu souffres de quel facette de la maladie?

Pour ma part, je suis comme toi, je n'ai pas décidée de devenir anorexique pour être plus jolie. Je sais pertinemment qu'une fille maigre, ce n'est pas jolie, et quand je me regarde dans le miroir, je ne me trouve pas belle comme ça ! Je sais à quel poids je me trouvais jolie, mais aujourd'hui, je suis tellement tombée bas que remonter est une souffrance de tous les instants. Comme toi, je me suis servie de mon corps pour exprimer une souffrance, pour montrer aux gens que j'avais besoin d'aide, de d'amour et de soutien, mais c'est chose, je ne pouvais les exprimer par la parole ...

On a tous notre façon à nous d'exprimer notre souffrance. Pour nous, c'était la maladie, c'était par le corps, c'était en se privant de la nourriture, d'un besoin primaire. Comme un enfant qui cesse de manger pour exprimer sa souffrance et montrer son mal-être !

Je comprends que tu dises te sentir "indigne" de t'être laissée enfermée ... Moi-même, je me fustige à longueur de temps en me répétant sans cesse "mais pourquoi tu n'as pas arrêté plus tôt, c'est tellement difficile maintenant de remonter la pente" ... Si je ne m'étais pas laissée enfermée si facilement, aujourd'hui je pourrai encore suivre mes études, je pourrai manger sans honte, je pourrai vivre, tout simplement ...

Dis toi simplement que ce n'est pas de ta faute ! Que ce n'est pas de notre faute, que nous souffrons, que nous souffrions et qu'il faut maintenant se battre ... Mais - même si je n'y suis pas encore, même si je sais que ce sera dure - je sais aussi que ça en vaut la peine !
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Merci ;-) ... J'ai choisi ce pseudonyme en lisant un article qui parlait de Kate Moss, et j'ai trouvé qu'il me "collait" bien...

Oui, tu ne dois surtout pas perdre espoir!!! Moi aussi j'ai très longtemps culpabiliser en mangeant, et j'avais perdu toute notion de plaisir. Mais ça revient progressivement... Le fait d'avoir des enfants oblige à évoluer, à modifier ses habitudes, à partager des moments de plaisir dont les repas font partie... même si tout n'est pas réglé bien sûr, loin de là. Encore maintenant, je mange très sainement et je me pose des tonnes de questions sur la composition de mes repas (et ceux de mes enfants)... Je fais peu de mauvais écarts, mais j'arrive parfois à manger des "aliments interdits" sans culpabiliser, ou pas trop. J'arrive à nouveau à apprécier ce que je mange, même si ce n'est pas le cas à chaque fois.
Cela dit, c'est toujours très contrôlé... Je culpabilise beaucoup moins facilement si c'est moi qui ait préparé le plat par exemple (je sais ce qu'il y a dedans!), ou si je me suis longtemps préparé à l'avance à l'idée de manger quelque chose qui change de mon ordinaire et de mon menu type...

Essaye, peut-être que ça marchera aussi pour toi! Programme toi un matin d'aller t'acheter cette part de tarte au citron dont tu as tant envie! Et déguste là, seule ou en compagnie de quelqu'un que tu aimes vraiment fort (ton petit frère?), et essaye de ne pas avoir de pensées négatives à ce moment là... Concentre toi uniquement sur le plaisir que tu prends, et le fait que ça ne te feras aucun mal d'en manger. Moi je sais que le fait de partager un repas avec des gens qui me sont très proches peut me "booster"... C'est ainsi que j'ai même réussi à manger de la galette des rois à la frangipane!!!! Le truc impensable! Ou bien cuisine toi même quelque chose dont tu aurais envie : crêpes ou autre!

Je comprends ce que vous vivez, toutes... C'est vrai qu'on est très seule face à ça... Je pense que personne ne peut comprendre, hormis celles (ou ceux!) qui le vivent... C'est tellement compliqué ce qui se passe dans nos têtes, tellement irrationnel... Moi aussi j'ai pensé aller dans un groupe de parole, mais ça me fait peur... J'ai peur de me retrouver face à des gens comme moi, et me dire que je ressemble à "ça"... Moi non plus, comme la plupart des personnes anorexiques, je n'ai pas maigri pour maigrir, mais par ce que j'avais en moi une énorme souffrance... C'était un appel au secours, un besoin de reconnaissance et d'amour infini...

Y a pas de problème, je t'enverrai mon menu (dans un prochain message, là il faut que je coupe, je dois y aller!).
En tout cas ça fait du bien de pouvoir lire et discuter avec des gens qui vivent la même chose!
Bises à toutes :)
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonsoir,

pour répondre à ta question, kirothius, je souffre d'anorexie restrictive mais il m'est arrivée quelque fois de me faire vomir quand vraiment l'angoisse et peut être aussi la colère était ingérable , dans les moments où j'étais au plus mal.

Merci pour vos réponses , ça réconforte et ça donne du courage pour continuer à se battre car souvent j'ai l'impression de m'être perdue dans une bataille qui ne concerne que moi et finalement n'intéresse personne, c'est peut être ça le plus dur à vivre maintenant

bisous à toutes
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Kirothius, Bibou... Vous voyez, nous ne sommes pas seule à vivre ça! Moi aussi j'ai l'impression d'être totalement incomprise face à ce problème et dans mon combat, même si j'ai le soutien des gens qui m'aiment. Mais quel réconfort de savoir que quelque part, il y a d'autres personnes comme nous, qui comprennent ce que nous vivons au quotidien!
J'appelle cette maladie la "maladie honteuse", car on a tout le temps honte... honte de manger, honte de prendre du plaisir, honte de causer des problèmes à nos proches, honte de notre physique, honte même d'être malade! Car qui n'a jamais entendu que cette maladie était une maladie de riche, un luxe que des personnes dans le vrai besoin ne pouvait pas se permettre d'avoir? Comment ne pas culpabiliser encore plus en entendant ça? C'est vrai qu'il y a des gens qui meurent de faim, ou qui ont des maladies bien plus graves que nous (cancer ou handicap), et nous on se "permet" de chipoter sur la nourriture... Je suis d'accord... Mais nous ne le faisons pas exprès!!! Nous souffrons de notre maladie, et nous souffrons en plus du manque de compréhension des autres... L'anorexie ne suscite chez les gens ni compassion, ni empathie... C'est vu comme un caprice de petite fille qui veut se la jouer comme les mannequins... Ces gens là n'ont malheureusement rien compris du tout...

Et même les personnes qui nous aiment et nous connaissent commettent des maladresses... Mon mari ne comprend pas pourquoi je n'arrive pas à prendre du poids alors que j'en aurais envie... Il pense qu'il suffit de manger plus, de rajouter de l'huile, ou du beurre, ou de grignoter... et que la prise de poids se fera naturellement... :(

Bon, enfin... Il reste ce forum heureusement :-)

Alors Kirothius, voilà mon menu (c'est tous les jours le même principe) :

matin : 80g de pain + 2 fromage frais + 1 petit suisse + 1 compote OU 40g de pain (avec 15g de purée de noisettes) + 40g de muesli + 1 yaourth + fruits secs + fruit frais
midi : 100 à 130g de protéines + 150g de légumes cuits + 100g de féculents (pommes de terre en général) + 10g de beurre ou d'huile (1cs)
+ 30g de pain + 1 laitage + 1 fruit + 2 carrés de chocolat noir
soir : 200g de féculents (pâtes ou riz ou blé) + 150g de légumes cuits + 10g de beurre ou d'huile (1cs)
+ 30g de pain + 1 yaourth + 1 fruit
Avant je prenais aussi un goûter à 16h (pain + fromage) mais avec les enfants c'est trop la course donc j'ai laissé tomber... Du coup je prends parfois des petits gâteaux le soir après le repas...

Voilà... C'est toujours moi qui cuisine (mon mari a interdiction de faire à manger!), et je pèse tout! ça m'intéresserait de voir ce que ton médecin t'a prescrit si ça ne t'ennuie pas... J'ai vraiment du mal à savoir si ce que je mange correspond à mes besoins ou non... En tout cas, il ne me permet pas de prendre de poids... Il faudrait que je mange encore plus mais ça me paraît déjà beaucoup!!! Qu'en penses-tu? Et Bibou?

Bisous à bientôt
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Mince, je viens de voir... C'est pas Bibou mai Bibo!!! Désolée :oops:
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Bonjour !

Je me joins à cette conversation car je me reconnais dans tout ce que vous avez écrit. Je raconte brièvement mon parcours.

J'ai fait un an d'anorexie pure il y a 12 ans, j'avais 17 ans. Après une hospitalisation, je suis tombée dans la boulimie vomitive. Cette période a duré 9 ans avec des périodes d'anorexie et de petites périodes sans crises. Depuis 2 ans, je ne me fais plus vomir. J'ai réussi à arrêter les crises grâce à un suivi psy mais aussi parce que je souhaite avoir des enfants. Lorsque j'ai arrêté, j'étais vraiment en sous-poids avec un imc très faible, à la limite de l'hospit. J'ai décidé de reprendre du poids doucement mais sûrement. Il m'était en effet arrivé par le passé de me remettre à manger et à prendre du poids rapidement mais il y a toujours un moment où je ne me supportais plus et où je retombais dans les vomissements. J'ai donc réintégré peu à peu 3 repas / jour avec des quantités de plus en plus élevées + prise de compléments alimentaires pendant un an. J'ai pris quelques kilos et je ne suis plus en danger aujourd'hui même si mon imc est toujours insuffisant.

Mon problème, aujourd'hui, c'est que je n'arrive plus à me convaincre du bienfait de prendre du poids. Je suis bloquée au même poids depuis plus de 6 mois et je retrouve des comportements restrictifs pour conserver ce poids.

Comme la plupart d'entre vous, je fais toujours très attention à ce que je mange, je prépare moi-même mes repas et pèse très souvent. Quand je ne le fais pas, je réduits les quantités... Et même si je m'accorde des petits plaisirs tous les jours (une part de dessert maison - souvent préparé par mon chéri - tous les soirs, + un petit gâteau l'aprèm et le soir + 2-3 carrés de chocolat le soir et une dizaine de noix -tout ça en plus du repas après une belle portion de fromage), ces petits plaisirs sont tellement programmés que je ne sais plus très bien si je peux appeler ça du plaisir...

Enfin voilà, malgré mes séance hebdomadaires chez le psy, j'ai l'impression de ne plus arriver à progresser. Le simple fait de changer quelque chose dans mon emploi du temps culinaire me provoque un stress pas possible.

A cela, se rajoute le stress de la parution d'un témoignage sur ce sujet qui va sortir au début de l'été. Je me sens presque coupable de ne pas m'en être totalement sortie avant la parution du livre même si j'écris bien à la fin que certaines choses restent compliquées...

Voilà, je sais que mon récit apporte sans doute plus d'interrogations qu'il n'en résout mais ça fait toujours du bien de raconter et de ne pas se sentir seule.

J'espère que nous réussirons toutes à trouver ce foutu déclic et à arrêter de tergiverser pour savoir si on a le droit ou pas de prendre une part de dessert comme n'importe qui à la fin d'un repas...
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Brindille, ton appellation de cette maladie "la maladie de la honte" me parait tout à fait lui convenir ! Je suis tout à fait d'accord avec ça, on a honte d'être malade autant que de manger et les autres n'arrivent pas à nous comprendre ... C'est pour cela qu'on est finalement si seul. Hier soir, personne ne comprenait pourquoi j'étais soudainement irritable. Mais comment leur expliquer que c'est juste de voir ma mère déposer du beurre dans la poêle pour faire cuire les gnocchis qui m'a mise dans cet état de panique. On te répond "Mais enfin, tu veux grossir non?" Oui, mais non, mais oui mais ... mais ... C'est le débat dans ma tête et je n'arrive jamais à l'exprimer avec des mots ... Comme tu dis, heureusement que ce forum existe, c''est finalement le seul endroit où l'on trouve des gens qui partagent la même chose que nous, qui se reconnaissent dans nos dires, dans nos peurs ...

Pour en revenir à ton menu, déjà, merci beaucoup pour me l'avoir écrit et ensuite, waou! Je suis impressionnée, je n'arriverais jamais à manger tout ça ! Je veux dire, pour l'instant, l'objectif de mon médecin - avant même la reprise de poids - c'est de faire en sorte que j'arrête de maigrir et que mon poids se stabilise, donc je crois que je n'ai pas encore autant à manger (cela me fait d'ailleurs peur quand je vois ce que je mange actuellement, et quand je pense que ce n'est même pas encore suffisant pour stabiliser mon poids).

Le matin, je mange : 1 chocolat chaud + 40g de céréales
Le midi : Une entrée de crudité avec 2 cuillère d'huiles d'olives + 100g de viande ou équivalent + 200g de féculents + 1 yaourt + 1 fruit OU une compte
Le soir : Une entrée de crudité avec 2 cuillère d'huiles d'olives + 100g de viande ou équivalent + 200g de légumes cuits + 50g de pain + 30g de fromage + 1 fruit ou une compote

En fait, ce qu'il y a, c'est que je ne vois pas comment manger plus au repas. D'abord, mon pauvre petit estomac m'est tellement de temps à digérer que je m'étonne qu'il n'est pas encore exploser (métaphore intéressante!). En fait, il n'y a aucun "aliment plaisir" si l'on peut dire dans mon alimentation. Je ne mange pas de sucre... J'ai peur qu'à peine un gâteau avalé et hop! Me voici obèse. J'ai peur d'un jour devoir abandonné le menu établi et ne plus savoir combien de calories cela fait, je ne comprends pas comment c'est possible que les autres arrivent à manger normalement, sans compter, prendre un gâteau sans se dire qu'ils ont déjà mangé des tonnes de choses avant ...

Je suis d'accord avec toi, même les gens qui tiennent à nous font parfois preuve de maladresse ... Parfois, j'essaye d'oublier ce que j'ai mangé et puis, j'ai ma grand-mère qui se penche sur mon assiette et s'écrit "Moi je trouve bien tout ce qu'elle a mangé, tu as vu Jacky, elle a mangé ça et ça" ... Je ne supporte pas qu'on m'applaudisse comme une enfant... Cela me plairait que les gens se comportent normalement avec moi ... Alors, comme je m'énerve en général, on me tombe dessus en m'expliquant que je dois faire preuve d'empathie et de compréhension à l'égard des gens ... Ils ne comprennent pas que manger est déjà difficile sans qu'en plus je sois obligée de rajouter de la compréhension envers ceux qui s'extasient dès que j'avale une tomate cerise ...

