Synthèse "Le Viol"

Cette tribune permet à l'association Partage et Ecoute, partenaire d'Enfine, de donner des informations sur ses activités et ses thèmes de réflexion.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Antoine
Administrateur
Administrateur
Messages : 359
Inscription : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Compiègne
Contact :

Synthèse "Le Viol"

Message par Antoine » 20 nov. 2005, 14:58


Bonjour et merci de lire ces synthèses. Nous espérons qu’elles vous sont utiles.
Voici ci-après le compte-rendu de la réunion du 16 novembre du groupe Partage et Ecoute de Courbevoie sur le thème du viol.

Après avoir abordé ce thème, le groupe de Courbevoie a accueilli le témoignage d’Arlette Triolaire qui pratique la psychophanie et qui a aidé des anorexiques à s’en sortir.
Vous trouverez d’abord le troublant compte-rendu sur le viol puis ensuite celui de la psychophanie.



[center]Groupe de Parole « Partage & Ecoute » du 16 novembre 2005[/center]
[center]Thème : « Le Viol »[/center]  

Toutes les participantes avaient été violées ou avaient subi  des attouchements, sauf une dont c’est la mère qui s’est faite violer.
Toutes sont suivies par des médecins et des psy de tous ordres, depuis la nuit des temps : aucun d’entre eux n’a abordé le viol avec elles.


Le viol et le corps
Il existe des viols physiques et des viols psychiques
N. : je me suis ra-clée au gant de crin…sale...honteuse …je ne parvenais plus à croiser mon regard dans le miroir
Y. c’est comme si il te salissait au-delà de ça, comme s’il te déposait la gangrène tout au fond de toi
S. Incapable de se reconnaître dans la glace d’un magasin. C’est qui la dame a-t-elle demandé à la vendeuse
N. …un morceau de viande


Le viol et le psychique
P. après elle se sent porteuse de tous les défauts de l’autre – comme si il y avait confusion des personnalités
Y. tu te dis que c’est de ta faute
Y. tu recrées la scène sans le savoir
P. peur qu’on m’accuse
S. Ca fait 40 ans. J’avais fait une boule d’acier dans ma tête. Aujourd’hui seulement je n’en n’ai plus honte
Peur d’être rejetée
A. était satisfaite d’avoir été violée. Ca justifiait son dégoût d’elle et des hommes. Elle pensait « pauvre con. Tu m’as fait ça. Tu n’as touché qu’à mon corps mais je vivrai ».

Plusieurs malades n’ont commencé à souffrir des TCA que quand elles ont commencé à parler de leur viol

V. a attendu 5 ans avant de pouvoir en parler. A conscience de se détruire toutes ses chances de vie.
C. a été violée par son père, longtemps, souvent. Elle ne se sentait pas sale. Elle ne s’en rendait pas compte. Elle n’a compris qu’à la naissance de sa fille. « Je savais que j’avais peur de mon père mais je ne savais pas pourquoi »


Le viol et l’entourage
P. Et l’entourage d’abord aveugle, puis impuissant, impassible. Agacé par ma douleur. L’entourage me demande de me taire avant même que j’ai pu sortir un mot.
A. Elle attendait que sa mère la plaigne. Mais sa mère s’est contentée de se battre contre le violeur.
A. Du coup pour moi, l’amour c’est un rapport de force.


Le viol et ses conséquences sur les descendants
K. Elle n’a pas été violée. Pourtant tout ce qui est intime la dégoûte. Il semblerait que sa mère ait subi des attouchements  par un prêtre
M, la fille de C, violée par son père, souffre d’anoboul sans qu’on ait compris l’origine
La psychognénalogie peut être utile dans ces cas de figure


Le viol et la médecine
P. Jusqu’aux parents accusés à la place du coupable…La petite enfance qui n’a rien à voir mais qu’on met en vitrine…on invente des théories mensongères pour fuir la réalité.
S. la manière dont les médecins m’ont traité a été un nouveau viol. Ils m’ont salie. Comme si j’étais fautive, Comme si ils m’en voulaient
Toutes les participantes sont suivies par des médecins et des psy de tous ordres : aucun d’entre eux n’a abordé le viol avec elles.


S’en sortir
P. On s’en remet mais c’est long….On vit comme un malade, on a besoin d’un univers protégé…
S. Maintenant j’accepte. C’est ma vie et elle vaut une autre vie,


 
[center]LA PSYCHOPHANIE ou la communication facilitée[/center]
[center]Du grec psyché : âme et phan : mettre à jour[/center]

Existante depuis des années en Australie et introduite en France et en Europe en 1993 par Anne-Marguerite Vexiau, orthophoniste, cette technique est plus spécifiquement destinée à des enfants ou adultes handicapés (autiste, trisomique, déficients moteurs et intellectuels …) afin de leur permettre de communiquer avec leur entourage.
Cette technique, qui passe par un clavier, permet, sans passer par le mental, d’accéder à un registre émotionnel et affectif indicible par la parole.
Pour les personnes se trouvant en état de souffrance psychique, la Psychophanie permet de toucher directement aux processus non conscients.

