Les vomissements...

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Danie_k
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 10 oct. 2018, 21:34

Les vomissements...

Message par Danie_k » 15 janv. 2020, 00:53

Bonsoir
Je suis déjà venue sur ce forum j’ai lu et écrit plusieurs messages. Je suis revenue pour vous faire un bilan à peu près de comment ça se passe aujourd’hui pour moi.
Je n’ai pas envie de vous pourrir l’esprit avec ma vie ce n’est pas le sujet, vous avez aussi des problèmes, mais il est nécessaire que vous sachiez ces détails. Cet été mon frère avec qui j’ai des relations exécrables m’a tabassée et m’a traitée de GROSSE (et autres insultes etc). Bon aujourd’hui il regrette et je sais qu’il avait dit ça surtout pour piquer là où ça fait mal, mais je vous laisse imaginer ce qu’un tel mot a eu comme effet sur une victime de tca.....
j’avais déjà essayé de me faire vomir à 16 ans et j’avais pas réussi ça faisait trop mal donc j’avais laissé mon poids monter. Mais après cet été, comment vous dire que n’importe quelle solution était la bienvenue.. peu importe la douleur.
Ensuite on a déménagé, j’ai dû me détacher d’un mec (qui pouvait pas me sentir mais bon moi je l’aimais bcp), la fac a commencé, stress et exams...
Ça a commencé en octobre avec des petites poussées dans la gorge, tout doux et avec prudence, juste pour alléger l’estomac après les repas. Je me moquais des brochures anti tca qui disaient, je cite « les vomissements provoqués sont addictifs et dangereux. Il est impossible d’arrêter pour les anorexiques », et comme je me pensais boulimique, j’ai ignoré.
Maintenant il m’est impossible de garder un seul repas, même une salade, dans le ventre. J’ai l’impression que la nourriture est une tumeur qui me bouffe, qu’elle fait enfler ma silhouette.
Là en janvier je pèse 62 kilos (pour 1m70). Je sais que ce poids paraît normal comme ça, évidemment c’est pas genre 40kg. Pour vous donner une idée il y a 3 mois j’avais dépassé les 70kg.
Mes parents s’inquiètent, mes amis me trouvent bizarre, surtout que si je ne vomis pas je deviens agressive (mais c’est incontrôlable).
Je trouve des excuses à mon amaigrissement, le stress, le sport, et quand je ne peux pas vomir en secret je prétends avoir une indigestion (mais mes potes ne sont pas dupes, 4 indigestions en 2 semaines hein...).
Les brochures avaient raison. C’est addictif. Je suis passée de quelques crachats à tout un contenu alimentaire, tous les jours, déversé partout, dans les WC les plus isolés de ma fac, chez moi, ou dans ce parc où je prétends promener le chien chaque soir alors qu’il me regarde juste enfoncer une main dans ma gorge derrière un buisson.
Même mes animaux sentent que c’est pas naturel ce que je fais. C’est très compliqué quand je vais au restaurant. Je dois me forcer à garder la nourriture et ça marche jamais, ça finit dans les WC. On était à New York au nouvel an (ça a été très très très compliqué..) et chaque cabinet de chaque resto a été souillé de mes repas.
Je sais c’est assez répugnant mais beaucoup de femmes (et même des hommes maintenant!!) le font. De toute façon on est tous un peu dégoûtés de soi-même ici pas vrai, à quoi bon jouer les prudes ?🙀
Nan honnêtement je ne contrôle plus rien. Rien du tout. La fille qui vous parle là n’est pas la fille qui vomit. Je ressemble à un animal à ces moments là, mes gestes sont mécaniques, ce n’est pas humain. Une partie de moi est ravie de perdre des kilos aussi vite, 8 en 3 mois, mais l’autre est paniquée: se faire vomir, c’est douloureux, ça fatigue, ça épuise, ça abîme.
L’acte de vomir envahit mon esprit et m’empêche de me consacrer aux études.
Quelqu’un ici vit-il le même enfer? (J’imagine que oui...)

Dites-moi..
(Et désolée pour le pavé)

mdmeminnie
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 1
Inscription : 15 janv. 2020, 23:19

Re: Les vomissements...

Message par mdmeminnie » 15 janv. 2020, 23:39

Bonjour Danie
Je comprends tout à fait ton désespoir car j'ai le même problème. Je vomis tous les soirs et plusieurs fois par jour le week-end ou les jours où je travaille pas. Tout comme toi, quand je le fais pas je suis de mauvaise humeur et j'ai l'impression que cela est devenu une partie de ma vie. Malheureusement, je n'ai pas de conseils à te donner, parce que moi même je n'arrive pas à m'en sortir. ça fait 20 ans que je suis boulimique et je ne m'en sors pas. Il y a eu des périodes de pause, mais cela n'a jamais duré longtemps. Et comme tu dis, c'est épuisant. Au boulot je suis tout le temps fatiguée et du coup j'ai des problèmes de concentration. Je ne fais plus de sport, parce que je n'ai plus aucune envie, plus de centre d’intérêts. Alors je suis désolée, de ne pas t'apporter de bons conseils, mais ca fait du bien d'écrire à quelqu'un qui souffre de la même chose et qui contrairement à l'entourage peut comprendre cette souffrance. Si jamais quelqu'un aurait une piste pour nous aider à nous débarrasser de ce truc, ca serait génialissime!!! En attendant j'espère que tu pourras rompre ce cercle vicieux et t'en sortir. Je te fais des gros bisous ma belle.

Itaque
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 3
Inscription : 16 janv. 2020, 06:35

Re: Les vomissements...

