je veux en finir

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
PlumeNacre
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 07 janv. 2020, 19:21

je veux en finir

Message par PlumeNacre » 09 janv. 2020, 22:55

Bonsoir enfine,

tout d'abord, je sais que ce que je m’apprête à écrire est démoralisent. J'en suis désolée.

En ce moment je n'arrive à rien. Je suis le stéréotype de la fille BCBG, un père qui réussit, je vit en banlieu d'une grnade ville, je suis une excellente élève de 3e, on me trouve plutot jolie, on me trouve gentille, je porte des belles fringues tiré de "Gossip Girl".
Mais je me trouve hideuse. Chaque jour est un calvair. Mes amies sont toutes plus idiotes les unes les autres. Toutes sur des sujets différents. Je déteste l'endroit ou je vis, je déteste mon père absent, je déteste mon collège. Je souffre. Je voudrais que chaque jour sois le dernier. La dernière fois je me rendait dans ce collège que je déteste, je suis passée sur le passage piéton, une vieille Renault avançait, je me suis arréter en plein milieu comme pour voir ce qu'il allait ce passer, et rien, j'ai les jetons, je suis partie. Je me trouve grosse, je fait souffrir tous mon entourage. J'essaie de donner des conseils, je n'y crois même pas. Sois je ne mange rien, sois je me fais vomir, ou je me gave, et je ne sens meme plus le gout des aliments.

Mon copain et moi onn est en train de se séparer. Si vous saviez comme ça m'affecte.... Mais je fais la dure, celle qui s'en fiche, alors que j'ai l'impression de toujours tous rater. Et je replomge dans ce puit sans fond. Encore et toujours, je nage la brasse coulée. Je n'ai plus d'objectif, j'attends que la mort m'accueille dans ces bras funeste, et de retrouver le repos éternel.

Aidez-moi, dites moi, n'importe, mais aidez moi!!!


xoxo

Plume Nacré

BrinDeMoi
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 09 janv. 2020, 17:38

Re: je veux en finir

Message par BrinDeMoi » 10 janv. 2020, 08:42

Bonjour Plume Nacrée,

À mon tour de te répondre.

Tout d'abord, félicitations d'être une excellente élève. Tu as du mérite.
Mon fils a le même âge que toi, il est en 3ème également, et les etudes c'est important pour votre avenir. Sais-tu sur quel métier tu voudrais te diriger par la suite?

Pour ton copain, sans indiscrétion, pourquoi êtes-vous en train de vous séparer ? Si c'est à cause de tes soucis, sais t-il que tu souffres ? Avez-vous déjà parlé tous les deux de tes problèmes de nourriture et de tout ce que tu ressens ?

En ce qui concerne les copines, c'est la dernière année, plus que quelques mois à les supporter ;)
As-tu, peut-être en dehors de l'école, au moins une amie, une vraie, à qui tu peux te confier sincèrement ?
Pas besoin d'en avoir 50, une seule vraie amie suffit, ne serait-ce que pour s'épauler dans le besoin et rigoler le reste du temps.

Dans ton message tu me parlais de ton pédiatre, qu'en dit t-il ? Que te propose t-il pour t'aider ?

En tout cas, je compatis grandement à tes souffrances. Tu n'est pas seule. Courage.

Ecoute
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 29
Inscription : 10 janv. 2020, 11:45

Re: je veux en finir

Message par Ecoute » 10 janv. 2020, 13:19

Bonjour et bonne année!
Lorsque je vous lis je me dis qu'en fait votre message renvoie à la question "qui je suis". Comme si vous ressembliez à telle ou telle idée, à tel stéréotype etc...
Or, moi je vois beaucoup d'éléments sur vous qui vous sont propres.
Vous êtes :
- celle qui a ouvert ce fil
- une personne qui pense aux autres
- une personne aimée par les autres
- une personne intelligente
- une personne qui aime être bien habillée
- une personne qui doute d'elle
- une personne qui se sent seule
- une personne qui teste ses limites
- une personne qui a peur de la solitude
- une personne qui se sent différente des autres
- une personne qui se préoccupe du regard des autres
- une personne qui a simplement perdu son chemin

Le titre de votre fil c'est " je veux en finir". Mais je serais tenté de vous demander ce que vous souhaitez finir? (remarque : vous n'avez pas dit que vous voulez mourir : vous avez dit "j'attends que la mort m'accueille dans ces bras funeste, et de retrouver le repos éternel." N'est ce pas le cas pour tout le monde finalement? C'est peut être même l'une des choses les plus difficile à accepter.)