Pff, je trouve les journées parfois éreintante. Mais, juste une question, est-ce que tu as faim? Parce que moi, j'ai très souvent faim. Soit j'ai mal au ventre et cela dure des heures, soit j'ai très faim mais comme j'ai trop peur de manger hors du menu pré-établie (et que de toute manière je ne saurais pas quoi manger), j'attends l'heure du prochain repas ...

Des bisous
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour Naurille,

Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris. Moi aussi je pèse tous mes aliments et si jamais ils ne sont pas pesés, j'ai tendance à réduire les quantités... Même si je sais que c'est mal!!! J'essaye pour cela au maximum d'avoir quelqu'un avec moi qui me surveille - ce qui a aussi une très nette tendance à m'agacer, alors il faut que cette personne ait les nerfs bien accrochés parce que, des fois j'en ai marre que l'on m'observe et me traite comme une enfant et d'autres fois, j'attends que l'on me serve comme une petite fille parce que j'ai peur de ne pas m'en sortir seule ...

Tout d'abord, je suis bien contente d'apprendre que - même si ton IMC n'est pas suffisant - tu n'es plus en danger. Mais je suis aussi convaincue que c'est dans cette période - entre le moment où on est sorti de la zone de danger et celle où l'on doit de nouveau parvenir à notre IMC suffisant - que le travail est le plus difficile ... Je comprend bien ce que tu dis quand tu écris "Ces petits plaisirs sont tellement programmés que je ne sais plus très bien si je peux les appeler du plaisir" !!! Moi, j'étais vraiment contente quand j'ai enfin pu remanger du fromage, j'en avais rêvé depuis des mois de ma tartine de kiri. Mais si j'étais contente de l'avaler le premier soir, devoir réitérer le même processus tous les soirs ne m'amusent plus du tout ... Ma mère râlait hier soir de voir que je prenais un yaourt au lieu du fromage malgré ce qui était écrit sur le menu de la diététicienne ... Je crois qu'elle ne comprend pas que ce qui me dérange, c'est cette notion d'obligation ... Si je m'oblige à manger du fromage parce que c'est écrit comment pourrais-je retrouver le plaisir et l'envie de manger? Si j'ai envie de manger un yaourt à la noix de coco et un kiwi mais parce qu'il y a écrit "Soir = 30g de fromage et une compote" je suis obligée de manger cela, comment retrouver le plaisir de manger un repas normal ???

Je comprends aussi quand tu parles de "stress" lié au fait de changer quelque chose dans ton emploi du temps! Si jamais je sors de chez moi et que je me retrouve un midi sans savoir ce que je vais manger, j'entre directement dans le mode panique ... C'est absolument affreux ... Je crois que c'est sur cela que nous devons le plus travailler... Parce que, remanger et manger est une chose, mais - au delà même de prendre du poids - l'objectif est surtout de retrouver une alimentation normale ... Des menus pré-établis, c'est bien, car nous mangeons ... Mais qui - dans la vraie vie - a un menu collé sur son frigo auquel il se conforme à chaque repas? Ou est passé la spontanéité ??? Le problème des menus, c'est qu'ils nous emprisonnent dans une nouvelle spirale, et que - dès que l'on dévie un temps soit peu de ce menu - on ne sait plus quoi faire, on panique, on est perdu ... !!! Ce qu'il faut, c'est arriver à totalement lâcher prise ... Manger normalement ... !!

Je te l'accorde, c'est plus facile à dire qu'à faire ... Mais je suppose qu'en se le répétant chaque jour, on finira par y parvenir. Tu dis ne pas réussir à te convaincre de quels sont les bienfaits de prendre du poids? Moi aussi, chaque jour je doute et je me demande si cela vaut le coup ... Mais oui, oui ça vaut le coup !!! Moi, à côté de mon menu, je me suis collée une autre feuille sur laquelle j'ai écrit "Pourquoi je grossis?" avec tout ce que cela m'apportera de positif ... Je dis pas que je ne suis pas confronter au doute tous les jours (la preuve, je n'ai pas encore pris 100g) mais je suis sure qu'à force d'auto-persuasion, on finira par réussir ...

Ah ... Et quand nous serons toutes guéries, on pourra aller manger une crêpe toutes ensembles au soleil ! (La classe!) :voeux:
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Hello !

Tu sais, je crois avoir une grande chance de mon côté, c'est de ne plus vivre chez mes parents depuis bien longtemps car les tensions familiales autour de la bouffe sont pires que tout ! D'ailleurs, dès que j'y retourne quelques jours pour les vacances, c'est très tendu car comme toi, je pique des crises de panique interne dès que je vois ma mère mettre de l'huile ou du beurre. Crise inconsidérée car je le fais toute seule mais le fait que ce soit elle qui le fasse me rend malade car je ne contrôle plus.

Pour les menus, tu pourrais peut-être essayer de faire comprendre à ta maman que ce n'est qu'un modèle et que ce modèle est adaptable. Attention, pas pour tricher niveau calorie, mais juste pour prendre de la distance qui te permettra de te faire plaisir. Par exemple, à la place d'un morceau de pain + fromage + fruit et bien tu prends une belle part de gâteau une ou deux fois dans la semaine ou à l'occasion d'un anniv'. Je sais que c'est un moyen de compensation. Des gens qui ne se posent pas de questions prendront le fromage et le dessert. Mais si ça t'es trop compliqué, tu peux faire comme ça. Au niveau calorie, c'est à peu près pareil.

De mon côté, bizarrement, ce ne sont pas forcément les calories qui me dérangent mais les quantités. Et surtout, ce qui me panique, ce sont les plats composés de plusieurs ingrédients style gratin, quiches... en fait, j'aime bien avoir les aliments bruts dans mon assiette pour savoir exactement ce que je mange (même si je rajoute de la sauce ou du fromage) Encore un moyen de contrôler.

Pour ce qui est des bénéfices de prendre du poids, comme tu le dis, une fois qu'on est hors de danger, c'est difficile de se motiver, surtout quand on se trouve bien dans le miroir... La seule chose qui me ramène à mon poids insuffisant est le fait de ne pas avoir mes règles sans traitement et le fait du coup de ne toujours pas pouvoir tomber enceinte. Mais strictement personne n'est en mesure de me dire si c'est réellement à cause du poids... Des filles qui n'ont absolument pas de problème de poids ont le même soucis que moi...

Enfin, j'espère aussi pouvoir un jour, en me promenant, me dire "tiens, j'ai faim, je me ferais bien une crêpe au nut..." sans avoir prévu mon repas du midi en fonction de ça ni celui du soir...

Sur ce, je vais quand même préparer un petit menu spécial St Valentin pour mon chéri.
Au programme (avec ce que je pense manger entre parenthèses):
verrine mousse de betteraves (1), bâtonnets des légumes (à volonté avec sauce au fromage blanc), verrines de crevettes à la crème au curry (1 avec environ 2 crevettes), cake courgette-chèvre (environ la moitié d'une part normale), mini-flans de légumes style cannelés (2), olives (2-3), foie gras (1 tranche d'environ 30gr + 2-3 canapés + confiture de figue et salade), fromage (à volonté avec du pain), coulant au chocolat réalisé par moi-même avec un peu de chantilly et glace vanille noix de pécan, 1 grosse pomme, 1 biscuit, 1 ou 2 chocolat de noël et quelques noix + 2 coupes de crémant :mrgreen:

Je sais que ça peut paraître extraordinaire que je puisse manger des trucs aussi riches mais j'ai trop peu mangé ce midi en prévision... hé oui, cette fameuse compensation... Les quantités ne sont qu'indicatives (à part pour les verrines puisque j'en ai préparé une pour chacun seulement), ça va dépendre de ce que j'ai envie surtout.

A bientôt et bon courage à toutes !!
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonsoir,

merci brindille pour le menu , il ne m'était pas directement destiné mais il m'a fait prendre conscience de l'écart entre ce qu'il faudrait que je fasse et ce que je fais , car crois moi je suis très loin du compte
je pense qu'effectivement quand on arrive à se tenir à un menu comme celui ci c'est déjà un bel effort .
je n'ai plus de repères au niveau de la quantité , j'ai l'impression d'être gavée de ce que je mange au point que parfois j'en aurais la nausée, alors que comparé au menu c'est pas forcément grand chose .
Je comprends un peu mieux pourquoi mon poids a bien du mal à décoller
Moi aussi je me fais souvent booster par mes proches pour manger davantage , et quand je vois qu'au final ils sont souvent déçus du résultat , moi aussi j'ai honte ,honte de leur faire subir tout cela et honte de voir qu'en fait ils me prennent pour une capricieuse alors qu'ils ne peuvent pas savoir qu'à l'intérieur j'en souffre tellement!!
en ce moment le forum m'apporte beaucoup de soutien et moi aussi ça me rassure de voir que je ne suis pas tout à fait seule!!!
rosie
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 371
Inscription : 16 mai 2011, 09:44
Localisation : Orleans

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par rosie »

Bonjour,
Oui c'est bien difficile de comprendre vu de l'extérieur pourquoi vous vous obstinez à manger peu alors que vous êtes en danger de mort, que les gens se retournent sur votre passage et pas parce qu'ils vous trouvent belles...mais squelettiques, je suis obligée de vous le dire.
Mais j'ai compris avec ma fille ce combat intérieur que les autres qui n'ont pas été confrontés à la maladie (aussi à la boulimie car c'est quand même le même mécanisme) ne peuvent pas comprendre. Oui j'ai entendu des gens autour de moi dire qu'un bon coup de pied au c... serait nécessaire, que eux ferait comme ci ou comme ça...si c'était aussi simple ça se saurait. Et ce qui peut marcher pour l'une ne marchera pas pour l'autre.
Dites vous bien que vos mamans finissent pas comprendre, aider comme elles peuvent avec peu de moyens car il n'y a aucune prise sur vous. Nos discours glissent on a l'impression que vous n'entendez pas. C'est difficile de parler à un mur. Mais il faut se faire une raison, on n'y arrivera pas, alors il faut trouver les bons interlocuteurs qui feront qu'on trouvera la lumière.
C'est douloureux pour tout le monde (mais pour vous surtout),mais comment en vouloir à quelqu'un de malade... je pense que vous sortirez de tout cela plus forte que toutes les autres mais forcément en décalage avec les gens de votre âge, comme tous les gens qui ont subi des épreuves douloureuses dans leur vie, il faudra se construire ou se reconstruire avec ça.
Je vous embrasse les filles, je vous souhaite plein de courage, de force et de bonheur, car oui je crois que c'est possible, et n'oubliez pas que vous êtes aimée par tout ceux qui vous aide.
Bisous
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour Rosie,

Oui, c'est vrai que vu de l'extérieur, la vision de la maladie doit être différente, et c'est souvent pour cela je pense qu'on a autant de mal à communiquer même avec notre famille. On a l'impression qu'ils ne nous comprennent pas et cela nous énerve, parce qu'on voudrait tellement qu'ils nous comprennent. De votre côté, vous êtes dans la même position, mais d'un point de vue différent. C'est cela l'aspect le plus étrange de la maladie, à mon sens. Il y a comme une barrière invisible qui sépare le monde "normal" du monde de l'anorexie, comme si nous parlions un autre langage, comme si nos discours - que ce soit d'un sens ou dans l'autre - était entendu mais pas compris ... En fait, c'est comme si je parlais à un chinois... ou que je parlais du chinois ! Je crois que je n'arrive pas à l'exprimer autrement ...

Je comprends que cela doit être difficile pour nos proches. On est souvent tellement concentré sur la maladie, qu'on oublie que eux aussi la subisse. Je sais que mon père me répète souvent de faire preuve d'empathie avec les gens, de compréhension ... Mais ce n'est pas évident ! On a déjà tellement l'impression de faire preuve de compréhension, de lutte, de combattre contre nous-même que devoir aussi s'occuper de ce que pensent les autres devient vite compliqué ... Et cela nous fait sans doute apparaître très égoïste aux yeux des autres ...

Pour ma part, je ne pense pas qu'on puisse entièrement guéri de cette maladie. Oh! Bien sur, on peut finir par comprendre les causes qui nous ont poussé à tomber dedans, on peut réapprendre à manger et retrouver un poids normal. Mais on restera toujours marqué par cette maladie et il faudra être vigilent, tout au long de notre vie. Comme tu le dis, nous en sortirons marqués, comme tout ceux qui ont subi des épreuves... Autant sortir les mouchoirs tout de suite, cela ne sert à rien de pleurer, elle ne nous quittera pas... Le mieux que l'on puisse faire, à mon sens, c'est essayé de l'enfermer dans une toute petite boite et veiller à ce qu'elle reste bien fermée ...

Naurile, merci encore pour ton menu spéciale St Valentin! Je crois que je suis encore loin de pouvoir parvenir à un tel résultat. Une amie m'a dit "Mais pourquoi tu n'organises pas un brunch avec plein de petites choses à déguster?" Cela me semble encore beaucoup trop tôt pour parvenir à faire cela. Même si ce sont de petites choses, j'aurai l'impression d'en manger beaucoup et je n'arriverais pas à les compter. Car, comme toi, j'ai beaucoup de mal avec tous les plats "composés" car je n'arrive pas à calculer les grammages, les calories, à les peser, je ne sais pas et quand je ne sais pas, je panique - genre, mains qui tremblent, regard de fou, cri (je vais me mettre au théâtre "Bonjour, je suis anorexique, vous savez, la maladie qui vous fait craindre les crêpes?" (J'aime bien faire de l'auto dérision, ça m'aide à voir les choses différemment) ... Moi aussi j'aime avoir les aliments bruts dans mon assiette pour savoir exactement ce que j'ai mangé ...

Quand j'ai parlé des quiches, des tartes ou des gratins à ma diététicienne, elle m'a dit "C'est encore trop compliqué pour le moment, nous verrons plus tard" ... Ils n'ont pas tord, je ne suis qu'au début du processus de guérison, ce sont des médecins, ils doivent savoir quoi faire ... Mais j'ai parfois tellement envie de retrouver une vie normale - et parfois, j'arrive même quelques secondes à oublier que je suis malade (genre, il est 14h, et le prochain repas est dans trèèèèès longtemps!)... Comme je m'emballe et que je suis impatiente, j'ai tendance à vouloir tout tout de suite ... Alors qu'en, fait, au fond, je sais très bien que si je me retrouvais à grossir d'un seul coup et à toute vitesse, je ne l'accepterais pas et j'aurai peur que cela ne s'arrête jamais!...