Message par Itaque » 16 janv. 2020, 07:10

Salut, je viens de m'inscrire sur le forum sur un coup d'insomnie et je viens de lire ce que tu as écrit. Je me reconnais dans ce texte; j'ai commencé à me faire vomir en 2017, et depuis je me faisais vomir tout les jours, plusieurs fois par jours. Comme tu dis c'est l'enfer. Je te comprends.
Je tiens quand même à te dire que ces vomissement sont vains; si ton objectifs est de perdre du poids -ce que je ne te conseil pas du tout- se faire vomir risque au contraire de t'en faire prendre. Ce que je cherche à expliquer, et je tiens ça de source sure -ma psychiatre-, c'est qu'en se faisant vomir, le seul fait de marcher et d'avoir la nourriture dans son ventre, meme sur un court lapse de temps te fait ingérer environ 30% des calories de ton repas.
Pour mon cas, mes vomissement sont forcements causés par un crise de de boulimie juste avant, dans ton j'ai l'impression que quoique tu ingères tu le vomisse. Au tout début de mon TCA je ne faisais pas de crise de boulimie, je vomissais "simplement" ce que je mangeais, comme toi et avec le temps mes intestins on cessait de fonctionner, si bien que je pouvais rester des semaines sans aller au toilette et que je souffrais de douleur qui me clouaient au lit et qui je te l'assure m'ont donner à de multiples reprise des idées noires.

Quelles sont tes objectifs à présent? tu es dans une optique de guérison ou bien tu veux continuer à perdre du poids?
(si tu es d'accords je pourrais t'envoyer par message des photos d'un livre (Faire face à l'anorexie d'allain perroud), c'est un livre qu'un medecin m'a filé et je t'assure que je suis passée de 3 vomissement par jours à 10 vomissements par mois, voire moins!


Pour guérir il faut le vouloir, j'ai toujours attendue que ça tombe du ciel et qu'un jour je cesse de m'inquiéter de la bouffe et de mon poids, mais non je pense que même si ça fait mal il faut se mettre une grande tarte dans le visage et se dire que pour savoir si la guérison est possible il faut au moins avoir déjà essayer d'en prendre le chemin!
Je ne suis pas totalement guérie, pas du tout même, mais j'ai fait d'énormes progrès et j'espère t'aider! :coeuranime: :coeuranime: :coeuranime:


Bonsoir
Je suis déjà venue sur ce forum j’ai lu et écrit plusieurs messages. Je suis revenue pour vous faire un bilan à peu près de comment ça se passe aujourd’hui pour moi.
Je n’ai pas envie de vous pourrir l’esprit avec ma vie ce n’est pas le sujet, vous avez aussi des problèmes, mais il est nécessaire que vous sachiez ces détails. Cet été mon frère avec qui j’ai des relations exécrables m’a tabassée et m’a traitée de GROSSE (et autres insultes etc). Bon aujourd’hui il regrette et je sais qu’il avait dit ça surtout pour piquer là où ça fait mal, mais je vous laisse imaginer ce qu’un tel mot a eu comme effet sur une victime de tca.....
j’avais déjà essayé de me faire vomir à 16 ans et j’avais pas réussi ça faisait trop mal donc j’avais laissé mon poids monter. Mais après cet été, comment vous dire que n’importe quelle solution était la bienvenue.. peu importe la douleur.
Ensuite on a déménagé, j’ai dû me détacher d’un mec (qui pouvait pas me sentir mais bon moi je l’aimais bcp), la fac a commencé, stress et exams...
Ça a commencé en octobre avec des petites poussées dans la gorge, tout doux et avec prudence, juste pour alléger l’estomac après les repas. Je me moquais des brochures anti tca qui disaient, je cite « les vomissements provoqués sont addictifs et dangereux. Il est impossible d’arrêter pour les anorexiques », et comme je me pensais boulimique, j’ai ignoré.
Maintenant il m’est impossible de garder un seul repas, même une salade, dans le ventre. J’ai l’impression que la nourriture est une tumeur qui me bouffe, qu’elle fait enfler ma silhouette.
Là en janvier je pèse 62 kilos (pour 1m70). Je sais que ce poids paraît normal comme ça, évidemment c’est pas genre 40kg. Pour vous donner une idée il y a 3 mois j’avais dépassé les 70kg.
Mes parents s’inquiètent, mes amis me trouvent bizarre, surtout que si je ne vomis pas je deviens agressive (mais c’est incontrôlable).
Je trouve des excuses à mon amaigrissement, le stress, le sport, et quand je ne peux pas vomir en secret je prétends avoir une indigestion (mais mes potes ne sont pas dupes, 4 indigestions en 2 semaines hein...).
Les brochures avaient raison. C’est addictif. Je suis passée de quelques crachats à tout un contenu alimentaire, tous les jours, déversé partout, dans les WC les plus isolés de ma fac, chez moi, ou dans ce parc où je prétends promener le chien chaque soir alors qu’il me regarde juste enfoncer une main dans ma gorge derrière un buisson.
Même mes animaux sentent que c’est pas naturel ce que je fais. C’est très compliqué quand je vais au restaurant. Je dois me forcer à garder la nourriture et ça marche jamais, ça finit dans les WC. On était à New York au nouvel an (ça a été très très très compliqué..) et chaque cabinet de chaque resto a été souillé de mes repas.
Je sais c’est assez répugnant mais beaucoup de femmes (et même des hommes maintenant!!) le font. De toute façon on est tous un peu dégoûtés de soi-même ici pas vrai, à quoi bon jouer les prudes ?🙀
Nan honnêtement je ne contrôle plus rien. Rien du tout. La fille qui vous parle là n’est pas la fille qui vomit. Je ressemble à un animal à ces moments là, mes gestes sont mécaniques, ce n’est pas humain. Une partie de moi est ravie de perdre des kilos aussi vite, 8 en 3 mois, mais l’autre est paniquée: se faire vomir, c’est douloureux, ça fatigue, ça épuise, ça abîme.
L’acte de vomir envahit mon esprit et m’empêche de me consacrer aux études.
Quelqu’un ici vit-il le même enfer? (J’imagine que oui...)

Danie_k
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 10 oct. 2018, 21:34

Re: Les vomissements...