PlumeNacre
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 07 janv. 2020, 19:21

Re: je veux en finir

Message par PlumeNacre » 11 janv. 2020, 01:36

BrinDeMoi a écrit :
10 janv. 2020, 08:42
Bonjour Plume Nacrée,

À mon tour de te répondre.

Tout d'abord, félicitations d'être une excellente élève. Tu as du mérite.
Mon fils a le même âge que toi, il est en 3ème également, et les etudes c'est important pour votre avenir. Sais-tu sur quel métier tu voudrais te diriger par la suite?

Pour ton copain, sans indiscrétion, pourquoi êtes-vous en train de vous séparer ? Si c'est à cause de tes soucis, sais t-il que tu souffres ? Avez-vous déjà parlé tous les deux de tes problèmes de nourriture et de tout ce que tu ressens ?

En ce qui concerne les copines, c'est la dernière année, plus que quelques mois à les supporter ;)
As-tu, peut-être en dehors de l'école, au moins une amie, une vraie, à qui tu peux te confier sincèrement ?
Pas besoin d'en avoir 50, une seule vraie amie suffit, ne serait-ce que pour s'épauler dans le besoin et rigoler le reste du temps.

Dans ton message tu me parlais de ton pédiatre, qu'en dit t-il ? Que te propose t-il pour t'aider ?

En tout cas, je compatis grandement à tes souffrances. Tu n'est pas seule. Courage.


Salut BrinDeMoi

Merci beaucoup pour ton message. Je me fais énormément de soucis pour mes études, bien que j'ai finis mon 1er trimestre avec 18.50 de myenne générale dont 19025 en mathématiques. Plus tard, je voudrais être chirurgienne pédiatre et fœtal. Un grand projet, pour sauver des enfants et faire écho à mon passé de malade.

Mon copain, enfin ex copain désormais, était un imbécile. Il connaît depuis le début mes problèmes alimentaires, et le fait que j'ai du mal avec les rapports physiques entre hommes et femmes, depuis que ma mère s'est fait violenter mentalement par un alcoolique, et aussi car je n'assume pas mon corps. Lorsque je lui ai fait part de ces troubles, il m'a simplement répondu qu'il allait me laisser du temps. Deux semaines plus tard, Monsieur se lamantait à qui veut bien l'entendre car je ne voulait ni lui prendre la main, ni l'embrasser et que pour lui on ne pouvait former un couple qu'en s'embrassant. Quand je lui ai dis que je voulais du temps, il m'a dis qu'il m'avais attendu deux semaines et que s'était assez, qu'il en avait assez. Mais quel culot! Deux pauvres semaines! Alors j'ai fait ce qu'il fallait pour le garder. J'ai fait courir jusqu'à ses oreilles une rumeur disant que j'étais prête à l'embrasser, il m'a raccompagner chez moi, et c'est là que mes soucis avec lui ont commencés. Je sais que dis comme ça on dirait qu'ils ont commencés depuis longtemps mais ce n'est que le début. J'ai appris après par une amie qu'il se masturbait régulièrement devant des films peu recommandables et qu'il a demandé à cette même amie si je me touchait!
S'en est suivi un harcelement, obligation de lui parler tous les jours sinon je me prenait un sermont, interdiction de parler ou d'approcher un autre garçon même s'il ne l'a pas formulé ainsi. Il m'a demandé tout l'historique des garçons abonnés à moi sur Instagram, et c'est interposé entre moi et un ami franchement débile, gamin et moche!!! comme si j'étais son territoire. Ce qu'il m'a d'ailleurs dit très clairement " tu m'appartient"...
Je devais inventer des excuses pour ne pas me retrouver seule avec lui, de peur qu'il ne me tripotte; et qq jours après avoir appris qu'il aimerait avoir des rapports sexuels avec moi "dans trois mois", correspondant exactement avec la date de mes 15 ans, des siens et de notre voyage scolaire en Espagne, je lui ai demandé en rigolant si j'étais sa ceinture de chasteté et qu'il pouvait coucher avec qqun d'autre que moi, que ça ne me déranggerait pas du tout, il m'a répondu que j'étais bien sa ceinture de chasteté, mais que cela ne le dérangeait pas puisque pour me déverrouiller il devait me..... . Après cela, je ne voulais et ne veux toujours pas me retrouver seule avec lui, de peur qu'il ne fasse quoi que ce soit d'intime. Il a aussi dit qu'il aimerait que l'on s'embrasse 10 à 15 fois d'ici à Mars, chose impossible puisqu'il me dégoute.
Enfin, quand je me suis enfin rendue compte que ce que je vivait n'étais pas normal, que j'ai enfin entendu l'appel de mes amies me disant de le quitter, j'ai dis stop.

