L'hyperphagie

Qu’est-ce que l’hyperphagie ?

L’hyperphagie, le binge eating disorder ou encore le syndrome d’hyperphagie incontrôlée est un trouble alimentaire dont le nom peut être méconnu mais dont la fréquentation augmente.

L’hyperphagie, à l’instar de la boulimie se manifeste par une envie irrésistible de manger sans aucune sensation de faim ou de plaisir. Les quantités de nourriture sont importantes, souvent ingérées sans mastication et concernent des aliments de tous ordres (beurre, huile, farine, sucre...). La nourriture est absorbée en continu, sans faim, tel un grignotage constant ou par crises (pendant une période très courte, moins de deux heures) dont la quantité est bien supérieure à ce que la plupart des individus ingèrent dans le même laps de temps et dans les mêmes conditions.

Ces fringales subies avec une impression d’être incontrôlables sont suivies de sentiments honteux, d’un écoeurement de soi et de culpabilité. En revanche, elles n’aboutissent pas à des conduites telles que vomissements, sport à outrance, jeûne, etc. …. Aussi l’hyperphagie peut-elle être considérée comme une boulimie sans comportements compensatoires.

Qui est touché ?

 L’hyperphagie concerne les femmes de tous âges et dans les mêmes proportions, les hommes souffrent de ce trouble du comportement alimentaire.

Des origines multiples

Le comportement hyperphagique fait inconsciemment fonction de mécanisme de compensation, de consolation consécutif à un grand sentiment de solitude (inconscient lui aussi). Les personnes souffrant de ce trouble sont comme carencées, elles éprouvent des difficultés d’être véritablement avec l’autre

La complexité à s’exprimer et le manque de confiance, entre autres, sont autant de constats que l’on reconnaît et que l’on retrouve dans la boulimie et l’anorexie.

L’hyperphagique comble son besoin de l’autre avec la nourriture, cette dernière ne fait plus office d’énergie pour l’organisme, elle en perd le sens, la personne est coupée de ses sensations corporelles (appétit, satiété) et de son corps qui lui semble étranger.

Les manifestations

  • Crise d’hyperphagie ou ingestion de nourriture en continu
    • Etat de nervosité, la personne perd totalement le contrôle
    • Besoin irrépressible de manger des aliments caloriques, sucrés, bourratifs, à même le paquet, la boîte, le sachet…
    • La prise alimentaire peut être courte, comme chez les boulimiques, ou plus longue tout au long de la journée et/ou de la nuit.
    • Plus de signaux de l’organisme : la faim et la satiété ne sont plus ressenties. L’hyperphagie arrête de manger quand l’estomac est lourd et plein (état de réplétion).
  • Des symptômes physiques
    • Les personnes manifestant des troubles hyperphagiques sont généralement en léger ou fort surpoids allant jusqu’à l’obésité.
    • L’hyperphagique risque des complications médicales que peuvent provoquer un excédent de poids : risques cardiaques, essoufflements, tension et taux de cholestérol élevés, risques de diabète de type 2, etc...
  • Des comportements caractéristiques
    • Plusieurs régimes sont ou ont été tentés.
    • Un sentiment de honte, une culpabilité qui pousse au secret. Le secret entraîne souvent un repli sur soi, une dépression voire des tendances suicidaires.
    • Un malaise très fort vis-à-vis de la prise de poids inévitable et qui peut être très rapide.

Les conséquences financières

A l’égal de la boulimie, cette envie irrépressible de manger, dans des quantités très importantes, suppose des achats de nourriture à la mesure de la maladie. Au delà de la douleur morale, les conséquences financières pour les revenus modestes, et de ce fait sociales également (moins de sorties...), ne sont pas négligeables.

Les traitements

L’approche thérapeutique n’est pas forcément différente des autres troubles du comportement alimentaire. Malgré tout, les personnes qui en souffrent consultent surtout ou exclusivement un généraliste ou un nutritionniste pour leur surpoids voire leur obésité, faisant un point d’honneur à soigner leurs « habitudes » alimentaires dont les conséquences sur leur santé sont multiples.

Il va sans dire qu’un suivi simplement médical est insuffisant (mais important) puisqu’une dépression est souvent diagnostiquée. Ainsi un encadrement par des professionnels de la santé mentale (psychiatres, psychologues, psychothérapeutes) est nécessaire pour comprendre les raisons de ce trouble du comportement alimentaire qui, comme dans la plupart des tca, trouvent leurs racines dans la vie psychique de l’individu et lui sont propres.

Voir davantage dans la rubrique les traitements.


Mise à jour le 22 Septembre 2010

Liens

Témoignage
Retrouvez le témoignage de Sâme sur l’hyperphagie dans le numéro 8 du journal Enfine Intermède (Mai 2009).