Message par Danie_k » 18 janv. 2020, 12:31

Merci beaucoup les filles ça fait du bien de voir que d’autres personnes vivent la même chose.
En fait mon objectif était de maigrir car je ne me supportais plus et je faisais des cauchemars avec les poings de mon frère sur ma figure et ses mots « grosse, grosse, grosse ». Quand je suis avec mes amis personne ne me critique et on m’aime vraiment... il n’y a que ma famille qui me fait penser à mon physique, au point que je puisse plus vivre sans vomir.
En plus ma mère est dégoûtée de mon comportement je le vois bien.. elle ne peut pas m’aider.
Alors moi je ne fais pas souvent des crises de boulimie, j’en faisais plein au lycée, mais depuis la fac mes crises se réduisent à un biscuit ou un chocolat, ce qui n’est pas « anormal » en soit. Rien qu’un cookie m’a fait pleurer à mort il y a 2 semaines j’ai dû le faire sortir. Je pense que c’est dû à ma pratique.
Comme toi Itaque je ne vais quasiment plus aux toilettes et même quand je décide de garder un repas je sens que mes intestins ont perdu l’habitude de digérer.
Je n’ai plus de règles depuis bientôt 3 mois (or je n’ai jamais eu d’irrégularités de ma vie) et mes os qui étaient un peu enfouis avant commencent à pointer sous ma peau. Je crois que comme je vomis directement après les repas, mon corps n’a même pas le temps d’absorber 30% de la nourriture, ou seulement moins de 10% (ce qui correspond à des miettes...).
Je sais que c’est stupide. Si je n’avais pas cette famille, ces gens qui me jugent pour mon corps, je ne vomirais pas. J’arrive toujours à manger avec mes amis. Cet été j’ai refusé de me baigner par peur d’être jugée (comme depuis 4 étés) et on me disait « pourquoi tu te mets pas en maillot Danie? ». Mais je ne peux pas.
J’avais envie de leur hurler « oui j’ai pris des seins, des cuisses, c’est comme ça! » mais leur jugement est plus fort que moi et j’en suis à pleurer de rage quand je ne peux pas vider mon ventre. C’est une peur irrationnelle. Du coup le fait de perdre du poids me rend triste et pitoyable mais rassurée car ils ne se moqueront plus de moi.
J’ai commencé la boxe en secret pour me protéger, mes parents ne m’ont jamais défendue face à mon frère donc je le fais moi-même. Si il relève la main sur moi....

Merci pour votre écoute🙏🏻 Cela fait du bien de parler à des personnes susceptibles de ne pas être dégoûtées...
je vous envoie mes meilleures ondes, beaucoup de courage.
Bisous
Danie

Itaque
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 3
Inscription : 16 janv. 2020, 06:35

Re: Les vomissements...

Message par Itaque » 19 janv. 2020, 10:05

J'espère que tu vas t'en sortir, si je peux te donner quelques conseil qui m'aide beaucoup:
Ne plus se peser - prendre au moins 4 repas par jours (peu importe si c'est très peu le but est restructurer les repas à des heures précises pour relancer ton système digestif) - faire des exercices de relaxation dès que l'on se sent stressé - faire une liste de pour et contre de se faire vomir et lire la liste dès que la crise se déclanche - si la crise arrive quand même: faire une analyse de la crise, qu'est ce que j'ai mangé, pourquoi je me suis fait vomir, quelle pensée rationelle je peux poser sur la situation (ex: je sais que si je ne m'étais pas fait vomir je n'aurais pas pris de poids) - quelles sont mes objectifs - faire une liste d'alternatives aux crises - quelle est le taux de chance que je recommence ma crise et puis quelle est le taux de chance que je recommence demain ou dans la semaine. Une fois que tu as remplis tout ça et que tu vas faire une crise, prends ton carnet et relis tout ce que tu as ecrit pour essayer de te dissuader de faire une crise ou tu te fais vomir.
J'utilise cette méthode pour arreter les vomissements, j'espère que ça peut aider 8-)
Danie_k a écrit :
18 janv. 2020, 12:31
Merci beaucoup les filles ça fait du bien de voir que d’autres personnes vivent la même chose.
En fait mon objectif était de maigrir car je ne me supportais plus et je faisais des cauchemars avec les poings de mon frère sur ma figure et ses mots « grosse, grosse, grosse ». Quand je suis avec mes amis personne ne me critique et on m’aime vraiment... il n’y a que ma famille qui me fait penser à mon physique, au point que je puisse plus vivre sans vomir.
En plus ma mère est dégoûtée de mon comportement je le vois bien.. elle ne peut pas m’aider.
Alors moi je ne fais pas souvent des crises de boulimie, j’en faisais plein au lycée, mais depuis la fac mes crises se réduisent à un biscuit ou un chocolat, ce qui n’est pas « anormal » en soit. Rien qu’un cookie m’a fait pleurer à mort il y a 2 semaines j’ai dû le faire sortir. Je pense que c’est dû à ma pratique.
Comme toi Itaque je ne vais quasiment plus aux toilettes et même quand je décide de garder un repas je sens que mes intestins ont perdu l’habitude de digérer.
Je n’ai plus de règles depuis bientôt 3 mois (or je n’ai jamais eu d’irrégularités de ma vie) et mes os qui étaient un peu enfouis avant commencent à pointer sous ma peau. Je crois que comme je vomis directement après les repas, mon corps n’a même pas le temps d’absorber 30% de la nourriture, ou seulement moins de 10% (ce qui correspond à des miettes...).
Je sais que c’est stupide. Si je n’avais pas cette famille, ces gens qui me jugent pour mon corps, je ne vomirais pas. J’arrive toujours à manger avec mes amis. Cet été j’ai refusé de me baigner par peur d’être jugée (comme depuis 4 étés) et on me disait « pourquoi tu te mets pas en maillot Danie? ». Mais je ne peux pas.
J’avais envie de leur hurler « oui j’ai pris des seins, des cuisses, c’est comme ça! » mais leur jugement est plus fort que moi et j’en suis à pleurer de rage quand je ne peux pas vider mon ventre. C’est une peur irrationnelle. Du coup le fait de perdre du poids me rend triste et pitoyable mais rassurée car ils ne se moqueront plus de moi.
J’ai commencé la boxe en secret pour me protéger, mes parents ne m’ont jamais défendue face à mon frère donc je le fais moi-même. Si il relève la main sur moi....