Ma résolution pour 2020, c'est d'arreter de vouloir satisfaire tout le monde et de me satisfaire moi même d'abord. Alors je ne lui ai à peine parler, et que part message, je ne lui parle plus dans la cour, l'évite quand il s'impose avec mes amies. Et je viens d'apprendre que pendant mon absence de deux jours (j'étais absente à cause de mes règles, qui me provoquent d'affreuses migraines et des lombalgies insupportables), mes amies m'ont rapportées qu'il étais tout heureux, souriant, comme s'il ne s'était rien passé, alors que lorsque je le voyait, il était pâle, triste, sans joie de vivre et cela me faisait terriblement culpabiliser. Il s'est moqué de moi! Je lui ai donné bien plus de secondes chances que de lettres dans le mot "secondes", à chaque fois il me promettait d'être moins égoïste, de m'écouter, d'être patient, que du vent! Il va s'apitoyé sur son sort à mon amie du fait que je lui repproche de trop s'appitoyé sur son sort! Le jour où je me faisait agressée dans un magasin, par une main aux fesses, impossible de lui parler de cette expérience traumatisantepour moi car "Monsieur avait fait tomber son portable par terre et la vitre s'est casée...." avec évidement, commme à son habitude, tout un monologue comme quoi sa vie est longue, difficile et ennuyeuse, qu'il sait qu'il faute souvent maos qu'il va se racheter, qu'il n'est rien sans moi.....

Même ma propre mère compatis pour lui! Savez-vous ce que c'est que d'être une féministe qui se plit en 4 pour assouvir les besoins d'un homme, et de n'être même pas soutenue par sa propre mère car "Tu l'as chercher en sortant avec un garçon", "Tu l'as chercher en te remettant avec ce garçon", "Il est gentil quand même, tu vas lui brisé le coeur!" mais pour moi il est impossible de coucher avec lui, oh non!
Il était déçu que je refuse de m'asseoir dans le car avec lui pour l'Espagne, il voualit que je m'endorme sur lui mais j'ai trop peur de me faire tripotter dans mon sommeil!

Déjà que des rumeurs au collège ont déjà commencée à dire que je suis allée dans la chambre de Matgéo, et qu'on aurait fermer les rideuax, dans le collège où Célia, ma petite cousine que j'ai toujours traitée comme ma petite soeur, qui a 10 ans et a les oreilles qui trainent étudie!!

C'est mieux ainsi.

Quant à mes amies, j'espère tout de même les gardée dans mon prochain lycée. Il parait qu'il est immense, une vraie usine, ét dire que je me perd encore dans ce petit collège de 400 élèves,alors que j'y suis depuis près d'un an!! Je préfère avoir des têtes familières.
Sinon il y a Val, la meilleure amie que je n'ai jamais eu. Elle habite très loin de chez moi, en Corrèze, à 6h de route de chez moi. Elle à tout comme moi très mal vécu notre séparation. On était des jumelles, toujours fourées ensemble même si on était fachée.

Et je ne paarvient pas à parler de ces choses là à mon pédiatre. Je sais que je suis dangeureuse pour ma santé, s'il le sait c'est la HP direct, et ma mère, je ne peut pas la laisser toute seule. Mon dieu elle ne peut pas savoir que l'enfant qu'elle à tant espéré veut en finir!

En tout cas, merci beaucoup pour ton message, il me fait me sentir moins seule.

A bientot je l'espère,

xoxo

Plume Nacré

PlumeNacre
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 07 janv. 2020, 19:21

Re: je veux en finir

Message par PlumeNacre » 11 janv. 2020, 01:58

Ecoute a écrit :
10 janv. 2020, 13:19
Bonjour et bonne année!
Lorsque je vous lis je me dis qu'en fait votre message renvoie à la question "qui je suis". Comme si vous ressembliez à telle ou telle idée, à tel stéréotype etc...
Or, moi je vois beaucoup d'éléments sur vous qui vous sont propres.
Vous êtes :
- celle qui a ouvert ce fil
- une personne qui pense aux autres
- une personne aimée par les autres
- une personne intelligente
- une personne qui aime être bien habillée
- une personne qui doute d'elle
- une personne qui se sent seule
- une personne qui teste ses limites
- une personne qui a peur de la solitude
- une personne qui se sent différente des autres
- une personne qui se préoccupe du regard des autres
- une personne qui a simplement perdu son chemin

Le titre de votre fil c'est " je veux en finir". Mais je serais tenté de vous demander ce que vous souhaitez finir? (remarque : vous n'avez pas dit que vous voulez mourir : vous avez dit "j'attends que la mort m'accueille dans ces bras funeste, et de retrouver le repos éternel." N'est ce pas le cas pour tout le monde finalement? C'est peut être même l'une des choses les plus difficile à accepter.)

