Lettre à Ana

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
aliceraven
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 3
Inscription : 06 mars 2020, 02:40

Lettre à Ana

Message par aliceraven » 06 mars 2020, 03:19

Ana,

Je t'en prie laisse moi tranquille. Je sais que je te dois beaucoup, que tu as toujours été là pour moi lorsque tout le monde me rejetait et que sans toi j'aurais succombé depuis longtemps face à mes angoisses.
Mais il faut me laisser maintenant, tu as pris trop de place. Tu m'as prise sous tes ailes et même si j'étouffe, tu fais toujours en sorte que la peur de ce qui m'attend derrière ces plumes m'empêche de partir alors que je ne demande qu'à voler.

Tu m'as tout pris. Tu devais m'aider à avancer dans l'obscurité, à me sentir mieux et aujourd'hui je me retrouve plus bas que terre, vide, terrorisée à chaque instant et terriblement seule même lorsque l'on tente de m'aider et de m'entourer. Tu m'empêche de vivre, d'avoir des amis, des moments de joie autres que ceux relatifs à la perte de poids. Tu m'as fait perdre le peu de bonheur et d'espoir que je pouvais encore avoir. Tu m'empêche d'aller vers les autres avec toutes ces choses négatives que tu as ancré dans mon esprit et en définitive je me retrouve seule et malheureuse dans tes bras.
Par ta faute, j'ai perdu mon copain, le peu de personnes avec qui je passais du bon temps, les bons moments avec ma famille, mon ambition, mes rêves... A cause de toi j'ai du arrêter mes cours à la fac alors que je luttais quotidiennement contre toi depuis quatre année, isolée dans une autre ville pour au moins réussir sur le plan scolaire. Tu as pompé toute mon énergie, mon envie de réussir, d'avancer, de devenir quelqu'un, d'être heureuse. Plus rien n'a d'intérêt ni de sens par ta faute et tout cet enfer que tu me fais subir depuis presque dix ans c'est juste pour quelques kilos, quelques grammes et rien que pour cela tu détruis ma confiance, mon image, mon identité.

Je suis terrifiée à l'idée d'être sans toi et de me retrouver totalement seule mais ce n'est plus possible comme cela. Je suis bloquée dans tout ce que j'aimerais faire par ta faute. Je ne veux pas rester coincée sous tes ailes toute ma vie ; je veux que ça change, avoir des amis, un copain, reprendre les cours, manger sans me poser de questions, ne plus me sentir comme une minable. S'il te plaît, va t'en, sors de ma tête, laisse moi maintenant, ça suffit.

Je t'aime, je ne peux pas le nier, tu as toujours été la seule à me comprendre et à être à mes côtés lorsque j'étais démunie, mais tu as tellement envahis mon esprit que je n'arrive même plus à me rappeler de qui je suis réellement. Laisse moi être moi maintenant, pars, arrête de gâcher ma vie et de me faire croire que je me déteste parce qu'en fin de compte c'est toi que je déteste à travers moi.


Alice Raven

Ecoute
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 29
Inscription : 10 janv. 2020, 11:45

Re: Lettre à Ana

Message par Ecoute » 23 mars 2020, 13:43

L'anorexie n'est ni une personne ni une amie. Peut être que tu imagines que l'anorexie "t'a aidée" parce que c'est un comportement de défense face à des conflits plus profonds, mais ce que je pense c'est que c'est destructeur. Et la destruction ce n'est pas une aide. C'est au mieux une stratégie (qui soit dit en passant est tournée vers la mort) mais rien de plus. Je suis un peu direct mais je voulais vraiment te dire que ton message laisse planer un sentiment de "pro ana attitude", en tous les cas de mon point de vue. Et c'est une voie excessivement mortifère. A mon humble avis et au risque de m'avancer l'anorexie c'est un problème "de coeur et d'être". C'est avoir des difficultés à accepter d'être soi d'une part. Et avoir autant de difficultés à accepter que les autres soient ce qu'ils sont.

Répondre