Merci pour votre écoute🙏🏻 Cela fait du bien de parler à des personnes susceptibles de ne pas être dégoûtées...
je vous envoie mes meilleures ondes, beaucoup de courage.
Bisous
Danie

Aaron
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 8
Inscription : 21 avr. 2019, 06:47

Re: Les vomissements...

Message par Aaron » 21 janv. 2020, 08:46

Bonjour à toutes et tous,
Pour commencer, je te dirais malheureusement que je n'ai pas la solution à ton problème. Comme les personnes qui t'ont répondu et toi même, je souffre de la même chose. "Souffrir", le terme n'est pas choisis au hasard, par ce que c'est une réelle souffrance que de ne plus vivre qu'à travers ce que l'on mange, ce que l'on vomis et surtout notre aspect physique.
Et je te rejoins sur un point: on ressent un certains soulagement à lire ces témoignages de personnes inconnues qui vivent la même choses que nous. On ce sent moins "exceptionnellement fou, malade mental, taré, dégeulasse..." Comme j'ai pu entendre à mon sujet.

Pour le coup, je suis un homme. Agé de 27ans, j'ai été diagnostiqué anorexique il y a 1an et demis. C'était une anorexie purement restrictive a ces débuts. Avec une activité sportive intense mais globalement sans vomissement.
Puis, petit à petit, je me suis mis à essayer de me faire vomir quand je me sentais trop coupable et mal de ce que j'avais pu manger. C'était difficile, je me faisais du mal avec tous ce que je trouvais en essayant de me l'enfoncer au fond de la gorge pour faire sortir ce que je venais de manger. Ça à été une période très compliqué, douloureuse. J'étais à bout psychologiquement et physiquement.
J'ai finalement réussis à prendre contact avec un centre spécialisé dans les TCA. Prise de conscience, espoir, écoute. Bref, sans rien faire de spécial, j'ai stoppé tous les vomissements du jour au lendemain. Ça a duré 1mois et demis. Chaque jour était une victoire et chaque début de semaines, j'envoyais un message à mes parents pour leur dire que j'avais réussis à ne pas me faire vomir 👍
Et puis, il y a eu un repas de famille pour un anniversaire .... Moment de faiblesse, j'ai baissé ma garde et j'ai replongé après avoir "trop mangé" et surtout mangé des aliments "interdis"..
Par la suite, il m'est arrivé la pire chose qu'il pouvait m'arriver : Je me suis mis à réussir à vomir sans effort, sans douleurs, quand je le voulais et en totalité jusqu'à vomir de la bile quand mon estomac est vide.
Ca à été un tournant dans cette maladie.
Je suis alors passé à une anorexie vomitive. J'avais un "super pouvoir", je pouvais mangé tous ce que je souhaitais et tous ce qui me faisait envie, sans culpabilité, sans restriction et sans grossir. Le rêve ....
Du coup, je me suis mis à remanger des gâteaux, du fromages, des plats en sauces, des pâtes.. A remanger avec ma famille et surtout là même chose qu'eux. Je suis même allé au restaurant plusieurs fois 👍
C'était "génial", j'avais l'impression de revivre! Plus de questions à ce poser sur la nourriture, c'était simple, ça m'enlevait cette pression quotidienne.
Bien sur, même si je remangeais de tous et dans des quantités pantagruéliques, je continuais de maigrir. Plus vite encore même.
Malheureusement, tout pouvoir à un prix. Et j'ai bien failli le payer de ma vie.
Malgré le fait que je sois interne en pédiatrie et que je connaisse les risques d'une telle pratique, je me disais que ce ne pouvait pas m'arriver. Que ce n'était que chez mes patients, pas pour moi.
Le fait est que je me suis trompé et sur un bilan sanguin on s'est aperçus que j'avais une hypokaliémie très sévère. Direction la réanimation, le coeur atteint, risques d'arrêt cardiaque, urgence vitale et perfusion de potassium.
Une semaine plus tard, j'étais sortis de l'hôpital contre avis médical et avec 5-6 kilos de plus, à cause de l'hydratation, de l'alimentation. Par ce que oui, étonnamment, je n'avais aucuns mal à manger et surtout à garder mes repas. La peur, le choc, le contexte j'imagine.
Bref, on en arrive à cet été où plus que jamais, je détestais ce nouveau corps. Trop épuisé physiquement pour le sport et voulant maigrir absolument malgré une faim continue, j'ai repris mes vomissements. Avec un bilan sanguin chaque jours et des compléments quotidien en potassium.
J'avais retrouvé mon super pouvoir et en plus, j'avais un filet de sécurité cette fois ....
Depuis, je suis incapable de manger quoi que ce soit sans me faire vomir derrière. Depuis plus de 5mois, je n'ai pas gardé un seul repas, quelqu'il soit. J'ai constamment faim, j'en suis arriver à devoir manger toutes les 2-3h. Ce qui me faisait jusqu'à 10 vomissements par jours.
En gros, je ne faisais que ça de mes journées comme j'étais en arrêt maladie... C'était un rituel.
Je mange uniquement ce qui me fait envie. Ce qui ne se définit de fait pas vraiment comme des crises de boulimie. Je prépare systématiquement et méthodiquement ce que je vais mangé. Parfois sucré, parfois salé, selon les envies du moments. Je m'installe tranquillement, mets une série ou un film et c'est partis pour 45min. Pas une minute de plus. Avec mon timeur sur le portable. Pourquoi ce temps ? Par ce que je m'imagine que en moins d'une heure mon estomac n'aura pas le temps de digéré et rien ne sera absorbé au niveau de mes intestins. A tord ou à raison, le fait est que malgré les quantités astronomiques que je suis capable d'ingérer sur ce laps de temps, je ne reprends pas de poids. Il est tellement difficile de vomir un carré de chocolat que je préfère manger la tablette entière pour faciliter la chose.
Aujourd'hui, c'est un handicap majeur dans ma vie.
Plus de restaurants, plus de sortis entre amis, très souvent en hypoglycémie ce qui m'empêche d'être loin de chez moi trop longtemps. Particularité, j'habite à l'hôpital, en dessous du service de pédiatrie. Ce qui n'est pas la meilleure chose pour moi au final ...
Donc, vomissements à chaque prise alimentaire et tous comme vous, si je ne peux pas vomir pour telle ou telle raison par la suite, je suis dans un état d'angoisse et de détresse terrible. La seule solution que j'ai trouvé pour pallier à cela, c'est tout simplement de ne rien manger. Du tout.
Ce qui fait que pour les repas de fête de fin d'année, j'étais présent, à table. Mais sans couverts, sans assiette. Juste là, à table avec un verre de coca zéros. Pendant la totalité de l'apéro et du repas.
Dans ces situations, je n'éprouve pas le besoin ni l'envie de manger. Je sais tellement à quel point je serais mal et que je gâcherais le repas de tout le monde si je venais à manger et ne pas pouvoir me purger derrière, que j'ai cette inhibition sur l'alimentation.