Bonjour Ecoute,

tout d'abord merci pour ton message et tu peux me tutoyé ;)

C'est vrai, je suis tout ça. C'est vrai. J'ai souffert toute ma vie. Toujours malade étant petite, j'ai faillis en mourir. Ensuite, j'étais tellement protégée par ma mère que chaque fois que je pouvais faire qqch, même interdit où dangeureux, je le faisait (comme mettre un couteau en fer dans un grille-pain en marche). J'ai été élevé comme une grande. Je na='ai jamais été petite, jamais fait de caprices, j'était responsable avant même de savoir marcher. Donc je n'ai jamais eu les réactions d'un enfant normal. Quand ma mère était avec L, qu'ils s'envoyaient en l'air dans la chambre à coté de la mienne, bruyament, j'avais 8-9ans. Quand j'ai voulu fugué car il traitait mzl ma mère qui passait ses nerfs sur moi, j'en avais preque 10. Puis elle est tombée malde, un cancer du sein, et la maladie, la éloignée. J'ai cru que ma mère allait mourir. Et encore une fois, je n'ai rien dis, car je devait être forte et soutenir ma mère dans cette épreuve. Quand ma mère à fait son premier malaise, j'avais 8 ans. Je l'ai faite s'allongée, j'ai appelée ma grand-mère, et pendant qu'elle somnolait, je suis restée là, sage à coté d'elle en attendant que ma grand-mère vienne l'aidé. Ca n'a pas été la seule fois. Il y en a eu d'autre,et j'ai pris de l'expérience, je savais anticiper, la piquer avec son insuline si besoin, j'ai regarder un tuto pour ça, pour que l'on reste toute les deux, qu'on ne soit pas séparer.

Alors non je n'ai pas peur de la mort. Parce que , que ce soit lorsque ma mère conduisait avec le téléphone à l'oreille, quand elle prennait de force les clefs de voiture de L quand il e=était tellement torché qu'il titubait, quand ma mère à faillie y rester apres avoir pris des médicament dont elle était allergique, tous ça, j'y ai été confrontée, et je n'ai rien dit. Jai toujours gardé mes souffrances et mes peines pour moi.
J'ai besoin de repos. Qu'on me laisse tranquille. Qu'on attende plus rien de moi.

Je veux arreter de souffrir. Parce que je souffre en voulant alléger les charges des gens que j'aime, c'est comme ça, je suis comme ça. J'en ai marre de souffir, d'amour, d'avoir des migraines, mal au dos, de souffrir avec mes règles, d'être constamment fatiguée, de me détester, de détester mon corps, mon visage, je n'en peux plus! Il a fallut que je m'évanouisse dans les escaliers du self de collège pour que l'on commence à sérieusement s'inquiéter pour moi, ma santé, et qu'on me fasse voir le psy que j'attendais depuis 3 ans. Je suis fatiguée. On m'a dis que cétait lâche. Bien sur. Mais ces personnes n'ont pas été harcelés par ces meilleures amies de l'époque durant des années, stigmatisés car elles étaient différentes.
Ce n'est pas lache. C'est courageux car pour la première fois je pense à moi.

Je sais que c'est la pire des décisions. Des envies. Mais j'ai 14 ans. Et j'ai vécu bien plus que certaines personnes en toute une vie.

J'attends avec impatience ta prochaine réponse,

xoxo

Plume Nacre

Ecoute
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 29
Inscription : 10 janv. 2020, 11:45