Arlette Triolaire, formée à cette école, est venue nous expliquer comment cette technique a permis de sortir des anorexiques du trou où elles étaient enfoncées.
Nous l’avons écoutée avec passion. Merci à elle

Avatar de l’utilisateur
Antoine
Administrateur
Administrateur
Messages : 359
Inscription : 03 avr. 2003, 00:00
Localisation : Compiègne
Contact :

Message par Antoine » 22 nov. 2005, 23:15

Voici le compte-rendu sur le "viol" du groupe de parole Partage et Ecoute de Marseilel qui s'est réuni le 18 novembre 2005.

[center]Groupe de Parole « Partage & Ecoute » du 18 novembre 2005[/center]
[center]Thème : « Le viol »[/center]  

Sur les 11 participants à cette  réunion, seulement 3 personnes disent avoir subi un viol ou des attouchements. Une 4ème personne témoigne au nom de son épouse.


Origine du viol

Toujours une personne très proche de la famille : soit un père, un grand-père, soit le meilleur ami (du moins dans les cas évoqués ce soir).


Réactions de l’entourage à la période des faits

Aucune car les enfants se sont tus, terrorisées et incapables d’affronter ou de contrarier les adultes à ce moment là.
-          M «  Je me suis tue car j’ai eu peur de la réaction de mon père envers son copain »
-          MC «  J’étais bloquée et ne pouvais pas en parler »


Réaction de la victime

-          M «  J’ai essayé d’oublier, mais en fait j’y pense constamment, tous les jours. »
-          MC «  Moi, j’avais complètement occulté et ça a ressurgi d’un coup à la naissance  de  ma fille aînée . »


Répercutions dans la vie de tous les jours

-          F « Ma femme a reporté son malaise sur l’alimentation de 20 à 30 ans »
-          M « Moi, je suis boulimique et lorsque j’évoque cette période de mon enfance, je fais des crises encore plus fortes »
-          M « Ca a détruit ma vie sentimentale, je suis incapable de prendre quelqu’un dans mes bras, d’ailleurs j’ai du mal à toucher quelqu’un »
-          M « J’ai des réactions disproportionnées lorsque mes enfants se serrent l’un contre l’autre »


La culpabilité

-          M «  Je n’attire que des pervers »
-          (comprendre parce que je ne mérite que ceux-là)  ----
-          M « J’ai l’impression de n’être qu’une  proie  dans les bras d’un homme »
-          MC « Ma fille est anorexique-boulimique, est ce à cause de mon mal être ? A t-elle voulu me protéger inconsciemment ?


Conséquences :  La Peur

-          M « J’ai peur pour mes enfants, je ne peux les confier à personne »M « J’ai peur de toucher mes enfants, peur que ce ne soit  pas bien  , et  peur de leur faire du mal »
-          M « J’ai peur de transmettre mes angoisses à mes enfants »


S’en Sortir : Les thérapies ? Le dialogue ?

-          F « Ma femme s’en est sortie par le dialogue avec moi et avec son médecin traitant »
-          MC « J’ai pu en parler à mon mari et aussi en séance de thérapie avec un psy et ça m’a aidée »
-          M « Moi je n’en ai jamais parlé à un médecin, tout juste à quelques personnes mais sans approfondir les choses, et à vous ce soir » « C’est trop dur d’en parler pour moi »
-          F « On peut s’en remettre, mais on n’effacera jamais ce qui s’est passé . On ne peut qu’apprendre à vivre avec, à l’accepter »
-          F « Pour ma femme, c’est devenu une force »…


La réunion s’est terminée avec beaucoup d’émotion et nous avons évoqué le thème de la psychogénéalogie ainsi que celui de la psychophanie avec curiosité.

Alice-Stella
Petit enfinien
Petit enfinien
Messages : 8
Inscription : 12 févr. 2006, 01:00

Message par Alice-Stella » 17 févr. 2006, 23:07

Petite bibliographie... si je peux me permettre Antoine ?

- Le viol de Marie-Ange Le Boulaire
(qui a été victime d'un violeur en série, décrit les procédures judiciaires entre autre...)

et surtout
- Viol et renaissance de Véronique Cormon, une psy qui a été elle-même victime d'un viol.
J'ai rencontré véronique et j'ai lu son livre, j'ai été très touchée par son témoignage, surtout parce que quand j'ai vu le dessin-animé "Kirikou et la sorcière" j'y ai vu la même allégorie...