A présent, j'ai réussis à diminuer les prises alimentaires et donc les vomissements. Selon les jours, j'oscille en 4 et 5. Notamment maintenant que j'ai repris le travail. J'ai à peut près stabilisé mon poids, bas certes, mais au moins il est à peut près stable. Je cherche encore et toujours à en perdre, mais je n'y parviens plus. Je ne peux plus faire de sport, par manque de temps et de force physique et je mange parfois jusqu'à 5000 kcal par repas, alors j'imagine que je dois en absorber quand même une partie ce qui me permet de ne pas m'écrouler de dénutrition.

Je ne sais pas qui me lira, je sais que malgré la longueur du texte, je n'apporte aucunes solutions ni aucunes aides, mais ces quelques lignes m'ont fait beaucoup de bien ... Pouvoir vider mon sac, sans retenue, en ne disant que la vérité sans être jugé.
Merci de m'avoir écouté en tous cas et j'espère sincèrement que l'on s'en sortira tous. On ne peut plus continuer ainsi...

Danie_k
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 10 oct. 2018, 21:34

Re: Les vomissements...

Message par Danie_k » 21 janv. 2020, 20:13

Merci Aaron
Ce n’est pas grave de ne pas avoir de conseils j’en apporte pas moi non plus.. en plus rien que le fait de discuter de ce qui nous fait honte est bénéfique, je pense.
« C’est tellement difficile de vomir un carré de chocolat » vaut mieux manger la tablette entière pour la vomir ensuite, vous venez de résumer mes derniers mois.
Ce midi j’ai essayé de manger correctement: petits pois, pomme et café. Raté. Je n’ai pas réussi à garder ça alors que c’est rien du tout niveau calories...
Cet après-midi mes amis m’ont passé un kinder Bueno, j’ai mâché très lentement pour essayer d’atténuer la lourdeur dans mon estomac mais là encore je n’ai pas pu le garder. Quand je pense qu’à une époque j’adorais ça... heureusement que j’étudie dans une fac géante où les toilettes sont déserts à 18h... sinon je me ferais choper par des étudiants ou des femmes de ménage.
Je te comprends pour les restaurants, c’est horrible.
Ce week-end on est allés à Paris, et devant mes parents je devais manger ma salade (une torture). J’ai laissé de côté les patates et le poulet. Ma mère s’est énervée mais je me suis quand même éclipsée aux WC pour me vider de la salade.
Donc voilà où j’en suis: incapable de manger une salade. Même pas une pomme C’est désespérant, et pourtant j’en rêvais à 16 ans. Je fais comment ce soir pour le dîner « pâtes bolognaise » organisé par mes amis ??
Je vais essayer la technique de la liste Itaque merci, je me pose les questions que tu as mentionnées.
J’ai une technique si vous voulez déguster un aliment chocolaté ou sucré mais que vous avez peur de prendre du poids: installez vous avec un saladier, et n’avalez pas le truc: crachez-le. C’est peu élégant mais vous pouvez savourer le goût d’un kinder ou autre sans subir son apport calorique, ni le vomir. Parfois vomir c’est trop douloureux. Au moins cracher c’est indolore.

Bises à tous. Bon courage.

Aaron
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 8
Inscription : 21 avr. 2019, 06:47

Re: Les vomissements...

Message par Aaron » 22 janv. 2020, 07:59

Bonjour Danie,

Avant tous, j'espère que le repas pâtes bolognaise s'est passé sans trop d'encombre et de mal être. Que tu as pu profiter du moment présent, au moins un petit peu 😕
Dans ton dernier message, il y a une chose qui à grandement attiré mon attention. C'est quand tu parles de ton repas avec tes parents et que ta mère s'est énervé de voir que tu triais ton assiette. Il est vrai que l'on ne parle pas assez de nos proche dans ces maladies. C'est au moins aussi difficile pour eux que pour nous.
Vu de l'extérieur, on se détruit. Sans raison, sans logique, c'est incompréhensible et extrêmement violent de voir son enfant refuser de s'alimenter et de vomir volontairement. Mon père à beaucoup de mal à "digérer" ma maladie, il utilise très souvent le terme de suicide. Il ne parvient pas à intégrer ces informations qui lui parviennent. Il n'y a aucuns sens à ces TCA et je ne lui en veux absolument pas. Je culpabilise plutôt de leurs faire subir une telle souffrance au quotidien.
Paradoxalement, ils cautionnent mes vomissements. C'est à dire qu'ils ont tendances à acheter des aliments qui me font envie, des aliments plaisir tout en sachant que si je les manges, je ne les garderais pas dans mon estomac ensuite. Ils se disent que sinon, je ne mangerais de toutes façons pas du tout.
Et puis, j'imagine qu'au fond d'eux, ils espèrent toujours que je garde un repas ou au moins une partie, de temps en temps. Ils croient en la guérison, ils ont toujours de l'espoir.
Moi, je n'en ai plus.
Tous ça pour dire qu'il faut préserver ses proches. Parfois on aimerait leurs dire tous ce que l'on ressent, notre détresse, que l'on à besoin d'eux mais pas de leur jugement, simplement entendre un "je t'aime, je te soutiens, ensemble on va y arriver".
Mais finalement, c'est égoïste. On leurs balance la vérité et toute la violence qui va avec, on en retire ce que l'on veut, puis on les laisses avec ça. Seul, encore plus seul que nous face à la maladie. J'ai commis cette erreur avec des membres de ma famille qui, encore aujourd'hui, on énormément de mal à s'imaginer que je puisse faire ça, que j'ai pu manquer d'y rester il y a quelque mois. J'aurai mieux fait non pas de leur mentir, mais simplement de ne pas tous leur dire, même s'ils le demandaient. Pour eux, pour ne pas qu'ils s'inquiètent d'un fou qui devrait être interné en psychiatrie.