Des bisous
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Wôw!!! Je ne pensais pas, en m'inscrivant à ce forum, que je me reconnaîtrais tellement dans les choses que je lirai!!!
Et pourtant... Quasiment tout de ce que je viens de lire correspond à ce que je pense, à ce que je ressens, à ce que je vis...que ce soit dans les paroles de Kirothius, de Bibo, de Naurile... et je comprends aussi ce que peut ressentir cette maman de jeune fille anorexique, son impuissance et sa douleur face au mal être de sa fille. Maintenant que je suis devenue moi-même maman, je sais à quel point ça peut être insoutenable de voir son enfant souffrir, et je souhaite de tout mon coeur que mes problèmes de nourriture ne se répercuteront pas sur mes propres enfants. J'y veille chaque jour, mais j'avoue que j'ai tendance à vouloir aussi contrôler tout ce que mes enfants mangent, même si je reste beaucoup plus souple qu'avec moi-même bien sûr.

Moi non plus je ne suis plus en danger (je l'ai été adolescente, j'ai été hospitalisée avec un poids très bas, j'ai repris à l'hopital puis j'ai tout reperdu en quelques mois...), mais mon IMC reste faible et je n'ai pas mes règles... Je ne les ai d'ailleurs jamais eu naturellement de ma vie, et ça ne m'a pas empêchée de tomber enceinte 2 fois! Et la 2ème fois, je n'ai même pas bénéficié de traitement! Comme quoi, les miracles existent :)

Je me retrouve également quand vous parler de vos menus, de la panique que vous éprouvez quand il s'agit de manger quelque chose d'imprévu, de l'énervement que procure certaines paroles ou certains actes de nos proches qui pensent bien faire... Ils n'imaginent pas à quel point certaines de ces paroles peuvent être destructrices et culpabilisatrices! Moi aussi je me suis sentie mieux lorsque j'ai quitté le foyer familial. C'est à partir de ce moment que les relations se sont apaisées avec mes parents (ma mère surtout, car c'était surtout avec elle que j'étais en conflit!), et que j'ai commencé à évoluer dans mes comportements.

Je sais, enfin, je me doute, que je ne guérirai jamais totalement de "ça" (je déteste ce terme "anorexie", il me glace!)... J'espère reprendre du poids un jour, j'espère pouvoir manger des choses un peu différentes sans me poser trop de questions, être plus spontanée dans mes envies, mais je sais au fond de moi que j'aurai toute ma vie ce besoin de contrôler ce que je mange. Perdre ce contrôle, c'est perdre le contrôle de moi, de ma vie... Contrôler ce que je mange me rassure, c'est une sorte de béquille, un équilibre nécessaire.

Pour ma part, je construis mes menus chaque semaine sur la base de ce que je vous ai écrit. Mais j'avoue que ça tourne parfois au véritable casse-tête, car j'ai des tas de règles que je m'appliquent et qui font que je ne peux pas faire tel ou tel plat selon ce que j'ai mangé le matin ou à midi, ou la veille (ex : si j'ai mangé du fromage à midi, je ne peux pas refaire un plat avec du fromage le soir... ou si j'ai fait des pâtes la veille je ne peux pas refaire des pâtes le lendemain...). Du coup élaborer les menus peut me prendre des heures, au détriment du temps que je pourrais passer à jouer avec mes enfants, ou à prendre soin de moi tout simplement! J'aimerais tellement moi aussi pouvoir manger les choses dont j'ai envie, ou en fonction des envies de mon mari et de mes enfants, au jour le jour... sans me prendre la tête avec mes foutues règles!!!

Pour ce qui est de la notion de plaisir, c'est comme Naurile. Je prends plaisir à manger, mais parce que ça fait partie de mon menu, c'est écrit, automatique. Mes 2 carrés de chocolat après le repas de 12h, je les apprécie, ils me détendent, me font du bien... Mais si je dois manger autre chose à la place (ex : des pralinés offerts par mon mari pour la saint valentin), alors là c'est plus du tout pareil! Je suis obligée de me forcer, et même si le goût est bon, je vais trouver ça mauvais parce que ce n'est pas ce que je mange d'habitude! Pour les repas, ça dépend... Les choses les plus simples sont souvent celles qui me procurent le plus de plaisir : une bonne soupe de légumes maison, un plat de pâtes, mes tartines du matin, ma pomme et mon yaourth du soir... Les plats plus élaborés (viandes par ex... quoi que j'en mange très peu) ou les "vrais" desserts (part de tarte ou glace), je les mange plus "par obligation" que parce que j'aime ça... ou bien est-ce que c'est parce que ça me culpabilise? Je ne sais même plus honnêtement...

Pour répondre à Kirothus sur la sensation de faim... Oui je la ressens, mais normalement, c'est à dire "le petit creux", le ventre qui gargouille, sans plus. Des crampes et des douleurs comme les tiennes, j'en ai eu durant mon adolescence, quand je me privais à l'extrême. J'avais tellement faim que je passais mes journées à attendre l'heure du prochain repas... qui ne se composait alors que d'un fruit ou d'une tranche de pain... Maintenant que je fais de vrais repas, je n'ai plus cette faim là. Ce que je mange suffit généralement à me caler jusqu'au prochain repas, et quand je ressens la faim, c'est généralement proche de l'heure où on va passer à table. De toute façon, je crois même que je ne fais plus attention à ça. Je mange à heure fixe, 3 repas par jour, et si j'ai faim entre les repas, c'est quelque chose dont je ne me rends même pas compte!

C'est bien de pouvoir parler avec humour de ça Kirothius, tu as raison de le faire... ça dédramatise. Moi aussi parfois, quand je me vois faire mes menus ou préparer mes repas, je me dis "mais ma pauvre fille, t'es complètement tarée!"... et je rigole presque de moi-même... ou j'en pleure, ça dépend l'humeur!

Naurile, super ton menu de saint valentin! Ton chéri a de la chance, tu arrives quand même à lui préparer de bons petits plats! Le mien doit se contenter de choses beaucoup plus classiques et trop fades à son goût (bon, après il rajoute ce qu'il veut, genre la tonne de fromage ou de crème!). Mais comme il est diabétique, il est quand même obligé de faire attention à ce qu'il mange, du coup il se dit que c'est pas si mal de m'avoir rencontrée ;)

Bibo, Naurile, Kirothius et les autres... Merci d'être là! Depuis que j'ai découvert ce forum, je me sens moins seule, et ça fait un bien fou! Continuons à nous soutenir, à nous donner des nouvelles, à partager nos petits exploits personnels... Et surtout, gardons espoir que nous irons mieux un jour, dans notre corps et dans notre tête!

Des bisous à vous toutes, et désolée pour ce très long message mais j'avais vraiment besoin d'écrire!
Brindille67
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Dragid'amour, bien sur que tu peux t’incruster dans l'après-midi crêpe, tu seras la bienvenue même !

Je trouve que, même si l'on ne la fait jamais cet après-midi, ou qu'elle a lieu dans très très longtemps, la perspective de savoir que je serai un jour assise au soleil devant une crêpe me laisse entrevoir et saliver sur un avenir radieux et plein de couleur... Ce n'est pas tant le plaisir de manger, c'est simplement, que je sais que lorsque je serais capable de faire ça, je serais enfin libérer... Cette après-midi, je l'imagine un peu comme la lumière au bout du tunnel, la renaissance après de long mois de cauchemar, la renaissance et l'éclosion dans la vraie vie, au sortir de cette vie noir et sombre qu'offrait l'anorexie (je suis d'accord avec brindille07, je n'aime pas ce mot, je n'aime pas le mot "maladie" non plus d'ailleurs, je préfère l'appeler "la phobie alimentaire" mais en réalité, c'est bien plus que cela)!

Au delà des peurs, des doutes, de la culpabilité, de la honte, je me vois parfois, petite crevette toute petite qui fait face à ce très long chemin parsemait de caillou et je me prête à rêver que, même s'il faut que je les enlève ou que je les surmonte un à un, ces petits cailloux, ce qui m'attend au bout du chemin est beaucoup plus beau, beaucoup plus doux et beaucoup plus chaud que toutes les douleurs que j'aurai à rencontrer ... Je suis convaincue que le jeu en vaut la chandelle !

Bon bien sûre, je suis une idéaliste. Dans mon autre vie - celle où je ne savais même pas que je pourrai un jour devenir anorexique (ou je ne savais d'ailleurs pas très bien ce qu'était l'anorexie, au delà des simples "une fille maigre qui veut être encore plus maigre" PRÉJUGES!) - et bien, dans cette autre vie, j'étais joyeuse, j'étais optimiste, j'étais gaie... J'étais aussi en souffrance, mais j'arrivais bien à le cacher, j'arrivais à passer au-dessus. Mais lorsque j'aurais réussi à régler définitivement tous mes problèmes, tout ce qui m'a fait tomber dans ce piège infernal, lorsque j'aurai compris, que je n'aurai plus peur, que j'aurai franchi les paliers, les étapes, je suis sure que je pourrais retrouver la jeune fille optimiste que j'étais ... Ah Ah !

Brindille, Naurile, Bibo, cela me fait un bien fou de parler avec vous. Comme vous le dites si bien et les unes et les autres, on est seule, on est très seule dans cette maladie parce qu'on est incomprise, et parfois, c'est comme si on était prisonnière de nous-même. Ici, à votre contact, j'ai l'impression de pouvoir enfin m'exprimer librement mais surtout, d'être ENFIN en face de personne qui comprennent ce que je leur dis, ce que j'écris, ce que je ressens.

On ne se connait pas et pourtant, j'ai déjà l'impression que vous êtes toutes mes sœurs (On peut-être une famille de crevette si vous voulez!? Je m'emballe, je m'emballe)!

Brindille, quand tu écris "je prends plaisir à manger, mais parce que ça fait partie de mon menu [...] mais si je dois manger autre chose à la place [...] alors là, ce n'est plus pareil" j'ai l'impression de me lire. Hier, j'ai remangé une tartine de kiri pour la première fois depuis des mois. Mais ma joie a été de courte durée !!! Bien sûr, je suis contente de l'avoir manger, j'en rêvais depuis plusieurs semaines de ma tartine. Le seul souci, c'est que je n'ai pu le manger que parce que ma diététicienne a écrit sur mon menu "Soir : 30g de fromage et 50g de pain" ... Si elle ne l'avait pas écrit, je serai encore à la rêver cette tartine !!! En bref, je n'arrive plus à savoir si les menus types sont une bonne chose ou ne le sont pas ... ? Comment retrouver la notion de plaisir quand celui-ci est inscrit dans une case? Genre, "16h = Vous devez éprouver du Plaisir!"

Mais où est passé la spontanéité ???

Je me prête à croire que, lorsque mon psychiatre aura enfin trouver pourquoi, comment et aura régler mes problèmes (j'ai une grande confiance en lui, il faut dire qu'il ressemble au docteur Derek Sheperd de la série Grey's Anatomy, alors ça aide!) et bien je pourrai enfin me départir de toutes mes règles ... J'espère, non, pire, MIEUX, j'en rêve. Je rêve du moment où je me dirais "Tiens, j'ai faim, il est 15h, je vais à la boulangerie m'acheter un sablé'" parce que j'en ai envie!! Et non pas parce qu'il est écrit sur mon menu : "16h = Goûter = Sablé = Plaisir"

Des bisous
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Coucou !
brindille67 a écrit :mais mon IMC reste faible et je n'ai pas mes règles... Je ne les ai d'ailleurs jamais eu naturellement de ma vie, et ça ne m'a pas empêchée de tomber enceinte 2 fois! Et la 2ème fois, je n'ai même pas bénéficié de traitement! Comme quoi, les miracles existent
Tu ne peux pas t'imaginer à quel point ça me fait du bien de lire ça juste là, maintenant !

J'avoue que ce n'est pas la grande forme en ce moment. C'est après-midi, je me suis effondrée en larmes après avoir fait les courses. Je me rends compte en ce moment que je réduits de plus en plus mes portions du midi, que j'ai de plus en plus de mal à trouver la motivation de manger (surtout le midi, le soir, ça va, j'ai le temps d'en profiter, de me poser). Pour l'instant, mon poids reste stable mais je crains qu'il ne descende et en même temps j'ai toujours peur d'en reprendre. Je me trouve tellement nulle d'en être encore là. Je me trouve si stupide ! Le pire, c'est qu'avec le bouquin qui va sortir, je vais un peu être prise en exemple du fait qu'on peut s'en sortir, et là, je bloque, j'ai l'impression de régresser et ça me fait très peur. Je n'ai pas écrit que j'étais guérie, j'ai expliqué que c'était toujours difficile par moments, mais là, c'est de pire en pire...

Et le pire, c'est que j'ai envie de manger. Mais si jamais j'essayais de prendre quelque chose qui me fait vraiment envie, je sais par avance que ça va me paniquer et que je n'y toucherai pas. Par exemple, demain midi, je suis invitée pour l'anniv' surprise d'une collègue. Son mari cuisine très bien. Je suis sûre qu'il y aura des trucs super qui vont me donner envie. Mais je suis déjà quasi certaine qu'une fois que je vais avoir l'assiette devant moi, je vais me sentir mal. Sans doute que j'en mangerai un peu mais au final, je n'y prendrai aucun plaisir... Je n'en peux plus de vivre comme ça, de ne pas pouvoir profiter de la vie comme tout le monde !
brindille67 a écrit :Naurile, super ton menu de saint valentin! Ton chéri a de la chance, tu arrives quand même à lui préparer de bons petits plats! Le mien doit se contenter de choses beaucoup plus classiques et trop fades à son goût (bon, après il rajoute ce qu'il veut, genre la tonne de fromage ou de crème!).
Tu sais, on se fait un petit repas comme ça une fois par mois. Il est intégré dans mon emploi du temps des menus et est quasiment identique à chaque fois... Le reste du temps, voilà comme c'est :
- le matin : 2 biscottes beurre+confiture ou pâte à tartiner maison et un thé ou 30gr céréales - lait et thé
- le midi : viande (avec ou sans sauce, j'arrive maintenant à prendre un peu de sauce), féculents, légumes (A une période, j'ai réussi à faire 100gr de chaque; mais voilà un bout de temps que j'ai réduit..., je ne pèse plus trop mais ça doit faire environ 80 de chaque...). Le chéri mange yaourt et fromage et moi, je prends 3 pruneaux avec mon thé + un biscuit et 1 morceau de chocolat (longtemps, j'ai réussi à prendre en plus un fromage blanc et avant c'était carrément un complément alim. mais pareil, je n'y arrive plus en ce moment)
- le soir : petit apéro (bâtonnets de carottes, 2-3 olives, fruits secs, un minuscule bout de cake ou blinis) + jambon (blanc ou sec) + poêlée de légumes maison + 1 càs de riz + salade assaisonnée + pain + fromage + 1 verre de vin + dessert maison + pomme + biscuit + chocolat + noix

Tous les jours c'est la même chose... A un moment, j'arrivais à faire une pizza maison pour le mercredi soir, quand je revenais du sport, mais ça fait longtemps que je ne l'ai pas fait.