Re: je veux en finir

Message par Ecoute » 11 janv. 2020, 13:59

En fait si je comprends bien, tu as vécu la plupart de ta vie comme un médicament servant à soigner ta mère. Du coup maintenant que tu as un peu grandi, tu te sens mal : tu te dis peut être que ta mère ne sera pas toujours là et que du coup tu ne sais pas qui tu seras sans elle. Je veux dire que d'après ce que j'ai compris, tu as jusque là beaucoup vécu pour elle. Ainsi, ayant atteint un âge où la question "qui je suis" est très importante, tu dois avoir l'impression d'être un peu "vide". Vide d'une partie de ta spécificité propre. De ce qui fais que c'est toi et personne d'autre comme je le disais dans mon précédent message. D'où ton envie "d'en finir".
Ce qui suis correspond à mon point de vue quant à une partie de ce qui doit se passer dans ta tête. Ne prends pas cela au sens le plus strict. C'est ce que tu penses peut être : PAS CE QUE TU ES.
Ce que je crois c'est que tu te détestes parce que "tu dois être trop parfaite" pour pouvoir supporter et soigner ta mère. Tu t'impose une inhumanité qui te fais te sentir très mal. Qui te met dans un mal être impensable. Impensable parce que tu ne peux pas y penser. Sinon tu ne pourrais jamais faire ce que tu fais. Si tu te disais que tu n'existes que pour compléter ta mère, ce serait impossible pour toi de continuer. Cela reviendrait à dire que tu n'est pas complète et que du coup tu n'as pas de raison d'exister sans ta mère. Or comme il est central pour toi comme pour tout un chacun de te séparer un petit peu de ta mère et de prendre ton autonomie petit à petit, la seule solution que tu as du imaginer pour résoudre ce paradoxe c'est "d'en finir".
De cette manière, tu n'as pas à te confronter à l'inconnu : qui tu es sans ta mère.
Au risque de m'avancer, je pense que ce n'est pas la mort que tu souhaites. Ce qui t'amène à ce sujet c'est le fait d'être obligée de ne pas être toi même. Tu te dis peut être : "à quoi bon être quelqu'un d'autre que moi?" Symboliquement cela doit te donner l'impression de te tuer. Mais ce n'est pas le cas. Parce que tu peux récupérer ce que tu te retrouves contrainte de camoufler.


PS : j'espère ne pas y aller trop fort. Si c'est le cas je m'en excuse d'avance.

PlumeNacre
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 07 janv. 2020, 19:21

Re: je veux en finir

Message par PlumeNacre » 11 janv. 2020, 14:37

Coucou Ecoute

Tu as carrement raison dans ton résonnement, ma mère à toujours été pour moi ma meilleure amie, on est une équipe, et c'edt vrai que je ne m imagine pas continjer sans elle. Le seul probleme est que personne ne me crois lorsque je raconte ca, comme si c'étais normal de faire sa pour sa mere; lorsque je suis triste a cause de mon pere, ma mere me rend responsable de son 'abandon' elle me dis que de toute facon je ne fait jamais rien pour elle etc ....

Ensuite, il est vrai que je ne me reconnai pas. Je ne sais pas qui je suis. Mon père ma un peu abandonné etant petitz, et depuis j ai l impression de ne pas avoir ma place ici.

Puis j ai toujours eu l impression de souffrir, et je m ennuie. Vraiment beaucoup. Alors oui, j ai envie de me taillader les veines. Je ne szis pas troo pourquoi.
Mais ce que j ai vecu est tellement dur, j ai ete renier, mise a l etat de 'rien'.

Voila voila

A bientot

Xoxo

Plume nacre

Ecoute
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 29
Inscription : 10 janv. 2020, 11:45

Re: je veux en finir

Message par Ecoute » 11 janv. 2020, 17:45

Comment peut elle te rendre responsable de l'abandon de ton père? Que te dit elle?
A mon avis (mais je n'aime pas faire des interprétations gratuites. Cela laisse penser que je sais tout de toi : ce qui est totalement faux.) Tu te scarifie pour te sentir exister. C'est en tous cas ce que disent la plupart des personnes qui ont recours à ce genre de pratique. Il y en a qui disent également que cela amène à remplacer une souffrance morale par une souffrance physique. Peut être y a t'il aussi un aspect punitif, enfin je ne sais pas si c'est le plus important dans cette pratique. Je pense que ce qui compte c'est l'idée de contrôler quelque chose. Peut être même que l'on peut voir le suicide comme un moyen pour la personne concernée de se dire qu'elle contrôle encore sa vie. Qu'elle existe. Et qu'elle peut disparaître si elle le souhaite et quant elle le souhaite.
Enfin je te dis tout cela mais je n'ai pas assez précisé que c'est normal de se chercher à ton âge. La seule chose c'est que ta situation personnelle paraît te compliquer la tâche.
Sinon, je serais tenté de te demander ce que tu ressens plus précisément lorsque tu souffres. J'ai l'impression que le sujet est assez flou pour toi, ce qui ne dois pas trop t'aider à te sentir bien.

