Insatiable : la nouvelle série Netflix accusée de grossophobie

  • Accueil
  • >
  • blog
  • >
  • Insatiable : la nouvelle série Netflix accusée de grossophobie

Par : Isabelle PODETTI

Insatiable, la nouvelle série Netflix, avait fait l’objet d’une polémique suite à la sortie de sa bande-annonce en juillet dernier. Avant même d’être diffusée et en quelques jours seulement, 120 000 personnes ont signé une pétition pour empêcher la sortie de cette série jugée grossophobe. Insatiable a fini par sortir le 10 août sur Netflix. Verdict ?

 

Synopsis :

Insatiable est l’histoire d’une jeune fille en surpoids devenue mince en un été après s’est faite casser la mâchoire par un SDF. Elle revient au lycée plus mince que jamais et décide de prendre sa revanche sur ceux qui lui ont fait du mal.

On peut dire beaucoup de choses de cette série. Dans tous les cas, elle a le mérite de faire parler. En tant qu’association pour les personnes touchées par les Troubles du Comportement Alimentaires (TCA), Enfine voulait avant tout questionner la polémique et la volonté de certains de censurer la série. Est-ce qu’une série peut conduire un ou une ado à développer des TCA ? Est-ce que prôner la censure peut permettre aux femmes d’être plus libres ? L’interdiction d’une série peut-elle régler le problème des femmes avec leur corps ?

Ces questions restent ouvertes aujourd’hui… Mais entre temps, la série est sortie, et disposant d’un abonnement Netflix, j’ai décidé d’y jeter un œil. Aussi, les propos qui vont suivre n’engagent pas Enfine dans son ensemble, mais moi, bénévole d’Enfine ayant souffert de TCA par le passé.

 

L’avis d’une bénévole

Insatiable est une série sombre et comique à la fois qui aborde la question de la relation au corps et de l’hyperphagie (trouble alimentaire qui se caractérise par des prises alimentaires importantes et compulsives)  d’une manière à la fois complètement superficielle… et profonde (du moins plus profonde qu’il n’y paraît). Certes l’histoire est parfois absurde, les rebondissements frisent le burlesque et la fin de la série prend une direction qui ne laisse rien présager de bon pour la suite… Mais dans tout ce capharnaüm, quelques messages autour des TCA sont passés. Reste à faire le tri entre les bons et les mauvais…

 

Les messages intéressants

Le corps devient étranger : Patty doit s’habituer à son nouveau corps et au regard des gens qui change autour d’elle. Devenue mince, elle est l’objet de regards admirateurs et jaloux des filles, désireux des hommes. Que faire de cette nouvelle enveloppe qu’on ne connaît pas ? Que penser du regard des gens qui change lorsqu’au fond, vous êtes exactement la même personne ? C’est le problème que rencontrent toutes les personnes ayant perdu du poids, parfois brusquement, notamment en cas d’opération bariatrique.

Il y a perte d’identité : Au fond, on ne change pas en perdant du poids. Mais alors qui est-on lorsque notre étiquette de « jeune fille en surpoids » nous colle à la peau ? Si Patty est devenue mince aux yeux de tous, elle reste « Fatty Patty (Patty la grosse)» à ses propres yeux. « Fatty Patty » qu’elle déteste autant qu’elle aime puisque ses kilos en trop lui ont servi d’armure pendant des années. Sans ces kilos, il lui faut trouver d’autres façons de se protéger et de gérer ses émotions. Ce qui n’est pas une mince affaire…

Le bonheur ne vient pas en maigrissant : Même avec 30 kilos en moins, Patty ressent toujours un vide en elle. Elle ne se sent pas plus heureuse bien que la minceur lui ait ouvert des portes. Elle ne sait toujours pas ce qui la poussait à manger même si elle formule quelques idées. D’ailleurs, elle possède toujours ce « quelque chose » qui la pousse à manger et on la sent (et voit !) capable de basculer à tout moment vers l’hyperphagie.