On va parfois au resto le soir ou chez des amis. Dans ce cas, je ne mange pas de féculents le midi... Voilà où j'en suis... j'ai honte :(

Enfin, je me console en me disant que ça a été bien pire, que je ne suis pas seule et que je suis plutôt du genre à ne pas me laisser abattre !

Tu sais Kirothius, ne cherche pas à aller trop vite. C'est ce que j'ai voulu faire lors de mes hospit. J'ai pris énormément en très peu de temps et je ne me reconnaissais plus. Au final, c'est ce qui m'a poussé dans la boulimie. tu connais le dicton "chi va piano va sano", donc rien ne sert de courir !

Et tu as raison, un jour, on sera libérées et on pourra profiter tout simplement ! Je me vois bien les doigts de pieds en éventail sur la plage en train de siroter un bon gros cocktail pour savourer ma victoire ! :mrgreen:

Et je suis d'accord pour faire partie de la famille des crevettes ! Je pourrais être la grande soeur ! ;-)

Allez, j'arrête de me plaindre, je ne veux pas vous ruiner le moral ! Mais ça m'a fait du bien de l'écrire !!


Plein de bisous, belle soirée à vous toutes !
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Et le pire, c'est que j'ai envie de manger. Mais si jamais j'essayais de prendre quelque chose qui me fait vraiment envie, je sais par avance que ça va me paniquer et que je n'y toucherai pas.
Naurile, je suis dans la même situation! Je me retrouve trop souvent confronté à mon désir qui se heurte à mes interdictions. Hier soir, je suis sortie avec des amis au restaurant. Moi, évidemment, je suis encore une fois restée la seule à ne pas manger, assise au milieu, à essayé de regarder n'importe où sauf dans l'assiette des autres alors qu'un millier de chose m'aurait fait envie. Le plat de ma voisine : "Coquille Saint Jacques sur un lit de fondue de poireau" ! J'aurai pu décrire tous les éléments qu'il y avait dans son assiette et lui exprimer les goûts et les textures sans même y avoir goûter... C'est horrible d'être pleine d'envie, de désir, et d'être attiré par un plat, sans pouvoir y goûter ... Et même si, comme tu dis, tu le goûtes finalement, le fait d'en manger une petite quantité n'apporte aucun plaisir. Le problème, c'est qu'on a tellement paniqué avant et pendant le plat, que rien qu'à l'idée de le manger et ensuite, lorsqu'on l'a avalé, on se sent mal ... On pré-culpabilise, on compense avant, on restreint pour se préparer à faire face au repas qu'on ne sait pas comment appréhender, parce qu'il échappe à notre contrôle ...

Et au final, on n'en profite pas de ce plat ! Il nous faisait envie, mais il a été tellement réfléchi, pensé, détaillé, regardé, calibré, calculé, qu'au final, l'envie s'est transformé en peur et ce qui aurai du être un simple moment de dégustation et de plaisir partagé s'est transformé en calvaire ... A noter aussi que dans ces moments, moi, je suis tellement concentrée sur ce que je mange que je ne suis même pas capable de suivre les conversations autour ...
ne cherche pas à aller trop vite
Je suis d'accord! De toute manière, j'ai conscience que je ne suis pas capable d'aller trop rapidement. Ce matin, ma mère me disait "Si tu voulais vraiment montrer que tu fais preuve de bonne volonté au médecin, tu prendrais un gâteau avec ton thé à 16h" ... Mais je ne m'en sens pas encore capable ! Je ne dis pas que ça n'arrivera jamais, j'ai l'espoir que ce moment arrive, mais je n'en suis pas encore capable ... Bien sur, j'en parle parce que j'en rêve, mais je sais qu'aujourd'hui, si je voyais mon poids grimper en flèche sur la balance, je paniquerais et je chercherais alors simplement à faire machine arrière ...

Je ne suis pas encore à 2000 calories par jour, donc, par définition, je ne peux pas encore grossir ! Mon médecin augmente progressivement les quantités et les produits, pour que je m'y habitue. La dernière fois je lui disais "J'ai faim, mais quand j'ai faim, je ne sais pas quoi manger. Un gâteau? Mais, ils me font envie et me font peur" ! Il m'a calmé, il m'a rassuré, il m'a surtout arrêté. Il m'a dit "Avant de travailler sur les aliments qui vous font peur, nous allons travailler avec ceux que vous arrivez à manger", il m'a dit "Avant de prendre du poids, nous allons stabiliser votre poids" et il m'a dit "Ensuite nous avancerons à votre rythme. 1 kilo par mois ou 500 grammes, mais nous y arriverons doucement" ... Je crois que c'est mieux ainsi. Parce que, même si je joue la petite fille forte, je sais que je ne suis pas capable d'aller vite, je sais que cela me fait peur, que je suis terrifiée... Et même si cela joue sur mes nerfs de devoir attendre, je sais que je le vivrais mieux et que, si cela est progressif et lent, je m'accepterais mieux, progressivement ...
je suis d'accord pour faire partie de la famille des crevettes ! Je pourrais être la grande soeur !
Génial ! Je veux bien être la petite sœur alors. :-D
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Bonsoir les filles!

Mon chéri est de sortie et moi je suis sur le point d'aller me coucher (et oui, on est samedi, il n'est même pas 23h mais je suis déjà crevée... comme tous les soirs...).
J'ai lu tous vos derniers messages, et je prendrai le temps d'y répondre demain (là je suis vraiment trop HS).
Mais moi aussi, je veux bien faire partie de la famille des crevettes, et aller manger une crêpes à une terrasse ou siroter un coktail sur la plage en rêve ou peut-être un jour en réalité avec vous 8-)
Bisous et bonne nuit les amies :D
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Coucou :)

J'ai passé une nuit difficile... Les enfants sont malades (rhume, toux...) et j'ai dû me lever plusieurs fois cette nuit... Suis crevée!
Mais bon, comme vous êtes plusieurs à le dire, c'est vrai que j'ai énormément de chance de les avoir, mes 2 loulous! Sans eux, je ne sais pas si je serais en si bonne voie (car oui, malgré tous les problèmes qui me restent encore à régler, je me considère quand même en voie de guérison par rapport à il y a quelques années!)... C'est eux qui me font avancer, c'est pour eux que j'ai envie de m'en sortir, c'est eux qui me donne l'espoir et le goût de vivre!

Mais je voudrais dire à toutes celles qui ont ce désir d'enfants de ne pas baisser les bras, et de continuer à y croire! Moi j'ai longtemps pensé que je ne pourrai jamais avoir d'enfants à cause de mon poids et mon absence de règles (et à la limite que ce serait mérité, comme pour me punir d'être devenue anorexique...), et puis un jour, j'ai rencontré la bonne personne, et à force de volonté, à force de patience (c'est pas venu tout de suite, on a dû attendre un peu), grâce au ciel aussi peut-être (j'y crois), je suis tombée enceinte, une première, puis une deuxième fois. Je ne peux pas prédire que ça marchera pour vous, mais ce que je veux dire, c'est que si ça ne marche pas, ça n'aura peut-être rien à voir avec votre poids ou cette maladie! Les médecins m'avaient tous dit que sans règle, c'était quasiment impossible de tomber enceinte... Et ils se sont trompés! Bref, gardez espoir et ne vous dites pas que tout est fichu d'avance!!!
Et je précise que mes enfants sont en bonne santé et qu'ils n'ont aucun souci de poids, même si c'est vrai qu'il n'étais pas gros à la naissance... Mais ils se sont rattrapés depuis ;)

Naurile, tu sais, j'en suis un peu au même point que toi... Et que Kirothius aussi... J'en ai ras-le-bol de ma gâcher la vie avec ce problème de nourriture, j'ai envie de reprendre du poids, envie de ressembler aux jeunes femmes de mon âge (j'en parais 10 ans de moins!), envie de pouvoir sortir au resto avec des amis ou en inviter ici chez nous... mais pour le moment ça m'ait très difficile, quelque chose dans ma tête fait encore blocage... Souvent quand je cuisine, je me dis, "ça serait meilleure avec une cuillère à soupe d'huile ou de crème en plus"... Alors je réfléchis, j'hésite, et puis finalement, je ne la rajoute pas cette fameuse cuillère qui aurait pu rendre le plat un peu plus savoureux, et qui finalement n'aurait fait de mal à personne...

Je vous trouve courageuses de pouvoir sortir au resto, même si vous ne mangez rien ou pas grand chose. Au moins vous faites l'effort! Moi je n'y arrive même plus... J'aurais envie bien sûr, mais rien qu'à l'idée de devoir commander quelque chose sur la carte, ça me paralyse! Du coup j'évite toutes les sorties au resto ou les repas entre amis, ce qui restreint considérablement ma vie sociale...

Naurile, tu ne devrais pas te mettre autant la pression pour ton témoignage... Ce que tu as dit, tu l'as dit à un moment "T", mais les choses peuvent évoluer... C'est une maladie où il y a des hauts et des bas, c'est comme ça... En tout cas, tu n'as pas à culpabiliser de ne pas t'en être sortie comme tu le sous-entend dans ton témoignage, ne t'inquiète pas pour ça! Tu le dis toi-même, les choses ne doivent pas se faire trop brutalement, et le déclic doit venir de nous...

Les filles, j'ai eu une petite idée hier soir en me couchant... Voilà : je me disais que, peut-être ça nous aiderait de mettre de temps en temps ce qu'on a mangé dans la journée, des exemples de plats ou de menus complets... On n'est pas obligée de le faire tous les jours, c'est juste quand on en aurait envie. On pourrait ainsi comparer, se conseiller, voire se motiver... Enfin je ne sais pas ce que vous en dites? Moi je pense que ça m'aiderait de parler de mes difficultés à manger ceci, de mon envie de manger cela, ou de ma satisfaction d'avoir mangé telle autre...

Bon aller, je vous laisse, mais à tout bientôt j'espère :D
Bonne journée!
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonjour,

je viens de lire tous vos messages , ils me parlent énormément car je suis dans la même difficulté que vous avec la nourriture, je garde toutes ces idées à l'intérieur de moi car je sais que mis à part ici elles ne sont pas partageables avec les autres, car elles ne seraient pas comprises et peut être heureusement d'ailleurs.
Pour moi hier soir c'était raclette entre amis, donc vous imaginez évidemment la difficulté que ça a pu représenter pour moi, ce matin je me sens mal dans ma peau avec l'impression que toute cette bouffe ce voit déjà sur mon corps, mais j'essaie de lutter contre cette sensation, j'ai honte de me prendre la tête avec des idées aussi idiotes!!!
ce matin , il fait un beau soleil qui donne envie de vivre alors je vais sortir de promener et me changer les idées avec mes proches
j'ai une angoisse très forte en ce moment, c'est que les autres perçoivent mon trouble,en aient ras le bol de mes difficultés et finissent par m'abandonner, je me bats surtout pour avoir l'air "normale" pour que cela n'arrive pas , et je garde ma souffrance pour mon psy et pour moi dans cette lutte infernale qui fait si mal
bon courage à toutes,
à bientôt
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour les filles,

Difficile journée, difficile après-midi ! Je crois qu'il y a des jours où je me sens plus motivée que d'autres et d'autres où je suis plus fatiguée et où je me pose trop de question. Ce matin, j'ai encore passé mon temps à pleurer parce que je perds mes cheveux, j'ai l'impression que cela ne s'arrêtera jamais, j'ai tellement peur de ne plus en avoir que je flippe à chaque coup de peigne. Cet après-midi, j'ai été jouer au loto de mon village (perdre de l'argent, serait plus exact!) ! J'étais déprimée parce que, à midi, j'ai fait un bon repas (entrée de crudité, 100g de poulet, 200g de petits poids - non, je mens, c'était 185, parce que ma mère avait le dos tournée, mais on ne va pas chipoter ...- 1 tartine de kiri et 1 clémentine) ... Pourtant, à peine sortie de table que la faim est revenue me hanter, jusqu'à atteindre sa pleine intensité aux alentours de 16h !

Cela me rend triste et irritable parce que, au milieu de tous les enfants qui mangeaient des bonbons, j'avais tellement faim et j'aurai pu me mettre à pleurer de ne pas avoir "le droit" de prendre quelque chose pour me rassasier... J'ai l'impression que, vaincre la faim, c'est un peu sans fin! Le problème, c'est que parfois je me dis "Si tu as faim, tu as qu'à prendre un gâteau, un seul, cela ne peut pas te faire de mal" ! Sauf que ... j'ai peur que si je prends un gâteau, j'en prenne deux, puis trois, puis quatre. Que finalement tous les jours je mange des gâteaux et que je grossisse à l'infini ... Et puis, il faut aussi que j'avoue quelque chose : j'ai tellement perdu mes repères alimentaires que, même quand j'ai faim, je serais incapable de vous dire ce que je voudrais manger ! Je ne sais plus ce que l'on mange lorsqu'on a faim ...

Est-ce que l'une d'entre vous sait pourquoi j'ai si faim même après avoir mangé?

Brindille, comment vont tes enfants ce soir? Un peu mieux j'espère. Et que leur Maman a pu se reposer un peu dans la journée... C'est vrai que tu en as de la chance d'être Maman et d'avoir tes enfants. Quand on a plu ses règles depuis un moment, on a toute peur, je pense, que cela joue sur la fertilité, et tu es un véritable espoir quand tu nous dis que tu as pu avoir deux enfants ... Même si je n'ai pas encore ni l'âge ni un ami avec lequel faire des enfants, j'espère que les problèmes alimentaires que je traîne aujourd'hui n'auront pas d'impact sur mes envies d'avoir des enfants plus tard ! Je crois que j'en m'en voudrais affreusement et, comme tu le dis, j'aurai surement même tendance à penser qu'il s'agit d'une punition que j'aurais bien mérité pour avoir fait subir de tels tourments à mon corps ...