BrinDeMoi
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 09 janv. 2020, 17:38

Re: je veux en finir

Message par BrinDeMoi » 12 janv. 2020, 11:18

PlumeNacre a écrit :
11 janv. 2020, 01:36
BrinDeMoi a écrit :
10 janv. 2020, 08:42
Bonjour Plume Nacrée,

À mon tour de te répondre.

Tout d'abord, félicitations d'être une excellente élève. Tu as du mérite.
Mon fils a le même âge que toi, il est en 3ème également, et les etudes c'est important pour votre avenir. Sais-tu sur quel métier tu voudrais te diriger par la suite?

Pour ton copain, sans indiscrétion, pourquoi êtes-vous en train de vous séparer ? Si c'est à cause de tes soucis, sais t-il que tu souffres ? Avez-vous déjà parlé tous les deux de tes problèmes de nourriture et de tout ce que tu ressens ?

En ce qui concerne les copines, c'est la dernière année, plus que quelques mois à les supporter ;)
As-tu, peut-être en dehors de l'école, au moins une amie, une vraie, à qui tu peux te confier sincèrement ?
Pas besoin d'en avoir 50, une seule vraie amie suffit, ne serait-ce que pour s'épauler dans le besoin et rigoler le reste du temps.

Dans ton message tu me parlais de ton pédiatre, qu'en dit t-il ? Que te propose t-il pour t'aider ?

En tout cas, je compatis grandement à tes souffrances. Tu n'est pas seule. Courage.


Salut BrinDeMoi

Merci beaucoup pour ton message. Je me fais énormément de soucis pour mes études, bien que j'ai finis mon 1er trimestre avec 18.50 de myenne générale dont 19025 en mathématiques. Plus tard, je voudrais être chirurgienne pédiatre et fœtal. Un grand projet, pour sauver des enfants et faire écho à mon passé de malade.

Mon copain, enfin ex copain désormais, était un imbécile. Il connaît depuis le début mes problèmes alimentaires, et le fait que j'ai du mal avec les rapports physiques entre hommes et femmes, depuis que ma mère s'est fait violenter mentalement par un alcoolique, et aussi car je n'assume pas mon corps. Lorsque je lui ai fait part de ces troubles, il m'a simplement répondu qu'il allait me laisser du temps. Deux semaines plus tard, Monsieur se lamantait à qui veut bien l'entendre car je ne voulait ni lui prendre la main, ni l'embrasser et que pour lui on ne pouvait former un couple qu'en s'embrassant. Quand je lui ai dis que je voulais du temps, il m'a dis qu'il m'avais attendu deux semaines et que s'était assez, qu'il en avait assez. Mais quel culot! Deux pauvres semaines! Alors j'ai fait ce qu'il fallait pour le garder. J'ai fait courir jusqu'à ses oreilles une rumeur disant que j'étais prête à l'embrasser, il m'a raccompagner chez moi, et c'est là que mes soucis avec lui ont commencés. Je sais que dis comme ça on dirait qu'ils ont commencés depuis longtemps mais ce n'est que le début. J'ai appris après par une amie qu'il se masturbait régulièrement devant des films peu recommandables et qu'il a demandé à cette même amie si je me touchait!
S'en est suivi un harcelement, obligation de lui parler tous les jours sinon je me prenait un sermont, interdiction de parler ou d'approcher un autre garçon même s'il ne l'a pas formulé ainsi. Il m'a demandé tout l'historique des garçons abonnés à moi sur Instagram, et c'est interposé entre moi et un ami franchement débile, gamin et moche!!! comme si j'étais son territoire. Ce qu'il m'a d'ailleurs dit très clairement " tu m'appartient"...
Je devais inventer des excuses pour ne pas me retrouver seule avec lui, de peur qu'il ne me tripotte; et qq jours après avoir appris qu'il aimerait avoir des rapports sexuels avec moi "dans trois mois", correspondant exactement avec la date de mes 15 ans, des siens et de notre voyage scolaire en Espagne, je lui ai demandé en rigolant si j'étais sa ceinture de chasteté et qu'il pouvait coucher avec qqun d'autre que moi, que ça ne me déranggerait pas du tout, il m'a répondu que j'étais bien sa ceinture de chasteté, mais que cela ne le dérangeait pas puisque pour me déverrouiller il devait me..... . Après cela, je ne voulais et ne veux toujours pas me retrouver seule avec lui, de peur qu'il ne fasse quoi que ce soit d'intime. Il a aussi dit qu'il aimerait que l'on s'embrasse 10 à 15 fois d'ici à Mars, chose impossible puisqu'il me dégoute.
Enfin, quand je me suis enfin rendue compte que ce que je vivait n'étais pas normal, que j'ai enfin entendu l'appel de mes amies me disant de le quitter, j'ai dis stop.