Avatar de l’utilisateur
dawn
Honorable enfinien
Honorable enfinien
Messages : 1036
Inscription : 02 nov. 2005, 01:00

Re: Synthèse "Le Viol"

Message par dawn » 18 févr. 2006, 00:25

Antoine a écrit :

Le viol et ses conséquences sur les descendants
K. Elle n’a pas été violée. Pourtant tout ce qui est intime la dégoûte. Il semblerait que sa mère ait subi des attouchements  par un prêtre
M, la fille de C, violée par son père, souffre d’anoboul sans qu’on ait compris l’origine
La psychognénalogie peut être utile dans ces cas de figure

Pourriez vous expliquer ce qu'est la psychognénalogie s'il vous plaît....
"Je sais maintenant ce que ça cause, quand la vie broie les p'tites âmes roses, maintenant la terre entière me terrorise quand je promène ma p'tite âme grise" Lynda Lemay

PE
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 238
Inscription : 16 mai 2006, 00:00
Contact :

l'inceste, une mort lente nous dit So si joliment

Message par PE » 01 mai 2009, 13:55

Ci après ce témoignage si joliment écrit, si poignant.
Quand lèvera t on le voile sur ce fléau qui touche tous les milieux sociaux ?

"corps d'épuisement, corps de cauchemar.
le comble d'une morte épuisée,
fatiguée de remourir chaque nuit
pour finalement cauchemarder
et glisser dans le monde diurne.

le corps doit se reposer et vaincre la peur,
peur de sophie de subir à nouveau
le va et vient lubrifié et puant
du muscle d'amour paternel
qui par chance n'a pas été éternel.

il est entré en sophie et a contrôlé son éducation
mais plus de passion, juste la punition
et l'humiliation, acte d'agression
sentiment de jubilation dans le comble de la perversion.

bienvenue...

sophie n'a pas de corps
sophie n'existe pas
il l'a volé en déchirant la barrière
entre l'insouciance et la déchéance.

sophie, objet d'amour profond,
profondeur des entrailles, de la chair,
petite douleur au coeur dans la peur
de mourir de cette nourriture fertile.

odeur de l'amour, odeur nauséabonde et inattaquable
présence persistante de cette vomissure
cette sueur collante et incontrôlable
qui aprés presque trois décennies n'est que moisissure.

l'entre du monstre est pourri
sophie la monstrueuse est punie
il est resté en elle
pour qu'elle ne connaisse pas la vie.

voix de l'amour, voie sans amour
voix de la terreur incontrôlable
voie vers une souffrance fatale
la peur d'être seule
la peur de partager
histoire sans fin courageuse
vie sans faim de vivre
juste un passé tourmenté, un présent passé
et un futur peut être impasse.
avenir, a..veux..ni..ré..jouissant, ni aidant,
que de la souffrance!
bonheur, joie, amour, champ lexical de l'humour
dans une morte vie,
mais dans une vie...

la vie de sophie pourrait être une feuille
une feuille froissée dont les rebords se perdent dans la blancheur profonde.
non! un blanc cassé, froissé par des mains sales, collantes,
pas de coin, pas de limite, un véritable bordel
qu'elle ressent comme un amour naturel.
un amour incontrôlable car elle ne cesse de l'aimer.
il est douloureux parfois étrange mais il l'aime, elle!

a l'école personne ne se plaind de cet cet amour,
les enfants rient, jouent, mais sophie ne peut pas.
le mot amour, le mot souffrance,
le sentiment d'amour, la terrible douleur de la fusion d'amour,
sophie est insensible,
son coeur ne veut plus de cet amour mais il est normal de l'aimer,
elle est un monstre,
personne ne l'aimera autant que lui
il est l'homme de sa vie.

sophie l'a laissé entrer en elle,
pour qu'il accepte
de l'aimer plus que son frère.

sophie pleure mais pourquoi?
on lui donne de l'amour, on fait attention à elle,
elle est une petie fille méchante de réagir comme ça,
elle est indigne d'un tel amour
mais il en donne encore et encore et encore.
elle sait qu'elle vole la part d'amour qu'il devrait donner à sa femme.
mais pourquoi aime t il autant sophie?
elle sent son coeur se tordre dans sa poitrine,
elle a mal de cet amour mais il faut faire avec, c'est normal.
elle est morte depuis déjà longtemps
et son amour continue de la tuer
à coups de couteau dans le ventre
ils ne font plus qu'un!
son muscle d'amour qui étouffe
pour déverser sa vitalité en elle!
elle est pourtant de plus en plus faible!
elle est beaucoup trop méchante
et la force qu'il lui transmet ne peut rien faire pour elle.

elle est bien morte, et depuis trop longtemps.

Je suis morte et depuis trés longtemps.
Comment faire pour renaitre sinon de garder l'espoir qu'on puisse m'aimer autrement?
Comment faire pour renaitre sinon de trouver un amour maternel?"