Moi aussi j'aimerais pouvoir reprendre une vie normale ! Vivre avec un peu de spontanéité. Aujourd'hui, j’appréhende toujours chaque sortie. Quand quelqu'un m'invite, je suis soit obligée de lui répondre non car je ne veux pas manger - et qu'avons-le, 90% des sorties impliques la nourriture. Quoi que, maintenant, j'arrive à accepter de boire un Perrier, avant je bloquais même sur l'eau, c'est dire! Soit je décide de venir, mais je ne profite pas pleinement de la soirée, parce que je suis trop occupée à la regarder manger, alors que je suis assise en face d'elle (ou lui, ou eux), sans rien faire d'autre que de penser à ce qu'aurait pu être ma soirée si je l'avais pleinement partagée ...

Je crois que nous avons toute mare de vivre ainsi ! D'être obligé de se préparer psychologiquement des que la télévision annonce un événement par hasard. Genre, je vois déjà en gros arriver Pâques et ses œufs en chocolat ! C'est vous dire, je sais déjà ce que ma grand-mère va faire à déjeuner et j'ai déjà compter et préparé comment je ferais pour le manger - et c'était pareil à Noël ! Résultat, même si nous sommes là avec notre famille, on ne partage pas vraiment l'événement ... On veut faire comme, mais on y arrive pas, parce qu'on veut toujours maintenir un contrôle permanent et entier sur ce que nous mangeons ... Moi, ça m'épuise parfois ... J'aimerais tellement pouvoir être à table avec eux et manger sans même réfléchir au fait que je mange !

Naurile, Brindille a raison. Ne te mets pas la pression pour ton témoignage. Tu as parlé, tu as dit ce que tu avais à dire au moment où tu l'as dit. Tu n'as en rien menti. Ce n'est pas parce que, dans ton témoignage, tu écris que tu t'en es sortie et que, en ce moment, tu as un coup de mou ou que tu ne t'en es pas encore totalement remise, que tu dois t'inquiéter pour autant ! Au contraire, tu incarneras un espoir dans ce témoignage, et même pour toi! Si cela peut t'aider, sert toi de ce que tu as dit pour continuer à te battre ... Tu es au bout du chemin, tu y arriveras... On y arrivera toute!

Enfin - j'ai l'impression que nos conversations sont de plus en plus longues! - je suis pour suivre l'idée de Brindille :respect: !
Je trouve que c'est une excellente idée de partager nos repas, nos plats ou même nos petites victoires personnelles sur la nourriture. Je ne les écrirais pas tous les jours parce que ça risque vite de devenir barbant et répétitif, mais je suis prête à écrire ceux qui changent de l'ordinaire ou lorsque je suis heureuse de mon repas ou, au contraire, partager mes coups de mou avec vous. Je suis sure, moi aussi, que cela pourra nous aider ! Comme ça, on aura toujours l'impression d'être soutenu ...

Des bisous (plein plein) et du miam miam (plein plein!)
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Hello !

J'étais persuadée d'avoir écrit un message ce matin... j'ai dû rêver !

Bon, la journée a été éprouvante de mon côté aussi. On était invité chez des amis ce midi. L'été dernier, ce genre d'invit ne me dérangeait plus du tout, je n'avais plus trop de mal à manger le midi même si je mangeais moins que les autres. Mais là, vu que j'ai réduit les portions chez moi, je savais que ça allait être compliqué. Pas tant pour le regards des autres, ils me connaissent, ils ne m'ont jamais fait de remarques ni jugée, mais mon regard à moi vis-à-vis de moi !

Et ça n'a pas manqué. J'ai réussi à siroter mon verre de crémant à l'apéro en gobant 2 tomates cerises. On s'est mis à table à 14h30 (un enfer pour moi, je suis hyper réglée niveau horaires, surtout le midi) Bref, c'était déjà trop tard pour moi... je n'avais pas faim. Le collègue avait comme d'hab super bien cuisiné (poulet à la crème avec champignon et pâtes). Un truc que j'adore en théorie et que je serais capable de manger un midi chez moi. Mais là, non. J'ai prélevé 1/10ème de l'assiette de mon chéri et l'ai mangé sans prendre plaisir et même avec une certain dégoût. A 16h, les desserts (que j'adore en temps normal, je suis très sucrée, impossible de me passer de mon dessert du soir!) m'attiraient et me dégoûtaient à la fois. J'ai mis l'équivalent d'une grosse cuillère à café de fondant au chocolat dans mon assiette, j'en ai mangé 1/3 et j'ai failli éclater en sanglots ! Je me suis maîtrisée jusqu'au retour à la maison il y a 1h30. Depuis, je n'ai pas arrêtée de pleurer et on a discuté avec le chéri. Voilà des mois voire des années que je ne m'étais pas mise dans un état pareil ! Moi qui croyais avoir tourné enfin cette page, je régresse d'une manière horrible, insupportable !

Alors, avec le chéri, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes. Dès le week-end prochain (on sera en vacances, ça sera plus facile de reprendre de bonnes bases), le midi, je vais me servir mon assiette et après, je pèserai. Si c'est inférieur à la barre minimale instaurée, je rajouterai. Et on élèvera la barre minimale jusqu'à de nouveau atteindre les 100gr de chaque. Cela ne me réjouit pas de devoir repasser par la balance, mais il le faut.

Je suis d'accord aussi pour noter de temps en temps mes repas du midi (le soir, je vous l'ai marqué hier, c'est tous les jours à peu près pareil). Je pense que ça nous motivera.

Ne m'en voulez pas si vous ne me voyez pas d'ici mercredi, j'ai cours toute la journée demain et mardi + des réunions le soir. Mais je penserai à vous.

J'espère que tu auras pu te reposer Brindille. Oui, tu as de la chance d'avoir tes petits loups. Je ne baisse pas les bras de mon côté même si c'est dur parfois pour le moral !

Kirothius, je pense que tu es sur la bonne voie et que tu pourras bientôt prendre ce petit gâteau à quatre heures. J'ai eu très faim comme toi aussi. Je pense que c'est normal. Toutes ces sensations qu'on s'est interdit de ressentir reviennent très fort à certains moments, comme si notre corps voulait affirmer, crier sa présence. Peu à peu, ça s'apaisera.

Bonne soirée !
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Salut les filles

Bon, visiblement aucune de nous n'a passé un bon we :-? Moi c'était pas la joie non plus, j'étais crevée, irritable, je me suis disputée avec mon mari... et le repas du soir était complètement loupé (boulghour aux petits légumes... c'était fade, trop acide et même mon petit de 2 ans qui mange de tout d'habitude n'en a pas voulu!!)! Que voulez-vous, y a des jours comme ça... Le problème c'est que ça m'arrive de plus en plus souvent de pas avoir le moral, de tout prendre à coeur, et d'avoir cette impression d'être prisonnière de mon problème. En plus je culpabilise de faire vivre ça à mon mari et mes enfants, qui assistent parfois à de véritables crises (je pleure, je hurle, j'ai l'impression que j'étouffe...). Bon, c'est quand même rare que je me mette dans des états pareils, j'essaye de prendre sur moi la plupart du temps, mais hier, c'est ce qui s'est passé... We de MER..!

Kirothius, moi aussi j'avais tout le temps faim à l'époque. Mais c'était clairement parce que je ne mangeais pas assez, et aussi parce que je me focalisais complètement sur ça. Depuis que j'ai mes enfants, c'est vrai que les journées passent beaucoup plus vite, j'ai moins le temps de penser au prochain repas (enfin j'y pense mais plutôt pour savoir ce que je vais préparer, pas parce que j'ai faim). Parles-en avec ton médecin, peut-être te diras-t-il de rajouter un morceau de pain, un fruit ou un yaourth quelque part. Et prends le temps de manger, au moins 20' à 30' à table, histoire que ton estomac se sente rassasier. Moi j'ai toujours manger lentement, et je prends souvent mon dessert 20' après le repas principal. Et je finis toujours pas une boisson chaude, genre thé ou tisane ou chicorée... ça aide à "clôturer" le repas.

Naurile, je sais ce que tu ressens, moi c'est exactement pareil. Les repas à l'extérieur sont devenus un vrai calvaire, même quand c'est chez la famille. A Noel on a mangé chez mon oncle, on a pris l'apéro vers 20h et le repas a duré jusque 4h du matin! Je me suis contenue au début, mais vers 22h, voyant que le plat principal n'était toujours pas servi, je suis devenue dingue, je ne savais plus comment gérer, j'étais en panique totale! J'avais à la fois très faim, et en même temps j'étais tétanisée par l'attente et l'angoisse de savoir ce qu'on allait manger... Je n'avais qu'une envie c'était que ce repas se termine, et d'ailleurs je suis partie avant (les enfants étaient crevés de toute façon), sans avoir presque rien mangé de tout le repas (1/2 tranche de saumon fumé et 3 morceaux de viande... super repas de Noel!).

Bibo, toi aussi tu fais partie de la famille des crevettes viens quand tu veux te confier à nous! Je crois que ce forum nous fait vraiment du bien à toutes en ce moment, donc n'hésitons pas!

Contente que mon idée de partager certains de nos menus ou repas vous plaise. Et comme le dit Kirothius, il ne s'agit pas de le faire systématiquement, mais juste quand on en a envie, sans que cela ne devienne une contrainte ou une obligation. Et pas seulement pour parler de nos difficultés, mais aussi nos petits exploits que personne d'autre ne peut vraiment comprendre, mais qui pour nous comptent tellement... genre "ça y est, j'ai réussi à la rajouter cette fameuse cuillère de crème!" ;)

Bisous à bientôt :D
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonjour,

merci brindille67 pour ta gentillesse,

En ce moment, je suis dans une phase de reconstruction autant de mon corps que de ma tête.
Je vois les bénéfices de la réalimentation , je suis moins fatiguée, j'arrive de nouveau un peu plus à me concentrer (finir un livre est de nouveau quelque chose d'abordable et ça fait du bien de se revoir capable de cela), petit à petit s'éloigne les obsessions alimentaires qui en fait me paraissent entretenues fortement par la faim que je ressentais à longueur de temps,
la peur de grossir est toujours présente mais j'ai l'impression que j'ai surtout peur de perdre ma maigreur qui était à elle seule un langage, presque une identité
Par contre , il est vrai que je me trouve davantage confrontée à ma souffrance , j'ai l'impression d'avoir perdu ce qui me permettait de la tenir à distance et je me la prends en pleine figure tous les jours, et c'est difficile
J'apprécie tous les soutiens d'où qu'ils viennent car je m'appuie sur eux pour continuer mon chemin,
Aujourd'hui ,je veux éloigner de ma tête les calories, la nourriture et réparer mes blessures intérieures dans l'espoir d'avoir un jour une belle vie...

Je vous souhaite à tous beaucoup de courage, de la sérénité (c'est peut être ce qui nous manque le plus ),
un bon rétablissement également aux petits loups de brindille67, l'hiver avec les petits n'est pas toujours une saison facile
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour les filles,

Pardonnez-moi de ne pas avoir écrit avant aujourd'hui, mais ma Maman a été opéré du genou et j'ai joué à l'infirmière, ce qui a occupé mon temps en plus des milles autre chose qui composent ma journée. Je ne sais pas pour vous, ou si c'est seulement un de mes traits de caractère, mais j'ai constamment besoin d'être occupé et j'ai toujours l'impression de manquer de temps. Une journée ne me semble jamais contenir assez d'heures et je n'arrive pas à rester inactive. Quand j'ai fini d'occuper ma journée entre les obligations journalières et celles que je m'impose, il reste parfois peu de temps pour le repos et ... le repos, je ne connais pas - sauf quand je tombe de fatigue et que je suis bien forcée de dormir!

Je crois que je suis à peu près dans la même phase que toi Bibo. Je me reconstruit à la fois dans ma tête et dans mon corps, et ce n'est pas tous les jours facile de réconcilier l'un avec l'autre. Je crois que, je n'ai jamais réellement accepté le corps que j'avais... J'étais "trop grosse" selon moi ou plutôt, je suis passée beaucoup trop vite d'un corps de petite fille à celui d'une adulte. Je n'ai jamais eu de transition, j'ai grossi d'un seul coup et alors que toutes les autres petites filles au collège étaient fines, minces, les cheveux lisses ... Je me retrouvais déjà avec un corps d'adulte. Ce qui explique sans doute pourquoi je n'ai jamais réussi à concilier ma tête avec le corps que j'avais ... Je crois aussi que j'avais besoin, à un moment, de retrouver un corps d'enfant, comme pour montrer que moi aussi, j'avais le droit à un moment de ma vie d'avoir ce corps là ... Bon, évidemment, ça a un peu dégénéré entre temps (on connait toute l'engrenage, je ne vais pas peindre le tableau!)

Je crois que moi aussi, ce qui m'effraie le plus - au delà du fait de grossir - c'est de ne plus être maigre. Non pas que j'aime mon corps actuellement, mais c'est une question d'habitude. J'ai parfois peur que mon esprit n'arrive pas - une fois encore - à supporter de se retrouver de nouveau avec des hanches plus largues, des cuisses, des fesses ... Mais je vois aussi les bienfaits de la réalimentation ! Quand arrive l'heure du repas, je ne suis plus assise en train de me dire "comment je vais faire pour l'éviter!" au contraire, je me dis "Il faut manger". Bien sur, en respectant le menu, mais je ne veux plus jeter la nourriture dans la poubelle des voisins (grotesque comme attitude, je vous l'accorde!) Moi aussi j'ai retrouvé le plaisir de lire un livre. Je viens de finir mon premier livre depuis des mois. Avant, j'avais tellement de chose dans la tête que je ne parvenais pas à me concentrer, et surtout, je ne comprenais pas comment on pouvait perdre son temps à rester assise sans rien faire sur un livre ...

Brindille, J'espère que tes enfants vont un peu mieux aujourd'hui et qu'ils sont guéris. Et également que tu as pu te reposer ! J'ai essayé d'appliquer tes conseils. J'ai mangé encore plus lentement que d'habitude pour essayer de chasser la sensation de faim... Ça marche, mais une heure plus tard, j'ai de nouveau faim ! Alors, j'ai l'impression d'être une baleine, une goinfre qui a tout le temps faim et ma plus grande hantise serait d'y céder sans plus pouvoir m'arrêter ... ! Je crois que j'ai depuis longtemps oublié la sensation d'avoir l'estomac plein. J'ai soit faim, soit extrêmement mal au ventre (entre les deux mon cœur balance!)... Je n'arrive même plus à me souvenir de comment c'était avant ... Quand je ne me posais pas toutes ces questions et quand je ne connaissais pas encore "la Faim" avec un "F" majuscule!