Cuète
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 3
Inscription : 24 janv. 2020, 14:07

Re: Les vomissements...

Message par Cuète » 24 janv. 2020, 15:33

Bonjour à tous,
Je me sens un peu "intruse" sur ce forum car je mange et ne me fais pas vomir, certains diront peut-être que mes problèmes ne sont pas aussi graves que ceux des autres mais je vous écris dans l'espoir que vous compreniez que je vis aussi un enfer: Depuis un an, j'ai commencé à faire des crises de boulimie, au début je n'y ai pas fait attention, je venais de vivre une rupture difficile et me suis dit que c'était dû à ça et que ça allait passer mais ça n'est jamais passé, quand j'ai commencé à m'en rendre compte, je me suis aussi rendu compte de mon impuissance, je ne pouvais pas m'arrêter de manger, je me suis plusieurs fois rendue malade, mais je ne pouvais pas non plus vomir, malgré les nausées, malgré, l'eau salée, le café salé, la moutarde, les doigts dans la gorge... J'ai tout essayé mais rien à faire alors je mangeais à m'en rendre malade et je restais malade. La rupture m'avait fait perdre beaucoup de poids, j'en étais heureuse, je ne m'étais jamais trouvée belle avant et enfin je l'étais! Mais j'ai repris tout ce que j'avais perdu... et bien plus!
J'ai découvert des techniques censées pouvoir m'aider (brosse à dents, EFT, MSA) mais la "maladie" est plus forte que tout, quand je sens poindre une crise et que je sais que je pourrais l'éviter grâce à telle ou telle technique, je ne le fais pas, je ne veux pas le faire, je veux manger! Mais ensuite je le regrette, si je ne suis pas malade physiquement, je le suis mentalement, je suis énervée et insupportable jusqu'à ce que j'aie réussi à me faire vomir... Sauf que je n'ai jamais réussi, donc je suis tout le temps irritable, je ne supporte pas les repas de famille et j'en subis au moins un par semaine. Tous les mardis je mage chez ma grand-mère qui cuisines des choses pour me faire plaisir, qui ne comprend pas pourquoi je ne veux pas y toucher, pourquoi je ne veux pas me resservir et la plupart du temps je craque et je lui en veux, que je craque ou non, je lui en veux. Je lui en veux de me tenter, je lui ne veux de me faire culpabiliser car elle veut me faire plaisir et que je ne la laisse pas faire. Je lui aboie dessus à chaque fois qu'elle me dit de me resservir...
Je ne supporte plus d'aller manger chez elle ou chez ma tante. Le seul avec qui je peux encore manger est mon père car il mange très peu et ne veut surtout jamais "dépasser sa ration" mais il ne me comprend pas et me juge, il dit que ça va me passer, que ce n'est qu'une question de volonté, que ça lui arrive aussi "tu sais, des fois, le soir devant la télé, je mange la moitié d'un paquet de céréales!" Oui Papa, mais moi je torche le paquet de céréales en entier et ensuite je me jette sur les M&M's.
Je ne sais plus quoi faire, je suis allée voir une psy, elle m'a jugée aussi, je ne m'attendais pas à cela, je n'y suis pas retournée, maintenant je me sens encore plus seule...
J'ai découvert une association d'aide aux boulimiques "près de chez moi", la personne qui s'en charge a vraiment l'air cool... 1h de route, 85€ la séance, elle pense ne pas aider une personne avant une douzaine de séances...
Je ne sais plus quoi faire ...

Bref, j'ai cité quelques techniques, elles ne m'aident pas mais elles pourront peut-être en aider d'autres:
- La brosse à dents est connue, je pense qu'il est inutile de la développer
- L'EFT. J'ai découvert récemment l' Emotionnal Freedom Technique, il s'agit de tapoter des points précis du corps qui correspondent "à des points d'acuponcture" pour faire simple et libérer l'énergie négative qui s'y emmagasine. Ca marche réellement, ça ne s'applique pas qu'à la boulimie, ça s'applique à tout ce qu'on veut, les phobies par exemple, je l'ai testé avec le vertige. Une fois je me suis retrouvée en hauts talons, en haut d'un escalier vertigineux, je ne pouvais pas toucher la rampe sans m'accroupir, j'avais peur de descendre sans la rampe et peur de me baisser pour la prendre, j'ai tapoté les points clés et suis descendue sans la rampe, droite comme un "I". Avec la boulimie et l'anorexie, c'est pareil, on sent venir une crise, on tapote, on a envie de se faire vomir ou tout simplement on se sent mal d'avoir mangé des petits pois ou une salade, on tapote et on se sent mieux. Si quelqu'un se sent d'essayer, n'hésitez pas à m'envoyer un MP...
- Le MSA, Danie l'a vaguement évoqué, cela signifie Macher Sans Avaler, Tal Schaller a écrit un très bon bouquin sur le sujet. On peut sentir le goût des aliments mais on ne leur laisse pas le pouvoir de nous faire du mal, on les recrache avant.
C'est intéressant parce-qu'il dit qu'on peut même le faire au restaurant, on crache dans sa serviette qu'on met sur ses genoux et on va aux toilettes la vider/jeter quand elle est pleine, on trouve même des gobelets en plastique prévus à cet effet sur Amazon, les gens autour ne remarquent rien car ils ne veulent pas le voir, ils n'y croient pas. Qui serait assez fou pour manger au restaurant et tout recracher dans sa serviette? Non, non, ils ont dû mal voir! Pour les repas de famille c'est pareil, je n'ai jamais testé au restaurant mais je l'ai fait chez ma tante hier, on était 4 à table, ils n'y ont vu que du feu...