Avatar de l’utilisateur
so
Modératrice Ensoleillée
Modératrice Ensoleillée
Messages : 383
Inscription : 11 mars 2003, 01:00

Message par so » 08 mai 2009, 18:54

il sera toujours tabou sauf si les gens concernés se rassemblent et se battent pour que ça change parce que yen a marre que tout le monde fasse le singe.

Avatar de l’utilisateur
so
Modératrice Ensoleillée
Modératrice Ensoleillée
Messages : 383
Inscription : 11 mars 2003, 01:00

Message par so » 13 mai 2009, 20:04

Avant de dire on fait, ben je peux vous dire que je viens de balancer mon secret de famille à la tronche de ma tante maternelle et que j'ai subi un interrogatoire. J'ai besoin de parler.

PE
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 238
Inscription : 16 mai 2006, 00:00
Contact :

le viol a déjà été traite en novembre 2005

Message par PE » 22 mai 2009, 15:04

bonjour,
Comme je vois que ce thème est revenu, je me permets de vous dire qu'il y a eu un autre débat sur le thème du viol, en octobre 2005.
Melheureusement je n'arrive pas à copier-coller correctement les échanges.
J'ai fait le mieux que j'ai pu.
Sinon  il vous faut aller à la pêche dans les premières pages de ce forum. Jacqueline

reproduction des échanges de novembre 2005

 Posté le: Mer Nov 02, 2005 10:01 pm    Sujet du message: Le Viol    

--------------------------------------------------------------------------------

Le prochain thème sur lequel nous vous proposons de réfléchir en partenariat avec l'association Partage et Ecoute  s'avère être du "viol". Particulièrement grave, ce sujet sera abordé le mercredi 16 novembre 2005 lors du groupe de parole de Courbevoie (92) et le vendredi 18 novembre 2005 lors de celui sur Marseille.
Vers la fin de la réunion du 16 novembre, Arlette Triolaire viendra vous expliquer en quoi la psychophanie, technique utilisée pour communiquer avec les autistes, peut se révéler une aide pour les malades souffrant de TCA.
Antoine

Revenir en haut        


perseverance
Illustre enfinien



Inscrit le: May 14, 2004
Messages: 1710
  Posté le: Jeu Nov 03, 2005 6:24 pm    Sujet du message:      

--------------------------------------------------------------------------------

Il n'était pas utile de mettre une majuscule à ce mot  

Il y a pire que les souillures du corps : ce sont les souillures de l'âme.

Quand la violence va jusqu'à faire consentir la victime au mal qu'on lui fait.
On manipule la victime jusqu'à la rendre coupable de ce qu'elle a subi.

C'est comme ça qu'on en arrive au suicide.

La pensée actuelle consiste à se donner bonne conscience en étant indulgent avec les coupables (les pauvres, malheureux...) et en accablant la victime (vilaine tentatrice).


Pourquoi le coupable se priverait-il ? Il sait, inconsciemment, qu'une grande partie de l'entourage de la victime va la délaisser. Que la victime va se retrouver isolée, physiquement, psychiquement. Il est simple de lui faire nier les faits.

La victime de ce genre d'aggression est souvent quelqu'un de fiable, généreux, honnête, scrupuleux, droit... mais après, elle se sent porteuse de tous les défauts de l'autre - l'innommable. Comme si il y avait confusion des personnalités. Le coupable, lui, se sent parfaitement bien. Aucune mauvaise conscience. Tout au plus, de la crainte, si on commence à le menacer avec la justice. Il peut simuler le remord, pour adoucir et manipuler encore la victime, mais il est rare qu'il en ait réellement. En principe, il est bien content de ce qu'il a fait...


Pour la victime, on l'incite à "tourner la page", à "nier les faits"... bref, à ne pas faire de vagues... On lui interdit de se libérer par la parole, par la compassion. On nie. On ne veut pas en entendre parler, ça dérange.


On s'en remet, mais c'est long. Et on ne vit plus jamais comme avant, parce qu'on est beaucoup plus faible. On vit comme un malade, on a besoin d'un univers protégé, de gens très fiables. Ce qui est difficile à trouver.

Revenir en haut        


perseverance
Illustre enfinien



Inscrit le: May 14, 2004
Messages: 1710
  Posté le: Jeu Nov 03, 2005 6:40 pm    Sujet du message:      

--------------------------------------------------------------------------------

La force du violeur, c'est la bonne conscience de sa victime.

Elle a peur de faire du mal, de faire de la peine.

J'ai peur d'en écrire plus et qu'un violeur passant sur ce forum prenne des conseils pour commettre ses méfaits.

L'homme qui a commis un viol ne mérite plus le nom d'homme. Ca devient un chien.

Revenir en haut        


MC
Grande nouvelle



Inscrit le: May 26, 2005
Messages: 19
Localisation: Marseille  Posté le: Ven Nov 04, 2005 6:34 am    Sujet du message: réponse à persévérance    

--------------------------------------------------------------------------------

et même un chien n'est certainement pas capable de faire autant de mal à un de ses congénères!

comme je te comprends et comme j'ai envie de te cajoler pour te faire oublier!