Effectivement, il semble qu'aucune d'entre nous n'ait véritablement passée de bon week-end! Je comprends ta réaction Naurile, moi aussi j'éprouve des vrais moments de panique lorsque je sors et que je suis face à un repas devant lequel je ne sais pas quoi faire ! Quand je suis partie à Nice pour mon anniversaire, ma mère et ma sœur voulait m'inviter au restaurant le soir et j'avais oublié ma balance. Résultat, nous avons tourné durant 1h30 dans les rues de Nice pour que je trouve un restaurant qui me convenait - ce qui n'a pas été le cas! - et nous avons fini dans un restaurant japonais où j'ai mangé 4 makis et pleuré pendant qu'elles mangeaient un bon plat de sushis, de brochettes et de riz !

On a toutes des moments de panique et des moments difficiles! Mais le fait qu'on soit ici pour en parler montrer qu'on est prête à se battre pour que cela change !

Vive la famille des crevettes!
Des bisous

PS : Ce matin, j'ai été acheté du pain - pas du pain tranché parce que ça pèse moins lourd mais une vraie baguette & je me suis faite une bonne tartine de Kiri à midi. En respectant ce qui était écrit sur mon menu et en le pesant mais j'étais contente parce que c'était bon ... :fairy:
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Coucou les Crevettes !! :mrgreen:

Allez, allez !! je viens remonter le moral de la famille parce que je sens que ça ne va pas fort !!

J'ai repris du poil de la bête depuis dimanche ! Ce qui m'a surtout énervé, c'est que ça faisait plus d'un an que je n'angoissais plus du tout en me rendant quelque part, et là, je l'ai vécu comme un retour en arrière. Bon, les seules fois où j'angoisse, c'est quand je vais chez mes parents, il n'y a plus que là-bas que les repas sont difficiles. Mais je compte bien y arriver un jour !

Brindille, j'espère que tu vas mieux, et que tu as pu te reposer.

Kirothius, tu peux être fière de toi pour la baguette ! Je lisais que tu perdais tes cheveux. Je les ai énormément perdu quand j'étais très maigre moi aussi mais en reprenant du poids, les choses se sont arrangées et je conserve une bonne tignasse ! :-D

Alors, vous allez vous demander pourquoi j'ai l'air si en forme... En fait, lundi matin, pendant que mes élèves étaient en contrôle, j'ouvre ma boite mail et je vois un message de mon éditeur. Il me demandait de voir si la mise en page me convenait et de faire mes dernières corrections pour... aujourd'hui ! Or, j'avais 7h de cours lundi, idem hier + 1 réunion (je suis partie à 7h le matin et rentrée à 20h le soir) ! Autant dire que j'ai dû speeder pour relire ce qui fera tout de même 250 pages à la fin !
Enfin, j'ai réussi à terminer à temps !

Par contre, je suis déçue, les commerciaux ont changé mon titre qui était Les Limbes de la faim (mais c'est vrai que ça faisait trop roman) en "Quand je me suis arrêtée de manger"... ça ne me plaît pas car je n'ai même pas écrit cette phrase dans le bouquin... mais bon... c'est sûrement plus vendeur. Et aussi, j'ai appris qu'il sortira fin mars ! Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si rapide ! Bref, j'ai du mal à faire redescendre l'adrénaline ! Enfin, je vais aller à la zumba avec une copine ce soir pour me défouler et tenter de me calmer !

Sinon, à midi, c'est mon chéri qui a cuisiné car il ne travaille pas le mercredi et je rentre tard.
Donc, au menu :
- escalope de dinde sauce moutarde (j'en ai mangé les 3/4) + boulgour (environ 3càs) + tomates (1 petite)
- dessert : 3 pruneaux, une barquette de lu à la fraise et un mini rocher suchard
- 16h une petite madeleine et un bonbon

Au fait, Kirothius, je pense que cette hyperactivité dont tu parles est encore un symptôme de la maladie. Il faudra apprendre à ne rien faire, à te poser ou faire des choses plus calmes. Enfin, je dis ça, mais je suis dans une perpétuelle frénésie intellectuelle ce qui n'est guère mieux !

Mais le choses se sont quand même nettement arrangées. Pendant très longtemps, je ne pouvais plus lire, j'étais incapable de me concentrer. Aujourd'hui, je lis énormément, au point que j'ai créé un blog l'an dernier (90 livres dans l'année tout de même !) Si vous voulez y jeter un oeil : Les lectures de Naurile.

Je pense fort à vous ! et bon courage !!
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Hello hello les filles!

Je vois que le moral des troupes va mieux, c'est chouette :D
De mon côté, on n'est pas encore sortis des petites maladies malheureusement... Mon petit dernier a fait une otite, mon grand a une laryngite (ça tousse, ça tousse!), et moi et mon mari sommes tous les deux fébriles et épuisés... Mais bon, le moral va quand même mieux que ce we, je suis un peu sortie de mes angoisses et de mes obsessions...

Il faut dire que c'est souvent le we que ça ne va pas. La semaine, je suis dans un rythme, je n'arrête pas de courir à droite à gauche, je m'active dans tous les sens, et du coup j'en oublie presque le reste. Mais le we, si on n'a rien de prévu, c'est l'horreur, surtout quand le temps ne permet même pas de sortir se promener! Là j'ai l'impression d'être un lion en cage qui rumine ses angoisses!!! Je crois que c'est effectivement un symptome de la maladie, cette sorte d'hyperactivité. Moi non plus je n'arrive pas à me poser tranquillement pour lire, et le soir je ne me couche que si je suis réellement épuisée et que mes yeux se ferment tout seuls.

Kirothius, c'est super pour la tartine de Kiri!!! Bravo, et en plus tu as pris du plaisir! Tu sais ce que je fais moi en ce moment? Je tiens un carnet où je note tout ce que je mange, et je note à chaque fois que j'ai trouvé ça réellement bon... Et en fin de semaine je fais le bilan... ça peut paraître stupide, mais ça m'aide à me sentir mieux, à me dire que j'arrive parfois à prendre plaisir à ce que je mange...

Moi aussi je vous raconte mon petit "exploit" : mardi je suis allée faire des courses, comme d'habitude... et là, j'arrive devant chez le traiteur (chez qui je passe toute les semaines, chez qui je hume les odeurs et je salive souvent devant les plats, mais chez qui je n'achète finalement jamais rien). Il avait préparé du rôti de porc aux pruneaux (en sauce!). Bien sûr, j'avais comme d'habitude déjà prévu mon repas de midi longtemps à l'avance (purée-jambon), mais là, j'ai d'un seul coup eu envie de goûter ce rôti (miam, l'odeur!). Alors j'en ai acheté pour toute la famille, et on a mangé au repas de midi! Un truc non prévu, et non cuisiné par moi-même! Bon, j'avoue que je n'ai pas trouvé ça terrible finalement, la viande n'était pas très tendre, et il y avait beaucoup de gras... Mais bizarrement, j'étais super fière d'avoir changé mes habitudes, comme ça, sur un coup de tête!

Naurile, tu es enseignante? C'est drôle moi aussi! C'est génial pour ton livre! Dès qu'il sortira je le lirai! Et j'irai faire un tour sur ton blog aussi!

Bibo, ce que tu vis actuellement, on l'a toute vécu, ou on est en train de le vivre... Mais tu vois, on avance quand même! Et le fait de partager toutes ces choses ensemble sur le forum ne peut que nous faire du bien :D

Je vous embrasse fort les filles
Aujourd'hui grand soleil chez nous, on dirait presque déjà le printemps!
A bientôt
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour les filles,

Je répondrais demain mais j'écris juste ce message rapidement parce que quelque chose m'a marqué et m'a fait rire.

Naurile et Brindille, vous êtes enseignante toutes les deux? Non parce que, moi, je fais des études pour devenir professeur ...

Je vais commencer par croire que cette maladie aime bien les profs! Peut-être à cause du côté carré, rangé, organisé et méthodique des enseignants ... A méditer.

Bonne nuit... :D
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Coucou :D

Pour moi aussi message rapide, je prendrai plus le temps une autre fois.
C'est drôle effectivement, qu'on se soit toutes dirigées vers ce milieu professionnel... Je pense que ce que dit Kirothius est exact, il y a ce côté rangé, structuré, voire perfectionniste... Mais pour ma part, il y avait aussi le fait que je me sente mieux avec des enfants qu'au milieu d'adultes. Les enfants ne portent pas de jugement, ils ne sont jamais faux, il y a une authenticité et une fraîcheur qui émanent d'eux, et surtout, ils donnent de l'espoir. Moi qui suis une éternelle pessimiste, travailler avec des enfants me permet de voir un peu le monde à travers leurs yeux, qui est forcément plus candide et plus émerveillé que le mien. Je n'ai pas peur d'être qui je suis auprès d'eux... Et c'est sans doute les seules et uniques fois où je peux être complètement moi-même!

Voilà, des bisous à vous toutes, et à tout bientôt (le we approche, les angoisses reviennent... J'aurais sans doute besoin de vous les filles!)
bibo
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 113
Inscription : 04 janv. 2014, 14:14

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par bibo »

bonjour tout le monde,

hé bien , en ce qui me concerne je vais faire bande à part car je n'ai rien à voir avec le milieu enseignant, pour ma part je travaille dans la santé.
Ce métier me plait mais ne me convient pas car trop de stress et je trouve que cela aggrave mes troubles et je rêve de prendre un nouveau départ mais ce n'est pas dans l'état actuelle des choses que je vais pouvoir le faire.
J'ai le corps et la tête trop à l'envers pour pouvoir affronter un changement d'orientation.
Aujourd'hui c'est une mauvaise journée, j'ai envie de manger mais rien ne passe facilement , il faut que je me force+++ pour m'alimenter. J'espère que ça va s'arranger ... Je me dis qu'il faut que j'arrête de me torture moi et mon corps , ça n'y changera rien et au contraire ça rend la vie encore plus difficile
mais bon c'est plus facile à dire qu'à faire, d'ailleurs parfois j'ai l'impression d'être gouvernée par une force obscure qui s'amuse à me voir souffrir!!!

Je trouve que vous êtes toutes très courageuses, on sent que vous voulez allez de l'avant , je vous admire,
Et vous faites des progrès qu'on ressent au fur et à mesure des messages , c'est bien,

Naurile j'attends avec impatience ton livre pour pouvoir le lire et voir comment tu as fait pour sortir de ce cercle infernal, j'essaierai d'en prendre de la graine!!!

à bientôt,

bisous
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Bordel ! je viens d'écrire un super long message et il s'est effacé !!
Dragid'amour a écrit :Naurile j'ai été voir sur le site de la FNAC ils mettent en date de sortie de ton livre le 03/03/14 est ce bien ça ?
Purée ! Tu m'apprends quelque chose !! Mon éditeur m'avait dit mi-mars, fin-mars ! Je viens de rendre mes dernières corrections mercredi ! Je n'ai même pas encore vu la couverture ! En tous cas, ça fait très bizarre de se voir sur le site de la fnac, même si ce n'est pas mon vrai nom et pas mon titre (quoique mon sous-titre a été conservé !) J'en reviens pas !

Sinon, je suis officiellement en VACANCES !! Et je crois pouvoir dire qu'elles sont bien méritées !

Bon, je n'ai pas arrêté de la journée ! je suis lessivée ! J'ai traversé le département pour me rendre ce matin chez la sophrologue et cet aprèm chez le psy (il m'a appelé mercredi soir pour me dire qu'il pouvait me reprendre donc vu mon moral ces derniers temps, j'ai sauté sur l'occasion, tant pis pour les bornes !) tout ça m'a fait un bien fou mais je suis HS !

Au fait, j'ai créé une page Facebook avec mon nom d'auteur, donc si vous pouvez liker et partager je vous en serai éternellement reconnaissante ! :mrgreen: N'hésitez donc pas à vous rendre sur la page de Léa Mauclère !

C'est drôle cette histoire avec l'enseignement ! 8O Pour ma part, je suis hyper bordélique comme fille ! à tel point que j'en ai honte ! par contre, mes cours sont préparés à l'extrême (ça m'a été reproché en inspection, on m'a conseillé de laisser place au hasard). Enfin, je m'améliore sur ce point... parfois, pour mon cours de soutien, j'imprime juste un texte pour les élèves et on y va comme ça ! et bien c'est mon meilleur cours de la semaine !

Bon, je vous fais plein de bibis !
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Coucou :)

Naurile a écrit : "Pour ma part, je suis hyper bordélique comme fille ! à tel point que j'en ai honte ! par contre, mes cours sont préparés à l'extrême (ça m'a été reproché en inspection, on m'a conseillé de laisser place au hasard)"
Naurile, je te rejoint également sur ce point! Je suis moi aussi très bordélique, mon bureau est un amas de papier, de stylos, de trucs et de bidules en tout genre... Et idem pour mes vêtements, qui traînent un peu partout dans la chambre! Mon mari n'est pas un grand maniaque, mais il aime l'ordre, et avec moi il devient dingue! Par contre, je suis capable de passer des heures et des heures à préparer me cours, et je ne m'arrête que si je considère que tout est parfait (même si finalement, j'ai l'impression que ça ne l'est jamais!)... Et je suis bordélique, certes, mais hyper maniaque sur l'hygiène par contre! Genre le lavage des mains ou autre...

Bibo, tu ne fais pas tant bande à part que ça je trouve... Certes, nous avons choisi l'enseignement, mais toi un métier de la santé... Ce sont des professions où on se sent utiles et où le contact humain est important... Des métiers pas si éloignés dans le fond...
Tu sais Bibo, tu as peut-être l'impression que tu es plus loin de la guérison que nous, mais je pense qu'on passe toutes par des périodes difficiles, et d'autres un peu meilleures. En ce qui me concerne, ça va dépendre de pleins de choses : de la saison (l'hiver est pour moi une période très difficile), les événements extérieurs (enfants malades, disputes...), échecs personnels qui font que je vais me dévaloriser, perdre le peu de confiance que j'ai en moi, me sentir délaissée... Tout ça joue beaucoup sur ma volonté de manger ou non, changer mes habitudes ou non... Parfois je pense des heures et des heures au planning de mes menus, je vis chaque repas comme une épreuve, je culpabilise au moindre faux pas... Et puis il y a des fois au contraire, j'arrive à être plus spontanée dans mes envies, à prendre plus de recul par rapport à ce que je mange, me dire que ce n'est pas catastrophique si j'ai mangé ceci ou cela... Pour ma part, même si je ne qualifierais plus mon comportement d'anorexique (je mange bien, de bonnes quantités, et presque de tout, sauf les choses vraiment très grasses ou très sucrées), j'ai un comportement alimentaire très rigide, et j'ai énormément de mal à manger quelque chose que je n'ai pas cuisiné moi-même. Donc tu vois, c'est loin d'être réglé! Mais chaque petite victoire m'apporte quand même l'espoir que les choses finiront par se débloquer un jour, même si, comme je l'ai déjà dit, je pense que j'aurai toujours ce besoin de contrôle...
Ne te sens pas moins avancée que les autres dans ton combat contre cette maladie, chaque cas est différent, même si ce forum nous prouve que nos ressentis et nos souffrances sont souvent très proches. Continue d'en parler avec nous si ça te fais du bien, c'est déjà une preuve que tu as envie de t'en sortir!