Bref, j'espère que j'aurais pu apporter un peu d'aide à certains et je remercie d'avance ceux qui me liront, c'est vrai que c'est libérateur d'enfin en parler.

Danie_k
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 10 oct. 2018, 21:34

Re: Les vomissements...

Message par Danie_k » 24 janv. 2020, 23:47

Salut Cuète

J’ai lu attentivement ton message, je comprends (trop) bien ce que tu vis. Aujourd’hui les crises sont différentes pour moi mais quand j’étais au lycée c’était ça tout le temps: besoin irrationnel de déguster ou engloutir pour soulager un mal. J’ai essayé d’analyser ce mal mais c’est trop confus.
Pardonne mon ignorance la brosse à dent je ne sais pas ce que c’est.. en revanche je connais vaguement la technique du tapotage.
Je suis vraiment triste avec toi de voir que, comme ton père, les gens sont choqués de manger un demi paquet de céréales alors qu’on pourrait avaler la planète, nous. Mes amies disent tout le temps « mon dieu j’ai mangé des spaghettis et un moelleux au chocolat! » l’air scandalisé, j’ai envie de leur répondre Toi au moins tu sais t’arrêter quand t’as plus faim.. moi je dois soit éviter de manger soit vomir. Je fais moins de crises de boulimie, je vomis même les repas légers. En fait les crises c’est les vomissements.
Aujourd’hui j’ai bu un petit chocolat chaud parce que j’étais au bord du malaise vagal et ça a quand même échoué dans les WC. C’est tout le temps ça. La tendance s’est inversée en quelques mois. Je te laisse déduire où a terminé le risotto aux champignons de ce soir.
En plus je suis terrifiée car sur les sites de santé, ils disent qu’on est boulimique ou anorexique à partir de 1 crise par semaine. Je pense sérieusement que les gens interrogés n’osent pas dire la vérité, que c’est plusieurs fois par jour en vrai, par peur de dégoûter les autres.
Dans cette maladie, la peur de passer pour des êtres sales nous empêche de nous exprimer. Je suis triste que ta psy t’ait jugée comme ça, comme quoi c’est une maladie si récente à l’échelle de l’humanité que personne ne sait comment réagir, même les docteurs. Peut-être dans quelques années ce sera différent.

J’espère que tu ne souffres pas trop.. Et que tu sauras analyser ce qui te pousse à agir, mieux que je n’ai pu le faire.

Cuète
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 3
Inscription : 24 janv. 2020, 14:07

Re: Les vomissements...

Message par Cuète » 25 janv. 2020, 13:21

Merci Danie de m'avoir lue! Et merci pour ta réponse!
Je crois que c'est ça le plus dur: de ne pas savoir d'où ça vient! On est tristes que les autres ne nous comprennent pas mais en fait on ne se comprend pas soi-même!
La brosse à dents ne sert malheureusement à rien, je m'imaginais que c'était une technique connue pour empêcher les crises de boulimie. Ca consiste tout simplement à te brosser les dents tout de suite après un repas ou quand tu sens poindre une crise. Le goût qui te reste dans la bouche après t'être lavé les dents décourage un peu de remanger. En tout cas pour moi ça marche sauf que la crise est plus forte que moi et que je ne me lave pas les dents justement pour pouvoir faire ma crise en paix...
et le tapotage, ça n'a pas marché pour toi non plus?
Oui, c'est ça le pire! Les gens qui ne savent pas de quoi ils parlent et qui sont dans l'effroi pour des broutilles! Ils ne savent pas le mal qu'ils nous font parce-qu'ils ne comprennent pas!
Et tu ne sais pas non plus pourquoi la tendance s'est inversée? J'aimerais t'aider mais je ne sais vraiment pas quoi te conseiller si même une boisson ne passe pas... Peut-être de l'eau sucrée?
Ma psy ne m'a pas jugée par rapport à mes crises, heureusement, on a parlé ensemble de ce qui pourrait en être la cause et c'est lors de ces échanges qu'elle m'a jugée, sur un tout autre sujet mais ça n'empêche qu'elle l'a fait et que pour cela je n'ai plus envie de la revoir. J'ai de la chance parce-que je n'ai pas de problème à en parler, je dis que je suis boulimique comme je dis que je suis brune ou que j'ai les yeux bleus, le problème c'est d'être comprise, les gens l'acceptent comme je le dis, tiens elle a les yeux bleus, tiens elle est boulimique, c'est un fait pour eux, rien de plus, ça n'a aucune signification, ils ne savent pas ce que ça fait et ne cherchent pas à le savoir, de toute façon, même en essayant ils ne le pourraient pas. Malheureusement tout le monde n'a pas cette chance et oui, les gens ont peur du jugement, dans un sens moi un peu aussi, je dis haut et fort que je suis boulimique mais je fais mes crises en cachette... Encore une fois si on ne se comprend pas soi-même, comment les autres le pourraient?
Le problème est en effet que l'on a pas assez de recul là-dessus. C'est une maladie qui ne devrait même pas exister, elle est induite par notre société de consommation et toutes les saloperies d'addictifs qu'on met dans notre bouffe. Y'a des pays où ça n'existe pas encore et où ils sont incapables de comprendre!
Je viens de me rendre compte en écrivant ces lignes que la solution c'est peut-être tout bêtement de manger le plus naturellement possible, éviter les produits transformés bourrés de produits qui nous rendent accro, mais bon, ça c'est valable en tant que prévention, quand on est tombés dedans, c'est une autre histoire...

