Besoin de me confier

Cet espace est destiné à partager votre expérience personnelle dans le but de se rétablir des TCA ! Ainsi, vous pouvez apporter votre contribution au thème de discussion sur les Troubles du Comportement Alimentaire.

Modérateurs : Modérateurs, Membres actifs

Règles du forum
Merci de prendre connaissance de la Netiquette d'Enfine avant toute consultation ou utilisation.
Répondre
Bovarysme
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 2
Enregistré le : 31 mars 2024, 13:07

Besoin de me confier

Message par Bovarysme »

Bonjour a tous, je vais essayer de faire court. J'ai 25 ans et j'ai des problèmes avec mon alimentation depuis 6 ans maintenant. Majoritairement des phases d'hyperphagie et de boulimie. Seulement une seule d'anorexie au milieu. Je suis complètement obsédée, le "tout ou rien" empiète sur tout dans ma vie. Mon travail, ma vie sociale, mes relations. Je pense tout le temps a la nourriture c'est vraiment une obsession. Je pense tout le temps a mon corps aussi, a mon poids, je me compare aux autres.

Maintenant ce que je ne comprends pas, c'est que j'essaie vraiment de guérir. J'essaie de lâcher prise, je m'autorise tout, j'ai arrêté de vouloir perdre du poids je veux juste assainir ma relation a l'alimentation. Mais les crises restent tellement puissantes et je ne comprend pas.

Par exemple aujourd'hui, j'ai fait du sport ce matin, je suis allé au restau ce midi j'ai mangé ce qui me faisait plaisir sans culpabiliser rien. Et en sortant j'ai DU aller au supermarché, mes jambes m'ont portée comme si j'avais pas le choix aucun contrôle. Et là j'ai mené une lutte intérieure, pendant une demi heure je suis restée plantée au milieu du rayon, qu'est ce que je fais? Est ce que je craque? J'en ai tres envie. Parce que c'est ça la vérité, j'aime mes crises de boulimie. J'aime ces moments qui n'appartiennent qu'à moi, j'aime me vider après. Même si je souffre physiquement je ne peux pas nier que c'est quelque chose que j'apprécie. Serait-ce juste cela la réponse? J'aime ça comme quelqu'un qui aime fumer son joint ou qui aime boire un verre? Je n'ai lu nul part cet aspect d'appréciation dans les crises. Partout on parle de honte et de culpabilité.
Je suis navrée je pense que c'est très décousu, j'ecris comme je pense et je ne me relis pas. J'aimerai guérir pour prendre soin de ma santé, parce que ça me ruine, parce que ca a une incidence sur mes humeurs et ma vie en général. Si quelqu'un a envie d'échanger n'hésitez pas. Prenez soin de vous 🩷
Erzsie
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 43
Enregistré le : 25 sept. 2021, 11:48

Re: Besoin de me confier

Message par Erzsie »

Bonjour,

Ton post est très intéressant (et pas décousu du tout). Il rejoint en fait mes propres réflexions sur la boulimie, et la manière dont j'ai guéri (car oui, on guérit de la boulimie et de l'hyperphagie).

Ce que tu évoques, c'est ce que j'appelle "le paradoxe des compulsions". Parce que (selon moi), les compulsions ont un double aspect :

- elles représentent évidemment une souffrance. Souffrance physique (écœurement, lourdeur... et je ne parle pas de la souffrance des vomissements), et souffrance morale (honte et culpabilité dont tu parles, peur de grossir, etc.).

- mais elles représentent aussi un plaisir. On a toutes et tous connu ce flash puissant au moment où on cède enfin à la crise après l'avoir retardée, après avoir lutté contre.

Alors comment sortir de ce paradoxe ? Il me semble qu'il n'y a pas 50 solutions.

Soit tu remplaces ce plaisir de la compulsion par un autre plaisir, mais il faut qu'il soit aussi puissant : te tourner vers l'art, le sport, une activité que tu apprécies vraiment. Il faut essayer de décaler le plaisir que tu éprouves dans ta crise de boulimie vers un autre objet. Mais je ne suis pas certaine que ça marche à 100%, parce que tu seras obligée à un moment donné de manger, or tu auras toujours envie de retrouver le plaisir que tu avais dans tes compulsions.

Soit tu trouves une manière de manger qui te procure autant de plaisir que tes crises, sans les inconvénients. Personnellement, c'est comme ça que j'ai fait. J'ai tout remis à plat, j'ai tourné le dos à tout ce que je croyais aimer dans la nourriture. Par exemple, je pensais que j'aimais manger des fruits, parce que les fruits, c'est bon pour la santé, ça ne fait pas grossir... Or, j'ai découvert qu'à de rares exceptions près, je n'aimais pas les fruits crus. Donc j'ai arrêté d'en manger. Et j'ai procédé ainsi pour la plupart des aliments. J'ajoute que pour savoir ce que j'aimais vraiment, me mettre à tout cuisiner moi-même m'a beaucoup aidée.

Cela étant, je crois que c'est un peu plus compliqué que cela. Il faut oublier tout ce qu'on nous a appris sur les aliments, et ne manger que ce qui nous procure un plaisir puissant. Mais je crois aussi qu'il faut manger selon des "valeurs". Il faut que la nourriture nous fasse aussi plaisir moralement, intellectuellement.
Dans mon cas par exemple, j'ai besoin que les aliments soient le moins mauvais possible pour ma santé. J'ai besoin aussi qu'ils répondent à certaines de mes exigences écologistes (aliments de saison, etc.) Mais je pense que ces critères ne sont pas les mêmes pour chaque personne, c'est à chacun de trouver l'alimentation qui fait du bien à son corps et à son âme.