Naurile, je suis allée voir ton blog, super bien fait! Je vais essayer de me trouver un livre, j'aimerais bien pouvoir me replonger dans un roman, laisser mon esprit vagabonder plutôt que le laisser aller à ses angoisses, ça me manque... Et j'irai voir ta page fcbk, promis!

Comment va notre petite Kirothius sinon?

Bisous à vous toutes!

PS : à midi, j'ai improvisé un gratin pommes de terre/butternutt/jambon/crème fraiche... Troooooooooop bon :)
Kirothius
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 111
Inscription : 08 janv. 2014, 01:06

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par Kirothius »

Bonjour les filles,

Pardonnez-moi de ne pas avoir trop donné de nouvelles cette semaine. Je vous ai lu mais comme je n'avais pas tellement le moral, j'ai préféré attendre pour vous répondre !

C'est dernier jour on était un peu difficile! Comme cela fait pas mal de temps que je parlais d'essayer de remanger un plat composé, ma mère a voulu me faire plaisir et a cuisiné de la Moussaka ! Le problème, c'est qu'elle me l'a annoncée le matin et que j'ai ensuite passé la journée a imaginer le repas du soir, sans savoir comment j'allais faire pour le manger ... En plus de ça, j'étais avec une amie a mon cours de chant, et c'est elle qui devait me ramener. Elle a décidé de venir manger à la maison et je me suis retrouvée figée devant le plat de Moussaka... Ensuite, il y a eu tout un tas de monde qui est passé chez nous pendant que nous mangions, ce qui fait que je n'arrivais absolument pas à me concentrer et qu'au final, je n'ai mangé que quelques cuillères de Moussaka et j'ai passé le reste de la soirée à pleurer.

Je crois qu'au final, même si j'en avais envie, je ne suis pas encore prête à manger quelque chose qui sort de mon "menu type" ! J'ai remarqué aussi que je me figeais et que je paniquais si j'avais l'impression qu'on me pressait de manger ou si des personnes extérieurs à mon "cercle intime" (ma mère, ma sœur) de personne me voyait manger. Et puis, mon amie - qui sait, bien évidemment que j'ai des problèmes alimentaires et qui savait que je tentais une expérience avec la Moussaka - a passé son temps à me dire "Et alors? C'était bon? Ça t'a plus? Qu'est-ce que ça t'a fait?" que mes émotions étaient tellement embrouillées que je n'arrivais même plus à rien avaler et que je me suis déclenchée des colites spasmodiques ...

Bref! Je vous laisse imaginer le tableau, ce n'était pas vraiment un de mes plus beaux moments...

Mais cela va mieux, j'ai repris mon régime alimentaire et j'ai compris au moins que - tout vient à point à qui sait attendre! Du moins je l'espère, je l'espère vraiment ...

Naurile, je suis allée voir ton livre sur la Fnac! Je suis ravie de savoir que tu écris et je ne manquerais pas de l'acheter dès qu'il sortira. Le 03 Mars, c'est ça ? C'est le jour de l'anniversaire de mon petit frère. Au moins, je m'en souviendrais... J'espère qu'on pourra l'acheter directement. Des fois, ils n'ont pas tous les bouquins dans les magasins et il faut les commander sur internet... Et puis, ils ne sont pas très très rapide pour livrer la commande !!!

Brindille, Naurile, moi par contre, c'est un peu le contraire. Je suis très carrée et très rangée. Rien ne doit traîner et je passe des heures à faire le ménage pour que tout soit parfait ! Ma sœur pique des crises des fois quand elle ouvre un placard et le découvre entièrement rangé par ordre alphabétique, ou par catégorie ... Flippant parfois, moi-même je dois le reconnaître !

Bibo, je suis d'accord avec Brindille ! On est toute pareille. Certes, on en est pas toute au même stade de guérison (regarde moi, je fais de longs et beaux discours sur la guérison et pourtant, je n'en suis encore qu'au tout début et je n'ai même pas encore stabilisé mon poids qui continue a descendre!), je pense que c'est surtout l'action que nous faisons et la volonté que nous avons toutes de vouloir nous en sortir qui nous unie ! Peu importe que certaines soient plus avancées que nous dans la guérison ou qu'au contraire, elles soient derrière nous, ce qui compte, c'est que nous nous soutenions les unes et les autres et que nous gardions à l'esprit que nous poursuivons un même but ...
Je crois que, ce qui définie l'anorexie (bah! Qu'il est moche ce mot!) ce n'est pas tant le poids ou la perte de poids mais son contrôle ! Tant qu'on veut contrôler notre alimentation, peu importe que l'on est un IMC inférieur, supérieur, ou idéal. Tant qu'on est prisonnière de notre contrôle, on est toute ensemble... Tant que nous n'arrivons pas à manger naturellement, nous ne pouvons pas nous estimer complètement guéri. L'alimentation ne doit pas être quelque chose de planifier, de régler et de contrôler, on ne devrait même pas y penser, car c'est un besoin naturel. Donc, tant que nous contrôlons notre alimentation, peu importe à quel stade de la maladie ou de la guérison nous en sommes. Et comme le dit Brindille, chaque cas est différent, même si nos situations sont similaires!

Brindille, bravo pour ton gratin ! Ça a l'air super bon. Par contre, c'est quoi du butternutt? Je ne connais pas. Et je n'ai pas eu le temps de te dire que c'était génial pour le rôti de porc aux pruneaux que tu as acheté en changeant tes habitudes la dernière fois. Çà, c'est une vraie preuve de combat. Changer les habitudes, je suis sure que c'est le meilleur moyen de combattre la maladie ... Cesser les rituels et bouleverser le quotidien, je suis très fière de toi, tu vas me servir d'exemple dans la vie, je le sens :respect:

Je vous embrasse fort les filles.
Et je vais allée jeter un coup d’œil au blog de Naurile.

Bisous les crevettes \:D/

Ps : Hier j'ai mangé des pâtes au jambon, comme quand j'étais petite... Mais miam-miam !
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Hello !
Kirothius a écrit :Je crois que, ce qui définie l'anorexie (bah! Qu'il est moche ce mot!) ce n'est pas tant le poids ou la perte de poids mais son contrôle ! Tant qu'on veut contrôler notre alimentation, peu importe que l'on est un IMC inférieur, supérieur, ou idéal. Tant qu'on est prisonnière de notre contrôle, on est toute ensemble... Tant que nous n'arrivons pas à manger naturellement, nous ne pouvons pas nous estimer complètement guéri. L'alimentation ne doit pas être quelque chose de planifier, de régler et de contrôler, on ne devrait même pas y penser, car c'est un besoin naturel. Donc, tant que nous contrôlons notre alimentation, peu importe à quel stade de la maladie ou de la guérison nous en sommes. Et comme le dit Brindille, chaque cas est différent, même si nos situations sont similaires!
Je suis parfaitement d'accord avec cela ! Evidemment, il y a plusieurs stades dans la maladie, mais je ne me considérerai guérie que lorsque je ne chercherai plus à contrôler. Et puis comme le disais Brindille, il y a des jours avec et des jours sans... moi non plus je n'aime pas l'hiver, ou en tous cas, les jours comme aujourd'hui où il pleut toute la journée et qu'on ne peut pas mettre le nez dehors, c'est hyper déprimant !

Pour moi, c'est d'ailleurs pas la grande forme ! J'ai enchaîné 2 nuits blanches (l'excitation du livre...) et j'avais de la fièvre et était barbouillée ce matin. Mais bon, je me suis reposée toute la journée et je me suis tenue quand même à mon programme alimentaire ce midi histoire de reprendre le poids perdu ces derniers jours et de me réconcilier avec les repas du midi. Au menu : steak, pâtes complètes avec parmesan et sauce de viande et courgettes. Les quantités sont encore un peu faiblardes mais tout ça recouvrait quand même intégralement une grande assiette. Le pari est donc tenu et je continue comme ça demain.

Brindille, félicitations pour le rôti, changer ton programme à la dernière minute et prendre un plat tout cuisiné, c'est une super avancée ! Kirothius, la butternut, ça fait partie des courges, ça a un petit goût sucré bien sympa, très bon en gratin effectivement !

Pour la moussaka, chaque chose en son temps, ça viendra, ne te mets pas de pression avec ces plats complets. En plus, les conditions n'étaient franchement pas favorables ! Il m'a fallu beaucoup de temps avant de me dire qu'au fond les autres n'en avaient rien à faire de ce que j'avais dans mon assiette ! Et encore, j'ai toujours ce problème quand je retourne chez mes parents. D'ailleurs, je dois y aller quelques jours en fin de semaine prochaine... ça commence à me stresser d'autant qu'il va falloir que j'aborde le sujet du livre... ils savent que je l'ai écrit, en sont fiers mais ne se doutent peut-être pas que je n'ai pas forcément été tendres avec eux, surtout avec ma mère, bien que je dise aussi à quel point je l'aime...

Merci pour vos visites sur mon blog ! Je viens d'ajouter un livre. En ce qui concerne le mien, je ne pense pas qu'il sera disponible dès le 3 mars. Sur Amazon, ils l'annoncent pour le 16... ça me semble plus juste car je n'ai toujours pas signer le bon à tirer ni vu la couverture et mon éditeur m'avait dit que ça serait entre mi et fin mars... Mais pour moi aussi, ça sera presque en même temps que mon anniv qui est le 9 !
bibo a écrit :Naurile j'attends avec impatience ton livre pour pouvoir le lire et voir comment tu as fait pour sortir de ce cercle infernal, j'essaierai d'en prendre de la graine!!!
Hélas Bibo, je ne délivre pas de méthode miracle ! Après 1 an d'anorexie pure, j'ai sombré dans l'anorexie-boulimie et ai passé mes journées à manger et vomir pendant 9 ans... tu pourras lire qu'il y a eu quelques périodes d'accalmie mais très rares. Je crois que ce qui m'a vraiment aidé, c'est le fait d'être soutenue quotidiennement par mon chéri, d'avoir enfin trouvé un bon psy et d'avoir le projet de fonder une famille. Mais comme je le dis à la fin, quand j'ai rencontré mon amoureux, j'avais 23 ans et je me donnais une espérance de vie qui ne dépassais pas les 25 ans... et puis, dans jours, j'en aurai 29 et ma vie a enfin un sens ! Comme quoi, il ne faut jamais perdre espoir !
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Salut les filles

Merci pour vos félicitations, ça me fait plaisir :) C'est vrai que j'ai essayé de faire plusieurs efforts cette semaine, et encore hier soir, c'était des spaghettis au fromage, qui étaient assez bonnes (en tout cas j'ai pris plaisir!). Par contre ce midi, j'ai voulu continuer sur ma lancée, et bien que pas très en forme (j'ai chopé la crève de mes enfants), j'ai fait une pizza (j'en avais promise une à mon fils). Mais au lieu de faire comme le disait la recette, j'ai supprimé une cuillère d'huile par ci, quelques dizaines de grammes de fromage par là... Bref, j'ai limité l'apport calorique tant que je pouvais (mais POURQUOI???? #-o )... Et au final, c'était vraiment pas bon, sans goût... Non seulement je n'ai pris aucun plaisir, mais en plus je m'en suis voulus parce que mon petit bonhomme se réjouissait et je n'ai pas réussi à lui faire plaisir, tout ça parce que j'ai voulu une fois de plus tout contrôler... :-(

Tu vois, je ne suis pas un bon modèle Kirothius... Là tout de suite, si tu savais comme je me sens nulle nulle nulle!!! Et sale sale sale!!!! J'aurais envie de revenir en arrière, manger quelque chose de tout simple, que je maîtrise bien... Je sens que la journée va être gâchée juste à cause de ça!!! Et demain me stresse aussi car je ne sais toujours pas ce qu'on va manger aux 2 repas du midi et du soir, je n'ai encore rien de prévu!

Bref, c'est pas la joie aujourd'hui, malgré un beau soleil dehors.

Kirothius, je comprends que ça été si difficile pour toi de manger cette moussaka! Tu ne pourrais pas expliquer (gentiment bien sûr O:) ) à ta maman que tu as besoin de calme au moment des repas? Moi j'avais le même souci (je l'ai toujours d'ailleurs mais je ne vis plus chez mes parents donc ça facilite), et j'avais demandé à ma mère d'essayer de préserver les repas, d'en faire des moments calmes, sans visite, sans agitation... Et moi non plus je n'aime pas du tout manger devant les autres (sauf mon mari et mes enfants bien sûr), ça me met terriblement mal à l'aise. Quand j'étais ado, en pleine période d'anorexie restrictive, je construisais même des sortes de barrages autour de mon assiette (avec des bouteilles, des serviettes, le sel...), afin que personne ne puisse voir ce que je mange. En plus j'étais persuadée que personne ne se rendait compte que je faisais ça, j'essayais d'empiler les choses discrètement... Tu parles, quand j'y pense c'était totalement ridicule! :oops:

Naurile, c'est bien, tu essayes de te tenir à ton menu malgré ta petite forme, c'est courageux de ne pas baisser les bras même quand ça va moins bien! Courage pour la visite à tes parents, moi je n'arrive même plus à manger chez eux, c'est quelque chose qui est devenu impossible pour moi. Je les aime, on se voit très souvent, on s'appelle, mais manger là bas, c'est non!

Alala, quand je me lis je me dis que j'ai encore beaucoup de chemin à parcourir... Mais ce qu'il y a de bien ici, c'est qu'en vous lisant on reprend courage, on se dit qu'on a toutes nos forces et nos faiblesses, et surtout, on n'est pas seule :fairy:

Bisous vous toutes, à bientôt
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Salut !