C'est gentil de me souhaiter de trouver l'origine de mes maux et de m'en sortir sans souffrir mais malheureusement ce n'est pas le cas, c'est apparu du jour au lendemain sans que je sache trop pourquoi et ça me ronge de chercher en vain à comprendre, ça me bouffe de me battre avec moi-même au quotidien pour ne pas craquer et ça m'épuise de replonger chaque fois que je crois aller un peu mieux.

"Mieux que je n'ai pu le faire" : Ne pars pas défaitiste, c'est pas parce-que tu n'as pas encore réussi que tu n'y arriveras jamais, c'est long mais à force de se battre, on finira par y arriver!

Danie_k
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 15
Inscription : 10 oct. 2018, 21:34

Re: Les vomissements...

Message par Danie_k » 26 janv. 2020, 01:44

Merci Cuète :)
En fait la tendance s’est inversée car des membres de ma famille m’ont fortement critiquée sur mon physique cet été, au point que ça me torture l’esprit. Toutes ces crises m’avaient fait grossir. Avant j’arrivais à oublier un peu, je me disais « bah c’est pas grave » mais bon comme beaucoup de boulimiques je voulais absolument maigrir. Et leurs critiques ont « mis le feu aux poudres » et maintenant c’est plus une forme d’anorexie, je crois. 10kg en 4 mois et demi... tout ça grâce à des critiques.
A la rentrée je ne vomissais que mes crises, et peu à peu les repas y passaient aussi. Maintenant impossible de garder un aliment calorique. Ça doit faire plusieurs mois que mon estomac a perdu l’habitude de digérer.

Je suis tout à fait d’accord avec toi sur la société de consommation. À une époque la beauté c’était être bien enrobé comme sur les peintures du 18ème siècle, l’embonpoint était rare. Dans la rue les gens étaient maigres donc la maigreur c’était commun. Aujourd’hui on ne lutte plus pour se nourrir, on lutte pour ne pas devenir gros!
Ça m’étonnerait qu’en Afrique la maigreur soit signe de beauté...
Après ce n’est qu’une hypothèse, mais comme tu dis on serait pas malades sans cette société-là. Si seulement la nourriture avait gardé sa place de besoin naturel et non de drogue..

Je suis épatée que tu arrives à parler haut et fort de ta boulimie, c’est quelque chose que je serais incapable de faire. D’abord parce que je ne fais pas assez confiance à ma famille (à peine je me suis confiée à ma mère en lui demandant de garder ça secret, elle l’a répété à ses copines autour d’un thé 2 jours après), et aussi parce que j’ai un peu honte forcément.
Quoique j’avais honte des crises avant mais aujourd’hui j’ai juste honte de vomir. Du coup je t’admire pour ça, tant mieux si tu es à l’aise au moins sur ça.
Sur les sites médicaux ils disent que guérir des Tca prend du temps, plusieurs années, mais j’espère vraiment qu’on s’en sortira plus rapidement pour profiter de notre vie.

Bon courage à toi bon week-end!

Cuète
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 3
Inscription : 24 janv. 2020, 14:07

Re: Les vomissements...

Message par Cuète » 26 janv. 2020, 02:37

C'est fou comme la famille, celle qui est censée nous aider à grandir et nous soutenir peut nous pousser à l'auto-destruction... C'est vraiment malheureux!
Il me semble que l'anorexie et la boulimie sont liés et qu'on est souvent les deux à la fois...
En tout cas je te souhaite de réussir à t'accepter telle que tu es et à comprendre que c'est à toi et uniquement à toi que tu dois plaire et pas à ta famille qui est censée t'accepter et t'aimer comme tu es... Surtout que ce genre de remarque est souvent faite par jalousie plus que parce-qu'on pense les choses telles qu'on les dit...

Oui, c'est assez malheureux qu'on nous balance du Nutella à la figure en nous demandant d'être maigre pour être jolie, qu'on nous rende accro à ce qu'on mange et nous sorte des phrases idiotes telles que "finis ton assiette, des enfants meurent de faim en Afrique" Ah bon? Parce-que ça va leur sauver la vie si je me gave?
Chez eux la mode serait plutôt aux rondeurs... si il y avait une mode! A mon avis, il n'y en a même pas!

C'est justement parce-que j'en parle naturellement que c'est facile, si tu dis naturellement à quelqu'un que tu as les yeux bleus, la personne ne va pas se poser de questions et accepter ce fait, si tu en fais un plat, elle va se demander pourquoi et c'est toi qui auras soulevé la question. Avec la boulimie, c'est pareil, je n'ai pas le courage d'en parler à coeur ouvert et j'ai tout aussi honte que toi mais les gens ou ils s'en fichent ou ils n'osent pas montrer ce qu'ils en pensent, ils n'en savent d'ailleurs pas grand-chose, pas assez pour se faire un avis et me juger mais je le dis si simplement qu'ils n'osent pas poser de questions. Je n'en parle pas, j'énonce juste le fait que je le suis mais je n'entre pas dans les détails, même mon meilleur ami ne sait pas grand-chose. Ma mère non plus ne sait rien d'ailleurs, elle a des rapports à la nourriture très compliqués et je ne voudrais pas qu'elle essaie d'en parler avec moi, encore moins qu'elle se compare à moi.
Mais je ne suis pas à l'aise avec ça, j'affiche juste l'assurance qui me permet de maintenir les autres en respect.

J'ai même vu des avis plus pessimistes qui disent qu'on ne guérit jamais vraiment, un peu comme pour la cigarette, tu peux replonger des dizaines d'années après avoir arrêté de fumer apparemment et pour les TCA, ce serait la même...
Mais je nous souhaite aussi d'y arriver rapidement et de pouvoir profiter de la vie car clairement, le dégoût de soi, ça empoisonne carrément la vie!

Bon week-end à toi aussi et bon courage!

Répondre