J'espère que ces quelques réflexions pourront un peu t'aider.
Bon courage.
Olivia11
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 1
Enregistré le : 02 avr. 2024, 12:20

Re: Besoin de me confier

Message par Olivia11 »

Votre témoignage est touchant et révèle une lutte intérieure que beaucoup peuvent comprendre, même si les détails sont uniques à votre expérience. Il est courageux de partager si ouvertement et de chercher activement à améliorer votre relation avec l’alimentation. Se permettre de profiter de la nourriture sans culpabilité est un pas important vers la guérison. Peut-être que l’appréciation que vous trouvez dans ces moments est un signe que vous cherchez du réconfort et de l’espace pour vous-même. C’est un chemin complexe, mais vous n’êtes pas seul(e). Continuez à chercher des moyens sains pour prendre soin de vous et n’hésitez pas à demander de l’aide si vous en ressentez le besoin. Prenez soin de vous aussi.
Bovarysme
Nouvel(le) Inscrit(e)
Nouvel(le) Inscrit(e)
Messages : 2
Enregistré le : 31 mars 2024, 13:07

Re: Besoin de me confier

Message par Bovarysme »

Bonjour a vous deux, merci pour vos réponses ça m'a touchée de les lire.
Erzsie j'étais déjà tombée sur certains de vos messages où vous parliez de cette notion de manger avec plaisir, avec conviction si je puis dire et j'avais trouvé cela fort intéressant. L'explication du paradoxe également. Pour ce qui est de remplacer le plaisir par autre chose, je pense que ce qui est difficile c'est qu'avec la compulsion on est sur un plaisir immédiat et simple. Après autant d'années c'est vraiment la solution de facilité et la première réponse de mon cerveau, cela va être très compliqué de la changer.
Je suis contente de lire que vous êtes guérie. Tellement de gens disent qu'on ne guérit jamais, qu'on apprend juste a vivre avec. En tout cas je trouve vos pistes de réflexion très intéressantes, merci pour le partage! C'est ce dont j'ai besoin en ce moment, réfléchir différemment, réapprendre, me réapproprier mes sensations. Et accepter aussi de sortir de cette zone de confort (pas si confortable).

Merci Olivia, ça fait du bien de savoir que l'on est pas seule. Quand je vois les pourcentages de personnes atteintes de troubles du comportement alimentaires, je me dis qu'on se fait sacrément discret. Et pour la partie plus assumée, c'est souvent l'anorexie qui est discutée, voir romantisee maintenant (y'a qu'à voir la catastrophe sur les réseaux sociaux..) alors que l'hyperphagie et la boulimie restent un tabou. Trop manger c'est un manque de volonté, se faire vomir c'est dégoûtant. Alors que réussir a se priver c'est une volonté de fer, c'est presque encouragé parfois. J'ai lu tellement de fois que "la boulimie c'est pas une vraie maladie, t'es juste gourmande" ou "ben t'as qu'à arrêter de manger autant juste" (je n'y avais pas pense tiens...)
Bref je m'égare, tout cela pour dire que ça fait du bien de se sentir comprise
Merci beaucoup
Erzsie
Enfinien avancé
Enfinien avancé
Messages : 43
Enregistré le : 25 sept. 2021, 11:48

Re: Besoin de me confier

Message par Erzsie »

Bonjour,

Moi aussi j'avais toujours entendu dire qu'on ne guérissait jamais totalement des TCA, qu'on pouvait au mieux les apprivoiser. Mais personnellement, j'ai guéri complètement.

Ta remarque est juste, remplacer le plaisir de la compulsion par un plaisir autre que celui de la nourriture est difficile, c'est pour ça que j'ai précisé qu'à mon avis, ça ne marchait pas à 100%. C'est vrai que la nourriture a l'avantage d'apporter un plaisir facile et immédiat.
C'est pour cela qu'il me semble important de remettre de la lenteur dans l'acte de manger. Quand on est boulimique, il y a une urgence à manger, quand une crise arrive, c'est comme si notre vie en dépendait. (Pour ma part, j'avais l'impression d'entrer en transe.)

Quand tu sens arriver une compulsion, pourquoi ne pas disposer devant toi l'aliment dont tu as vraiment envie, et retarder le moment de le manger de disons... 5 minutes. Ce n'est pas comme si tu luttais contre ton envie. Tu sais que tu vas manger cet aliment, qu'il va te procurer du plaisir, simplement tu attends un tout petit peu. Il ne s'agit pas de refuser le plaisir, le soulagement que t'apporte la nourriture, simplement de les différer un peu.

Et même chose, quand tu manges, même pendant une compulsion, essaie de prendre ton temps, essaie de ralentir un peu. Même si tu ne le fais que sur deux ou trois bouchées. Puis une autre fois, tu le feras sur quatre ou cinq bouchées.
Je sais que j'ai procédé ainsi, je me suis exercée encore et encore. Et aujourd'hui, à table, je suis souvent la dernière à finir de manger !

Amitiés.
Répondre