Allez Brindille ! Arrête de te déprécier ainsi ! Ce que tu as fait ces derniers jours est super ! Tu ne peux pas tout réussir tous les jours et vouloir mettre la barre de plus en plus haut, c'est bien, mais parfois, il arrive un petit palier et il faut savoir patienter avant de passer au-dessus !

Au contraire, sois fière de ces derniers jours, du traiteur, des pâtes au fromage le soir, le fait d'y avoir pris plaisir, c'est super ! Et puis, on apprend de ses erreurs, la prochaine fois que tu tenteras de faire une pizza pour ton fils, tu y repenseras et au moment de mettre de l'huile, tu te diras que ça sera sans meilleur avec et que diluée dans toute la pâte, ça ne fera pas une si grande différence...

Pour ma part, ça va mieux, je n'ai plus de fièvre et j'ai bien dormi. Je suis allée me balader un peu en début d'après-midi pour profiter de ce beau soleil. Sinon, j'ai beaucoup lu. Fait un peu de ménage (ça m'arrive quand même de temps en temps ! :grin: ) Et j'ai préparé un clafoutis aux mûres pour les soirs à venir.
brindille67 a écrit :Courage pour la visite à tes parents, moi je n'arrive même plus à manger chez eux, c'est quelque chose qui est devenu impossible pour moi. Je les aime, on se voit très souvent, on s'appelle, mais manger là bas, c'est non!
Merci ! J'aimerais pouvoir me rendre chez eux sans y manger mais comme j'habite à trois heures de route, je ne fais jamais l'aller-retour dans la journée et y reste donc 2-3 jours.J'aimerais pouvoir rester davantage car en-dehors des repas, on s'entend bien, et j'aimerais profiter aussi plus de voir mes amies qui sont toutes restées dans la même ville. Mais rester plus de 3 jours est insurmontable, j'ai l'impression d'étouffer et d'imploser. Du coup, j'essaie de m'y rendre à chaque vacances en tentant toujours de ne pas angoisser... en vain. Le truc, c'est que lorsque je me rends là-bas, d'une façon inconsciente, je me retrouve dans la position de la petite fille et bien que mes parents savent que je suis une femme maintenant et que je fais ma vie, j'ai l'impression d'avoir subitement 10 ans et d'être incapable de communiquer avec eux... c'est très étrange. Mais l'anorexie a surtout été pour moi un moyen de communication avec eux, donc je pense qu'il faudra encore un certain temps avant que ça s'améliore, s'ils ne me renient pas après la sortie du livre !!

Bonne soirée les crevettes !
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Merci Naurile, ton message m'a fait du bien! En ce moment j'essaye vraiment de changer mes habitudes, et c'est très dur! J'ai l'impression de perdre tous mes repères depuis si longtemps établis. Donc quand ça marche, c'est bien, je suis contente, mais si j'échoue, je culpabilise et je me dis que j'aurais mieux fait de ne rien tenter et d'en rester au statu quo... Finalement c'est quand j'improvise en dernière minute que ça se passe le mieux parce que je n'ai pas eu le temps de vraiment stresser avant. Sinon, chaque changement, chaque rupture est vécu comme une véritable épreuve!

Je trouve que cette période intermédiaire, entre volonté de guérir et peur de bouleverser nos habitudes, est vraiment difficile à gérer. Parfois j'ai vraiment envie de baisser les bras, je suis totalement découragée, j'ai l'impression de traîner cette maladie comme un énorme boulet depuis tellement d'années! J'en viens même à me dire (c'est rare mais ça m'arrive!) que si je n'avais pas mes enfants comme moteur, j'aurais peut-être déjà mis fin à tout ça de façon radicale... Heureusement ils sont là, ils me font aimer la vie, ils lui donne du sens, et jamais je ne pourrais les abandonner! Mais j'ai tellement d'angoisses qui me rongent, tellement de peur... et il y a des moments je me sens terriblement seule, impuissante, prisonnière... que j'aimerais m'extirper de ce corps, m'envoler dans les airs, me sentir libre!!!

Hier matin j'étais chez ma gynéco. Bilan gynécologique parfait, tant mieux. Par contre je dois faire un bilan hormonal car ça l'inquiète que je n'ai pas de règles. Et il y aussi d'autres petites choses qu'elle veut encore vérifier (thyroïde, prolactine (?))... Je suis sortie en larmes, je ne peut même pas dire exactement pourquoi... Sans doute parce que ça fait mal de devoir se montrer à nue (au sens propre du terme), se peser, expliquer pourquoi on n'a toujours pas réussi à prendre du poids malgré nos efforts (regard sceptique de la gynéco), avoir honte de ce corps qui n'est ni celui d'une femme ni celui d'une petite fille... Ce corps, si pâle, si laid... que je n'ai pas envie de voir, que je n'ai pas envie qu'on touche... Je me dégoûte en fait. Mon corps, ma nudité me dégoûte.

Naurile, je trouve au contraire que c'est bien que tu t'obliges à aller ainsi chez tes parents et à y rester plusieurs jours! C'est vraiment courageux, moi je n'en serais pas capable! Je sais que ça rend mes parents malheureux et que ça complique beaucoup les choses au moment des fêtes de famille, mais c'est malheureusement ainsi... du moins encore pour le moment... J'ai la même sensation que toi quand je vais chez eux, et j'ai trop peur de ce que je pourrais manger (ma mère a une façon assez particulière de faire la cuisine!). Enfin profite bien de ton séjour, essaye de ne pas trop stresser, ni pour les repas, ni pour la sortie de ton livre. Je ne connais pas tes parents mais je ne pense pas qu'ils te renieront pour les choses que tu as écrites! Ils se doutent bien de certaines choses, et si ce livre t'a permis d'avancer, je pense qu'ils seront au contraire fière de toi et de ce que tu as entrepris! Si tu passes dans l'Est de la France pour faire une dédicace, tiens moi au courant ;)

Exploit d'aujourd'hui : tartines de beurre au petit dèj (du vrai beurre!) ET praliné au chocolat au dessert de midi.
Mais le bémol, c'est que j'avais très envie d'un beignet en passant à la boulangerie ce matin (les gros beignet, bien moelleux, plein de sucre, pleins de graisse...), que j'en ai acheté un, et qu'au final ce n'est pas moi qui vais le manger... Je vais l'offrir à mes enfants ou mon chéri, au moins eux en profiteront sans culpabilité!

Bisous les soeurettes crevettes
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Coucou !!

Contente de lire que ça va mieux pour toi Brindille. Encore une fois, ne te mets pas trop de pression d'un coup. Vouloir réussir à tout prix chaque défi que tu t'imposes reviendrait encore à correspondre à un idéal de perfection inatteignable. Laisse parler ton instinct. Pour le beignet, rien que le fait de l'avoir acheté est une petite victoire. Je suis certaine que ton fils sera ravi de le manger et qui sait, peut-être lui en auras-tu piqué un morceau ou le feras-tu la prochaine fois ! ;-)

Pour le gynéco, je comprends, j'en ressors souvent dans le même état. Pour ma part, il se rajoute mon impuissance devant ce corps qui ne fonctionne plus (pas de règles sans traitement hormonal - d'ailleurs, tu te verras peut-être attribué le même que le mien) et qui refuse obstinément de me faire devenir mère. En plus, mon gynéco n'est pas bavard, ce qui accroît encore mon sentiment d'impuissance et mon désarroi... Dis-toi que le principal, c'est que l'examen n'ait rien révélé d'anormal et que tu aies eu la chance d'avoir deux beaux enfants.
brindille67 a écrit :Mais j'ai tellement d'angoisses qui me rongent, tellement de peur... et il y a des moments je me sens terriblement seule, impuissante, prisonnière... que j'aimerais m'extirper de ce corps, m'envoler dans les airs, me sentir libre!!!
J'ai exactement le même sentiment. Prisonnière à l'intérieur de moi-même tout en ayant conscience d'avoir la clé pour m'en sortir ! Cette période d'entre-deux, ni tout à fait malade, ni tout à fait guérie me semble interminable. Pour moi, ça fait 2 ans que ça dure. Avec des période de rechute et des périodes quasi-normales. Je n'en peux plus non plus. C'est éreintant psychologiquement. Mais allez, il faut se dire qu'on est sur la bonne voie, entourées de gens qui tiennent à nous et que la vie vaut la peine d'être vécue !

Sinon, pas grand chose de neuf, hier, on est allé dans la famille de mon chéri où c'est toujours très compliqué (sa soeur, sa mère et sa grand-mère vivent ensemble - il ne parle plus à son père depuis plus de 15 ans...) mais ça s'est bien passé. Le hic, c'est que je n'ai pas réussi à avaler grand chose... enfin, personne ne m'en a tenu rigueur à part moi ! Ensuite, nous avons profité du beau temps pour faire une petite balade.

Aujourd'hui, temps pourri, je continue à rentrer mes appréciations et à lire un peu.

J'ai encore passé une très mauvaise nuit... moi qui pensais pouvoir me reposer et rattraper mon manque de sommeil pendant les vacances, c'est mal barré !
Toujours pas de news pour le bouquin (donc je stresse !)

Demain aprèm, séance avec le psy. Le matin, il faudra que je prépare quelques affaires pour emmener chez mes parents...

Au fait, que devient notre Kirothius ??? J'espère que tout va bien !

Bisous !
brindille67
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 131
Inscription : 25 janv. 2014, 16:46

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par brindille67 »

Coucou tout le monde

Je me suis posée la même question... Que devient Kirothius? Bon, on ne veut pas te mettre la pression non plus Kirothius ;)... Mais on espère juste que tout va bien pour toi! Donne nous des news dès que tu peux ;-) ... et idem pour Bibo qu'on n'a pas rencontré ici depuis un petit moment! C'est qu'on s'inquiète vite :-k

Bon, Naurile, fidèles au poste toutes les deux :-D ... Moi aussi je suis en vacances... en fait en congé parental depuis 2 ans, je reprends en septembre prochain! Plus que quelques mois pour profiter, mais en fait je me rends compte que c'est aussi le fait d'être à la maison qui accroît mes angoisses... Même si m'occuper de mes enfants est un pur bonheur et que je ne regrette rien bien sûr! Mais reprendre une activité et un rythme va me faire du bien je pense.

J'ai eu les résultats de mes analyse mais pas encore l'interprétation du médecin... Tout ce que j'en conclu, c'est que j'ai un problème de thyroïde, et que je vais donc devoir prendre un traitement. Pour l'absence de règles, je ne peux pas prendre de traitement, comme il m'ait interdit de prendre la pilule contraceptive... J'ai en effet fait une embolie pulmonaire juste avant mon 2ème accouchement et ce serait donc beaucoup trop risqué de prendre un traitement hormonal.

Moi aussi j'ai une belle-famille très compliquée (encore un point commun avec toi ;) ). Mon mari a rompu les liens avec son père à l'adolescence, et ce n'est que depuis qu'on a les enfants que ça va un peu mieux... Mais ça reste fragile et relativement tendu quand même! En plus il est fils unique et n'a plus vraiment de maman, donc voilà, pas facile tous les jours pour lui non plus... Et avec mes problèmes je ne lui facilite pas la tâche! J'ai parfois l'impression d'être un vrai boulet... :oops:

Tu n'es pas encore chez tes parents alors? Allez courage, ça va bien se passer! Tu seras contente de les voir, et réciproquement! \:D/ Même si je comprends ton stress et tes angoisses bien sûr... Mais tu vas aussi retrouver tes amis, tu as de la chance! Moi je ne vois plus trop souvent les miens... soit parce qu'ils vivent trop loin, soir parce que la maladie m'a éloignée d'eux... Même ma famille proche (pas mes parents mais mon frère, mes oncles et tantes, mes cousins-cousines...), j'ai parfois la sensation de les avoir perdus, de n'être plus grand chose d'autre que la fille compliquée et insociable de la famille... ce qui est un peu (beaucoup?) vrai, je l'admets...

Enfin bref... Je ne vais pas continuer à saper le moral de tout le monde hein! Comme dit Naurile, faut positiver et se dire qu'on est sur la bonne voie!

Bisous à toutes les crevettes et à bientôt :D
naurile
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 196
Inscription : 20 sept. 2013, 11:39

Re: Je veux OSER m'en sortir

Message par naurile »

Hello !

Hé oui ! fidèle au poste ! :mrgreen: mais c'est vrai qu'on commence à s'inquiéter de ce que deviennent les autres... peut-être n'étaient-elles pas encore en vacances...

Effectivement, pas facile pour toi non plus côté famille... en fait, plus ça va, plus je me demande s'il existe des personnes qui n'ont pas de problèmes avec leurs parents ou la famille en général ! :-k

Je reviens de chez le psy, ça m'a fait du bien de parler de mes angoisses. En même temps, plus ça va, plus j'ai l'impression que je devrais peut-être diminuer les séances et laisser ma place à des gens qui en ont vraiment besoin... parce que je ne suis quand même plus un cas de force majeure depuis longtemps ! (en fait, je ressens surtout ça car mon psy officie en CMPP et hôpital et que c'est très rare d'avoir des places et encore plus rare d'avoir un suivi tel que le mien - plusieurs séance par semaine parfois alors que des gens attendent 6 mois pour un rdv et 1mois entre chaque séance :-? je sais que c'est le système qui est mal fait et que si mon psy me propose de me voir toutes les semaines c'est que ça ne le dérange pas mais quand même... je culpabilise !)

Sinon, ce soir, je vais aller faire un peu de zumba, comme chaque mercredi, histoire de voir du monde et de me changer les idées avant demain.
brindille67 a écrit :Moi aussi je suis en vacances... en fait en congé parental depuis 2 ans, je reprends en septembre prochain! Plus que quelques mois pour profiter, mais en fait je me rends compte que c'est aussi le fait d'être à la maison qui accroît mes angoisses... Même si m'occuper de mes enfants est un pur bonheur et que je ne regrette rien bien sûr! Mais reprendre une activité et un rythme va me faire du bien je pense.
Tu as raison, le fait de reprendre une activité te permettra de penser à autre chose, tu éviteras de ressasser tes angoisses, c'est pas plus mal. Je me rappelle qu'à un moment, même si j'étais à bout physiquement, je continuais à aller travailler pour ne pas me retrouver seule à la maison et que ce soit pire ! C'est différent pour toi, tu as tes enfants, mais ce n'est pas tout. Le fait d'avoir des relations avec d'autres adultes, de pouvoir échanger, ça aide quand même !

A très vite, j'essaierai de passer vendredi, bisous !
Répondre