Revenir en haut        


cleha
Enfinien avancé



Inscrit le: May 14, 2005
Messages: 242
Localisation: paris11   Posté le: Ven Nov 04, 2005 6:35 pm    Sujet du message: le viol    

--------------------------------------------------------------------------------

la force du violeur  c'est qu'il crois que ce qu'il fais a ses victimes  est normal que ce n'est pas un crime.  LE VIOL C 'EST UN CRIME CAR IL DETRUIT LA VICTIME QUI A  SUBIT  LA TORTURE   SANS POUVOIR DIRE MOT .   J'ai réussi a denoncer ce que j'ai eu mais la justice est trop longue et elle demande trop d 'effort a la personne vraiment  traumatiser .LES VIOLEURS C'EST DES SADIQUES ET  MEME PAS DES ANIMAUX  .  C'EST DES MONSTRE !  ILS  DETRUISENT DES VIE   .  Je sui desolée de ce message cleha
_________________
s il suffisait de s accepter beaucoup de choses changeraient

Revenir en haut        


cleha
Enfinien avancé



Inscrit le: May 14, 2005
Messages: 242
Localisation: paris11  Posté le: Ven Nov 04, 2005 6:45 pm    Sujet du message: viol    

--------------------------------------------------------------------------------

le violeur lui peut ce justifier mais nous on doit prouver et ce battre pour qu'on nous crois alors que deja on a subit le mal . Meme devant la famille qui doute de notre sincérité et sa fais très trés  MALLLLLLLLLLLLLLLLL ! CLEHA
_________________
s il suffisait de s accepter beaucoup de choses changeraient

Revenir en haut        


Anorchidea
Eminent enfinien



Inscrit le: Feb 29, 2004
Messages: 1916
Localisation: nord  Posté le: Dim Nov 06, 2005 1:49 am    Sujet du message:      

--------------------------------------------------------------------------------

le viol est un fait, ok.

Pour moi ce sont les conséquences qui sont lourdes, oui on peut vivre avec, seulement on voudrait oublier à tout prix et ça marche pas.
C'est imprimé, les images sont la, meme si on peut désespérement essayer de passer "à autre chose". 'Oui, bon ça fait 4ans maintenant..."
Ouaip.
On s'en rend pas toujours compte (tout de suite en tout cas)  mais meme le comportement en a pris un sacré coup, la perception du corps n'est plus la meme, les rapports aux hommes sont faussés. Tout est faussé.
Sans parler de l'âme, comme disait perséverance, qui en a pris un coup.
Celui qui te viole, il dépasse la pénétration au corps, c'est comme s'il te salissait au dela de ça, comme s'il te déposait la gangréne tout au fond de toi.
Et ça l'amuse, enfin j'en sais rien, mais les regards ça trompent pas généralement. Et celui ci est bien ancré.
Tu te rends pas tout de suite compte que ta vie va être conditionnée par ce p****** d'acte barbare et mesquin. Toi, tu te rhabilles vite fait et te dit que c'est de ta faute, t'avais cas te défendre. Ou hurler. Mais seulement, rien ne se passe, parceque tu arrives à croire que c'est toi qui l'as allummé. C'est quand meme dingue, parceque quand bien meme je me serai "amusée" à l'allummer, quel est l'espéce de c****** qui aurait violé?
Mais on est tellement persuadée...

Citation:
On s'en remet, mais c'est long. Et on ne vit plus jamais comme avant, parce qu'on est beaucoup plus faible. On vit comme un malade, on a besoin d'un univers protégé, de gens très fiables. Ce qui est difficile à trouver.


oui, c'est long, surtout lorsque tu recrées sans cesse la scéne, sans le savoir.C'est en analysant que tu découvres que tu ne te considéres lpus que comme un morceau de viande offerte à qui veut. Enfin c'est mon cas, d'autres le retranscrivent differemment.
Ou est l'acte qui doit symboliser la fusion d'amour entre 2 corps?
Je ne le connais pas. Arrive-t-on à s'y "risquer" un jour, oser? J'espere...

Pardon pour les mots bruts (et si "light" à la fois....) Difficile de faire autrement.
_________________


Revenir en haut        


perseverance
Illustre enfinien



Inscrit le: May 14, 2004
Messages: 1710
  Posté le: Dim Nov 06, 2005 4:02 pm    Sujet du message: Re: réponse à persévérance    

--------------------------------------------------------------------------------

MC a écrit:
comme j'ai envie de te cajoler pour te faire oublier!

Les cajoleries, ça me répugne.

Cleha, tu n'as pas à être désolée. C'est très bien d'avoir écrit ça. Ca m'aide, moi. Et ça en aide peut-être d'autres.

