Je m’approprie l’autre ou je partage avec l’autre ?

Cette tribune permet à l'association Partage et Ecoute, partenaire d'Enfine, de donner des informations sur ses activités et ses thèmes de réflexion.

Modérateurs : Membres actifs, Modérateurs

Répondre
PE
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 238
Enregistré le : 16 mai 2006, 00:00
Contact :

Je m’approprie l’autre ou je partage avec l’autre ?

Message par PE »

Compte rendu du groupe de Parthenay - thème : Je m’approprie l’autre ou je partage avec l’autre ?

Nous n’étions que des boulimiques ou des hyperphagiques à cette réunion de Parthenay

L’incompréhension des autres
Ma mère est dans le déni ; elle ne mesure pas la gravité
C’est comme si il fallait toujours se justifier
Quand, avec internet, j’ai enfin compris que j’étais boulimique et que j’ai ensuite pu le dire à une psy, ça a été le déclic.
Le fait que personne ne comprenne le mal-être, qu’on essaie de nier, ça empire mes crises, ça accroit mon sentiment d’anormalité.

Boulimie et hyperphagie : quelles différences entre ces 2 addictions ? Pourquoi cette distinction ?
C’est une notion de temps ; l’hyperphagique remplit un vide en prenant une quantité énorme de nourriture en moins de 20mn
Le corps n’a pas les mêmes réactions
L’intensité des crises est différente car l’hyperphagie génère de très grandes douleurs
Du coup on n’a pas de limite avec la boulimie ?

Ca remonte à loin, loin…
Pour moi dit A. c’est une problème de place dans la fratrie et d’absence de communication familiale
Pour B., qui pensait que c’était lié à un évènement qu’elle avait identifié et daté, elle découvre maintenant que ses crises sont beaucoup plus anciennes. En relation avec une trop grande solitude ?
Puis A. dit : aussi loin que je me souvienne j’ai toujours mangé en cachette. Pourquoi ? Pour me cacher de mes parents ?

Ou pour toujours paraitre la petite fille modèle ?
Toujours de bonnes notes
Ce que je suis n’est pas moi
Tant que je ne me voie pas dans la glace je m’aime bien

Ton moi n’est que l’image que tu donnes aux autres ?
Il y a une séparation entre ce qu’on croie être et l’image qu’on renvoie
Le fille bout en train c’est pas du tout ça ; les « drames » que je raconte avec humour ne sont pas faits pour rire mais pour communiquer.
Je n’ose « être » par peur d’être ridicule.
A cause du regard des autres je rentre dans le moule qu’on m’a construit.
Si j’avais 20kg de moins je pourrais faire plus de choses en société. Faux prétexte se demande A. ?
La peur du regard de l’autre est une excuse pour ne pas oser faire ?
Un côté provocateur qu’on n’est pas capable d’assumer ?

Il faut essayer de faire tout ce dont on a envie pour se faire plaisir
F. pose cette question : vous portez quel fardeau ? Vous êtes en pénitence ?
Une fois qu’on s’accepte on peut faire tout ce qu’on veut.
J’ai pas envie de rentrer dans les normes mais j’ai quand même envie de m’intégrer.
F. Donner une image de soi ok ; mais être soi c’est pas mal non plus non ? On peut se perdre à ne rechercher que des images
Se trouver c’est un double risque : celui de ne pas répondre à l’attente des autres et celui d’accepter ce qu’on est

Une bataille contre qui ?
S’en sortir est une bataille contre un acte qui m’apportait de l’apaisement
Ce n’est pas une bataille contre un mauvais côté de moi
Mon TCA m’a aidé à être là aujourd’hui, à me comprendre et, je commence à le comprendre, à me construire la vie qui me conviendra
Répondre