 

Les messages dont on se serait passés

Les conseils d’amaigrissement express : Je pense à une des scènes « flop » de cette série : Patty est en détresse et fait une crise d’hyperphagie d’une semaine toute seule chez elle. Panique à bord : elle doit prochainement participer à un concours de Miss et a une semaine pour « retrouver un corps  parfait ». Elle se met au sport à outrance avec l’aide d’un sportif habitué à perdre du poids avant les compétitions. Je n’irais pas jusqu’à dire que cette scène est dangereuse pour les ados qui regardent la série : Peu importe la méthode, quand on souffre d’anorexie mentale, on trouve des moyens de perdre du poids. Non, cette scène ne causera pas de TCA chez les jeunes, elle est simplement inutile et valorise la maltraitance du corps pour être mince.

Les garçons n’aiment pas les grosses : Bon… Certes, nous sommes dans une société qui favorise la minceur et l’érige en haut de la liste des critères de beauté. On n’en veut donc pas aux personnages masculins de s’intéresser à Patty uniquement lorsqu’elle est mince (enfin, un peu quand même…). Sauf que dans Insatiable, le garçon dont Patty est amoureuse depuis des années la rejette carrément (et non sans un certain dédain) lorsqu’elle est en surpoids, et s’intéresse ensuite vivement à elle lorsqu’elle perd du poids. On aimerait que Patty l’envoie balader pour sa superficialité et se trouve quelqu’un qui puisse l’aimer quelque soit son apparence… mais les réalisateurs de la série en ont décidé autrement, pour mon plus grand désarroi.

L’Anorexie est complètement banalisée : Après sa perte de poids spectaculaire et indépendante de sa volonté (avec sa mâchoire cassée, l’héroïne a dû être hospitalisée et n’a pu manger que des aliments liquides), Patty maintient son poids non sans difficultés puisqu’elle est devenue anorexique… Quand Patty se voit dans le miroir en maillot de bain, elle se trouve énorme. Elle pense que perdre cinq kilos de plus lui permettrait de se sentir mieux. Quand tout le monde mange de la pizza au réfectoire, même les filles les plus minces, Patty mange de la salade. Lorsque la mère de Patty ramène un gâteau d’anniversaire le matin des 18 ans de sa fille, Nonnie, la meilleure amie de Patty, et sa mère en mangent une part. Mais Patty refuse de prendre ne serait-ce qu’une bouchée de son propre gâteau d’anniversaire pour goûter, de peur de grossir (ou de basculer dans l’hyperphagie) ! Dans tous les cas, ce sont des signes révélateurs d’anorexie… Sauf que ça n’alerte personne. A croire que l’hyperphagie est un problème mais pas l’anorexie. Après tout Patty était grosse, ça ne peut pas lui faire de mal de se priver de gâteau et de se nourrir uniquement de salade… (c’est ironique bien sûr).

 

Conclusion : il n’y a pas UNE mais DES façons d’aborder les TCA

Pour résumer, il y a du bon et du moins bon dans Insatiable. Quelques soient les avis, la série a fait parler d’elle et met le thème de l’hyperphagie et de la grossophobie sur le devant de la scène. Une occasion de faire passer des messages  : ceux de la série mais aussi ceux des débats que celle-ci a engendrés.

Pour finir je dirais qu’il n’y a pas UNE mais DES façons d’aborder les TCA, tout comme il y a DES histoires de personnes souffrant de TCA. Je vous laisse sur les mots de la réalisatrice, que l’on soupçonne fortement de se cacher derrière Patty 😉 :

« Quand j’avais 13 ans, j’étais suicidaire. Ma meilleure amie m’avait abandonnée, et je voulais me venger. Je pensais que si je devenais jolie à l’extérieur, alors cela serait suffisant. Au lieu de ça, j’ai développé un trouble alimentaire… et je me suis retrouvée avec une rage intérieure qui me poussait à commettre des choses graves. Je ne suis toujours pas à l’aise avec mon corps, mais j’essaye aujourd’hui de partager mon expérience, ma peine et ma vulnérabilité à travers l’humour. C’est ma façon de faire. La série est un récit qui sert d’avertissement pour dire combien il peut être destructeur de croire que c’est le paraître qui est le plus important, de juger sans creuser. Merci de donner sa chance à la série. » 

Article écrit par Isabelle PODETTI


Partagez cet article

  • Association Enfine - Écoute & Entraide Autour des Troubles du Comportement Alimentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Ils nous soutiennent

Service Civique
Ile de France
Fondation de France
CRAMIF
Partage et écoute