Il m'a fallu plusieurs jours pour oser venir lire les réponses, tellement j'avais peur de me faire engueuler pour ce que j'ai écrit. Peur qu'on vienne rigoler de moi. Peur qu'on m'accuse.

Allez comprendre.

Ynoulia, oui, des regards qui tuent, qui vous hantent toute une vie. Le regard, l'odeur, le souffle de la bête.

Une haleine fétide.

- - -

Et l'entourage d'abord aveugle, puis impuissant, impassible. Agacé même par ma douleur. L'entourage ne veut pas entendre, me demande de me taire avant même que j'aie pu sortir un mot.

Condamnée au silence, pour ne pas déranger leur tranquilité.

Ou bien traitée de menteuse.

Jusqu'aux parents accusés à la place du coupable... La petite enfance, qui n'a rien à voir, mais qu'on met en vitrine. Toujours pour innocenter le coupable. On cherche ailleurs, on accuse tout et n'importe quoi, on invente des théories mensongères pour fuir la réalité.

Oui, les monstres existent.

Laissez-nous la colère, avant de nous forcer à pardonner.

Revenir en haut        


MC
Grande nouvelle



Inscrit le: May 26, 2005
Messages: 19
Localisation: Marseille  Posté le: Mar Nov 08, 2005 6:46 pm    Sujet du message: réponse à persévérence    

--------------------------------------------------------------------------------

il y a les cajoleries physiques et les cajoleries morales , je voulais dire que je voulais t'aider à partager un peu de cette souffrance que je connais. Je sais ce que signifie souffrir dans sa chair et au plus profond de son âme.
Je trouve diabolique que ce soit la victime qui souffre et non pas son bourreau.
On peut accepter une main tendue et même un baiser aimant d'une personne qui nous aime même quand on a connu une telle souffrance, ça aide à dépasser l'horreur.

excuse moi de t'avoir heurtée , j'ai été maladroite, je voulais compenser l'horreur que tu as vécue par un peu d'amour pur sans intérêt .

Revenir en haut        


vera
Respectable Enfinien



Inscrit le: Dec 10, 2004
Messages: 1421
Localisation: au-delà du mal-a-dit  Posté le: Ven Nov 11, 2005 8:52 pm    Sujet du message:      

--------------------------------------------------------------------------------

Un extrait d'un de mes écrits que je n'ai pas le courage de commenter, 18 ans après ou 3 ans après pour ma part, je ne sortirai jamais indemne d'avoir été salie et je ne pense pas être capable d'avoir des rapports normaux après celà...

Moi, je me suis endormie comme une masse dans un état bizarre et me suis réveillée va-seuse le lendemain matin. J'ai sauté du lit et me suis précipitée sous la douche, me suis ra-clée la peau au gant de crin pour me purifier tellement je me sentais sale et honteuse.
Sale, parce que j´avais l´impression de puer encore de son odeur et de son haleine. Honteuse, parce que je n'avais rien fait pour arrêter ses gestes qui me meurtrissaient encore. Je ne parvenais plus à croiser mon propre regard dans le miroir car mon visage, cette peau sociale en contact avec le monde, avait été atteint et je voulais le cacher. J'ai fouillé frénétiquement dans les tiroirs de la salle de bain et pour la première fois de ma vie, je me suis maquillée exagérément, surtout les yeux soulignés de noir profond, et la bouche en carmin. Redessiner le contour de mes lèvres fut un moment de paix presque méditatif tellement ma concentration me soulageait de ma douleur.

Ce jour-là, quand je suis sortie dans la rue pour me rendre au lycée, je sentais lourdement les regards des passants sur moi,  j´avais l´impression qu'ils lisaient l´horreur de cette soirée sur mon visage maculé et que j´avais une gueule de vicieuse.
Le sexe a toujours été pour moi un mystère : comment peut-on appeler « faire l´amour » ce qui relève d´un comportement ridicule qui relève plutôt de la boucherie mécanique ? Quel est le rapport de cette chose avec la tendresse d´un regard ou d´un sourire ? Trifouiller dans ce corps revient à un acte plus chirurgical qu´amoureux. Enfin, je n’ai jamais eu d`expérience en ce domaine et cela ne m´intéresse pas d´être considérée comme un morceau de viande.
_________________
"Tout conflit est l'expression tragique d'un besoin non satisfait" M. Rosenberg

Revenir en haut        


Montrer les messages depuis: Tous les messages1 Jour7 Jours2 Semaines1 Mois3 Mois6 Mois1 An Le plus ancien en premierLe plus récent en premier  

         Enfine Index du Forum -> Tribune Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Page 1 sur 1
Surveiller les réponses de ce sujet

     Sauter vers: Sélectionner un forum Forum du site Internet Enfine----------------ENFINE, échanges et entraide TCA (anorexie, boulimie)Parents et Proches concernés par les TCATribuneTroubles associés au TCARencontres Forum de l'Association Enfine----------------InformationsAdhérents  

Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous pouvez éditer vos messages dans ce forum
Vous pouvez supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez voter dans les sondages de ce forum
You can attach files in this forum
You can download files in this forum
Vous pouvez modérer ce forum



Forums ©





Enfine est un site bénévole d'information et d'entraide autour des TCA, il ne peut en aucun cas être considéré comme un prescripteur ou comme un médecin : toutes ces informations vous permettent de mieux comprendre les TCA mais se cantonnent strictement à un caractère informatif d'ordre général. En cas de problèmes de santé, consultez un médecin. Les informations personnelles concernant les patients et les visiteurs d'un site médical, y compris leur identité, sont confidentielles. La responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité des informations médicales applicables dans le pays dans lequel le serveur (ainsi que les éventuels sites- miroir) est situé.
Web site engine's code is Copyright © 2003 by PHP-Nuke. All Rights Reserved. PHP-Nuke is Free Software released under the GNU/GPL license.
Page Générée en: 0.184 Secondes

Avatar de l’utilisateur
so
Modératrice Ensoleillée
Modératrice Ensoleillée
Messages : 383
Inscription : 11 mars 2003, 01:00

Message par so » 22 mai 2009, 15:38

J'ai vu mon psychiatre ce matin, je lui ai raconté que j'avais été prise pour une folle de dire l'inceste que j'ai subi. Il pense comme beaucoup de monde, il est temps que je fasse ma vie. Ce n'est pas aussi facile que ça et tous ces messages le confirment. Quand on a été violée par son père, je crois que la salissure est indélibile. On se sent sale, on a des peurs qui apparaissent, on se déteste à un point que personne ne peut imaginer.
Et je n'ai rien fait, rien dit, le crime d'amour parfait qui aujourd'hui me mène vers la folie....

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est ce que j'aimerais faire sortir mais je suis emmurée.

:cry:

Mimolette
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 281
Inscription : 10 mai 2017, 21:11

Re: Synthèse

Message par Mimolette » 21 août 2017, 21:26

plusieurs fois, intrusion, devant, derrière, nous sommes tous du gruyère...

Le viol mène t'il au suicide ? avec le temps, tout s'en va ? Non, si l'expérience reprend, est-ce que j'intenterai une action en justice..
si .......................................................

Mimolette
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 281
Inscription : 10 mai 2017, 21:11

Re: Synthèse

Message par Mimolette » 10 janv. 2018, 00:49

Le viol peut être aussi un déclic, vouloir avancer, rebondir se forger une carapace, et devenir plus forte, plus exigeante.
C'est là ou cela dérape, plus exigeant dans les choix alimentaires, et Cie comme si c'était de la gangrène, un cancer, . avec son super jouet, trois dimensions.
devenir plus performant, tellement plus, ce tellement plus amènera au burn out maladie du siècle !
et/ou à une conduite pathos..

Mimolette
Enfinien éprouvé
Enfinien éprouvé
Messages : 281
Inscription : 10 mai 2017, 21:11

Re: Synthèse

Message par Mimolette » 26 févr. 2018, 20:47

j'ai très souvent la sensation que jamais je n'arriverai à évacuer. Et à vivre avec cette peau; il est dur d'être de sexe feminin, parce que dans ce corps il y a plusieurs entrées que les violeurs (hommes ou femmes) adorent, ces trous doivent être comblés. Et donc il a fallu passer par ces entrées; presser, tirer son coup dedans.
le problème c'est que je souhaite me débarrasser de cette peau et avec cette forme d'anorexie ce n'est pas super violent. Le corps lutte, et encore plus l'esprit.
C'est si rapide et poignant une pénétration forcée. Si un violeur passe par là et écoute mon discours qu'il me fasse signe. Je serai prête à me donner
Cela m'éviterait bien des désagréments comme me détruire, et d'avoir de glauques pensées, et puis de trop réfléchir

Sakka07
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 1
Inscription : 29 juil. 2018, 19:10

Re: Synthèse

Message par Sakka07 » 29 juil. 2018, 19:16

Antoine a écrit :
20 nov. 2005, 14:58

Bonjour et merci de lire ces synthèses. Nous espérons qu’elles vous sont utiles.
Voici ci-après le compte-rendu de la réunion du 16 novembre du groupe Partage et Ecoute de Courbevoie sur le thème du viol.

Après avoir abordé ce thème, le groupe de Courbevoie a accueilli le témoignage d’Arlette Triolaire qui pratique la psychophanie et qui a aidé des anorexiques à s’en sortir.
Vous trouverez d’abord le troublant compte-rendu sur le viol puis ensuite celui de la psychophanie.