Ma résolution pour 2020, c'est d'arreter de vouloir satisfaire tout le monde et de me satisfaire moi même d'abord. Alors je ne lui ai à peine parler, et que part message, je ne lui parle plus dans la cour, l'évite quand il s'impose avec mes amies. Et je viens d'apprendre que pendant mon absence de deux jours (j'étais absente à cause de mes règles, qui me provoquent d'affreuses migraines et des lombalgies insupportables), mes amies m'ont rapportées qu'il étais tout heureux, souriant, comme s'il ne s'était rien passé, alors que lorsque je le voyait, il était pâle, triste, sans joie de vivre et cela me faisait terriblement culpabiliser. Il s'est moqué de moi! Je lui ai donné bien plus de secondes chances que de lettres dans le mot "secondes", à chaque fois il me promettait d'être moins égoïste, de m'écouter, d'être patient, que du vent! Il va s'apitoyé sur son sort à mon amie du fait que je lui repproche de trop s'appitoyé sur son sort! Le jour où je me faisait agressée dans un magasin, par une main aux fesses, impossible de lui parler de cette expérience traumatisantepour moi car "Monsieur avait fait tomber son portable par terre et la vitre s'est casée...." avec évidement, commme à son habitude, tout un monologue comme quoi sa vie est longue, difficile et ennuyeuse, qu'il sait qu'il faute souvent maos qu'il va se racheter, qu'il n'est rien sans moi.....

Même ma propre mère compatis pour lui! Savez-vous ce que c'est que d'être une féministe qui se plit en 4 pour assouvir les besoins d'un homme, et de n'être même pas soutenue par sa propre mère car "Tu l'as chercher en sortant avec un garçon", "Tu l'as chercher en te remettant avec ce garçon", "Il est gentil quand même, tu vas lui brisé le coeur!" mais pour moi il est impossible de coucher avec lui, oh non!
Il était déçu que je refuse de m'asseoir dans le car avec lui pour l'Espagne, il voualit que je m'endorme sur lui mais j'ai trop peur de me faire tripotter dans mon sommeil!

Déjà que des rumeurs au collège ont déjà commencée à dire que je suis allée dans la chambre de Matgéo, et qu'on aurait fermer les rideuax, dans le collège où Célia, ma petite cousine que j'ai toujours traitée comme ma petite soeur, qui a 10 ans et a les oreilles qui trainent étudie!!

C'est mieux ainsi.

Quant à mes amies, j'espère tout de même les gardée dans mon prochain lycée. Il parait qu'il est immense, une vraie usine, ét dire que je me perd encore dans ce petit collège de 400 élèves,alors que j'y suis depuis près d'un an!! Je préfère avoir des têtes familières.
Sinon il y a Val, la meilleure amie que je n'ai jamais eu. Elle habite très loin de chez moi, en Corrèze, à 6h de route de chez moi. Elle à tout comme moi très mal vécu notre séparation. On était des jumelles, toujours fourées ensemble même si on était fachée.

Et je ne paarvient pas à parler de ces choses là à mon pédiatre. Je sais que je suis dangeureuse pour ma santé, s'il le sait c'est la HP direct, et ma mère, je ne peut pas la laisser toute seule. Mon dieu elle ne peut pas savoir que l'enfant qu'elle à tant espéré veut en finir!

En tout cas, merci beaucoup pour ton message, il me fait me sentir moins seule.

A bientot je l'espère,

xoxo

Plume Nacré
Bonjour Plume Nacrée, quel magnifique projet professionnel tu as !! Je t'encourage très sincèrement à continuer dans cette voie, aider/sauver des enfants, quel merveilleux- mais exigeant- métier. La société à également énormément besoin de médecins qui sauvent les fœtus (je pense au nombre pharamineux d'avortements mais ceci est un autre sujet) et cela est aussi un extraordinaire pari. Bravo !!

Je comprends tout a fait tes difficultés de relation homme/ femme les ayants vécu. Et pour ton ex, sans regret, il ne te méritait clairement pas. Il y a bien d'autres garçons gentil, respectueux et compréhensif. Tu as le temps de le trouver, ne t'inquiète pas.

C'est une bonne résolution qu'il te faudra garder à vie. Tu as autant d'importance que les autres, et il faut d'abord prendre soin de soi-même avant de pouvoir prendre soin correctement des autres.