[center]Groupe de Parole « Partage & Ecoute » du 16 novembre 2005[/center]
[center]Thème : « Le Viol »[/center]  

Toutes les participantes avaient été violées ou avaient subi  des attouchements, sauf une dont c’est la mère qui s’est faite violer.
Toutes sont suivies par des médecins et des psy de tous ordres, depuis la nuit des temps : aucun d’entre eux n’a abordé le viol avec elles.


Le viol et le corps
Il existe des viols physiques et des viols psychiques
N. : je me suis ra-clée au gant de crin…sale...honteuse …je ne parvenais plus à croiser mon regard dans le miroir
Y. c’est comme si il te salissait au-delà de ça, comme s’il te déposait la gangrène tout au fond de toi
S. Incapable de se reconnaître dans la glace d’un magasin. C’est qui la dame a-t-elle demandé à la vendeuse
N. …un morceau de viande


Le viol et le psychique
P. après elle se sent porteuse de tous les défauts de l’autre – comme si il y avait confusion des personnalités
Y. tu te dis que c’est de ta faute
Y. tu recrées la scène sans le savoir
P. peur qu’on m’accuse
S. Ca fait 40 ans. J’avais fait une boule d’acier dans ma tête. Aujourd’hui seulement je n’en n’ai plus honte
Peur d’être rejetée
A. était satisfaite d’avoir été violée. Ca justifiait son dégoût d’elle et des hommes. Elle pensait « pauvre con. Tu m’as fait ça. Tu n’as touché qu’à mon corps mais je vivrai ».

Plusieurs malades n’ont commencé à souffrir des TCA que quand elles ont commencé à parler de leur viol

V. a attendu 5 ans avant de pouvoir en parler. A conscience de se détruire toutes ses chances de vie.
C. a été violée par son père, prêt longtemps, souvent. Elle ne se sentait pas sale. Elle ne s’en rendait pas compte. Elle n’a compris qu’à la naissance de sa fille. « Je savais que j’avais peur de mon père mais je ne savais pas pourquoi »


Le viol et l’entourage
P. Et l’entourage d’abord aveugle, puis impuissant, impassible. Agacé par ma douleur. L’entourage me demande de me taire avant même que j’ai pu sortir un mot.
A. Elle attendait que sa mère la plaigne. Mais sa mère s’est contentée de se battre contre le violeur.
A. Du coup pour moi, l’amour c’est un rapport de force.


Le viol et ses conséquences sur les descendants
K. Elle n’a pas été violée. Pourtant tout ce qui est intime la dégoûte. Il semblerait que sa mère ait subi des attouchements  par un prêtre
M, la fille de C, violée par son père, souffre d’anoboul sans qu’on ait compris l’origine
La psychognénalogie peut être utile dans ces cas de figure


Le viol et la médecine
P. Jusqu’aux parents accusés à la place du coupable…La petite enfance qui n’a rien à voir mais qu’on met en vitrine…on invente des théories mensongères pour fuir la réalité.
S. la manière dont les médecins m’ont traité a été un nouveau viol. Ils m’ont salie. Comme si j’étais fautive, Comme si ils m’en voulaient
Toutes les participantes sont suivies par des médecins et des psy de tous ordres : aucun d’entre eux n’a abordé le viol avec elles.


S’en sortir
P. On s’en remet mais c’est long….On vit comme un malade, on a besoin d’un univers protégé…
S. Maintenant j’accepte. C’est ma vie et elle vaut une autre vie,


 
[center]LA PSYCHOPHANIE ou la communication facilitée[/center]
[center]Du grec psyché : âme et phan : mettre à jour[/center]

Existante depuis des années en Australie et introduite en France et en Europe en 1993 par Anne-Marguerite Vexiau, orthophoniste, cette technique est plus spécifiquement destinée à des enfants ou adultes handicapés (autiste, trisomique, déficients moteurs et intellectuels …) afin de leur permettre de communiquer avec leur entourage.
Cette technique, qui passe par un clavier, permet, sans passer par le mental, d’accéder à un registre émotionnel et affectif indicible par la parole.
Pour les personnes se trouvant en état de souffrance psychique, la Psychophanie permet de toucher directement aux processus non conscients.

Arlette Triolaire, formée à cette école, est venue nous expliquer comment cette technique a permis de sortir des anorexiques du trou où elles étaient enfoncées.
Nous l’avons écoutée avec passion. Merci à elle
Merci pour tout, c'est très explicite :)

Lilymilou
Enfinien confirmé
Enfinien confirmé
Messages : 92
Inscription : 07 juil. 2018, 14:45

Re: Synthèse

Message par Lilymilou » 11 sept. 2019, 11:40

Bonjour,
Si vous cherchez des informations ou des solutions sur l'alimentation et les TCA, je viens d'ouvrir un blog qui aborde ces sujets. N'hésitez pas à y faire un tour et me donner votre avis en commentant.
http://enjeuxintimesetsocietaux.unblog.fr/

Répondre