As-tu déjà essayé de parler de tout cela avec ta maman ? Dis lui tout ce que tu ressens ainsi que tes craintes niveau relationnel, et peut-être qu'elle pourra mieux te comprendre...?

Pour tes amies, l'essentiel c'est que tu arrives à trouver ta place. Et avec ton amie Val, si vous pouvez rester en contact par téléphone c'est mieux que rien 😉

Vraiment, essaye de parler avec ta maman. Une maman peut tout entendre de ses enfants. Et si la HP est la solution qu'il te faut, ta maman et toi saurez trouver les forces pour traverser cette épreuve. Vous en ressortirez plus forte et plus complices toutes les deux.

Je te souhaite un bon dimanche et, si tu as besoin de parler, n'hésite pas.

PlumeNacre
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 12
Inscription : 07 janv. 2020, 19:21

Re: je veux en finir

Message par PlumeNacre » 12 janv. 2020, 17:32

Coucou BrinDeMoi

Merci pour ton message

Je ne peux pas en parler à ma mère. Elle a mis des années a m'avoir, a depensé des milliers d euris en traitement pour la fertilité en tout genre. De plus, elle a tout sacrifier pour moi, j ai les plus beaux habits, des que j ai besoin de qqch je l obtiens, et elle se sacrifie toujours pour moi. Ce ne serai pas juste de tout faire partir en fumée juste pour ca. Il y a peut etre pas mal de non dis dans notre relation, mais au moins elle est a peut pres stable. Quand a mon copain, il m entraine sur une sale pente. Il fait un genre de chantage affectif en disant a ma meilleure amie que si je le quitte il se mutilera mais qu il ne veut pas que je le sache pour que je n ai pas pitié de lui. Du coup je ne sais plus quoi penser, je stress, et je mange enormement, je ne fais que ca!!! Mon dieu je n'en peux plus!!

Je ne sais vraiment pas quoi faire!!

A ton prochain message

Plume nacre

BrinDeMoi
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 9
Inscription : 09 janv. 2020, 17:38

Re: je veux en finir

Message par BrinDeMoi » 14 janv. 2020, 09:36

PlumeNacre a écrit :
12 janv. 2020, 17:32
Coucou BrinDeMoi

Merci pour ton message

Je ne peux pas en parler à ma mère. Elle a mis des années a m'avoir, a depensé des milliers d euris en traitement pour la fertilité en tout genre. De plus, elle a tout sacrifier pour moi, j ai les plus beaux habits, des que j ai besoin de qqch je l obtiens, et elle se sacrifie toujours pour moi. Ce ne serai pas juste de tout faire partir en fumée juste pour ca. Il y a peut etre pas mal de non dis dans notre relation, mais au moins elle est a peut pres stable. Quand a mon copain, il m entraine sur une sale pente. Il fait un genre de chantage affectif en disant a ma meilleure amie que si je le quitte il se mutilera mais qu il ne veut pas que je le sache pour que je n ai pas pitié de lui. Du coup je ne sais plus quoi penser, je stress, et je mange enormement, je ne fais que ca!!! Mon dieu je n'en peux plus!!

Je ne sais vraiment pas quoi faire!!

A ton prochain message

Plume nacre
Coucou Plume Nacrée,

Le parcours difficile qu'a vécu ta maman pour t'avoir est une chose, ta santé en est une autre.
Je parle en connaissance de cause: j'ai été adoptée, ma mère biologique ayant perdu 3 bébés, et mon adoption a été un parcours du combattant, bref, ce n'est pas pour ça que je n'ai pas le droit de revendiquer mes droits car moi aussi j'ai souffert et je souffre encore. Il y a eu des clashs et il y en a encore aujourd'hui mais on est là, on existe bon sang !!

Et en ce qui te concerne, c'est la même chose. Tu souffres énormément, et j'entends que tu veux protéger ta maman sous pleins prétextes, mais ta santé vaut de l'or.
Ne culpabilise pas et protèges-toi toi-même en parlant de tes problèmes à ton médecin.
Au départ, si tu veux "épargner " un peu ta maman, tu peux lui dire que tu prends un Rdv pour toi mais que tu veux parler seule au médecin. Il se doit au secret professionnel, mais c'est sûr qu'à un moment donné, ta maman devra être mise au courant...

Concernant le chantage de ton copain, tu n'as vraiment pas besoin de ça. Coupe les ponts avec lui, dis à ta meilleure amie de faire pareil, et si il continue son cirque, parles-en au directeur de ton collège.

Courage !!

Répondre